Deux petites nouveautés

Vous pourrez remarquer deux petites nouveautés dans les colonnes de gauche.

La première, j’ai commencé à étiqueter certaines notes dont le sujet est médical, principalement celles dont les sujets sont récurrents. J’ai donc rajouté un nuage d’étiquettes qui vous permettra de rechercher plus facilement certains sujets précis.

La seconde, j’ai rajouté une liste des derniers signets de Delicious étiquetés « blogsmédicaux« . J’ai trouvé que c’était une bonne façon de faire découvrir des blogs médicaux et para-médicaux.

the doughnut man once more…

Je suis tombé sur un article du NYT qui s’efforce de retracer l’itinéraire d’un vendeur afghan de doughnuts à New-York. Ce jeune homme, apparemment bien intégré, est pourtant suspecté d’avoir préparé des attentats sur le sol américain.

Tout l’article pose une seule question: comment est-il arrivé à vouloir perpétrer des attentats dans un pays qui l’a accueilli et offert des opportunités ?

Je pense (mais c’est ma propre analyse) que « l’alibi » religieux n’est qu’une façade et que cet homme s’est rendu compte petit à petit qu’il était inadapté à la société américaine et il s’est mis à la hair.

De façon assez symbolique, il expérimentait différentes manipulations sur des produits cosmétiques pour fabriquer une bombe.

Il devait connaître Soundgarden.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°


From Smiling Coffee Vendor to Terror Suspect. By Michael Wilson. The New York Times. Published: September 26, 2009

La leçon

« L’infinitif d’un verbe. Les verbes prennent plusieurs formes, on dit qu’ils se conjuguent: je chante, nous chantons, vous chantez. La forme non-conjuguée d’un verbe s’appelle l’infinitif. Ici chanter.« 

Ce matin, révision des leçons pour demain avec le grand.

Je crois que je lui mets un peu trop la pression, je vais lever le pied.

Le Dr House avec son fils de 7 ans, c’est un peu rude.

Heureusement que sa mère est là pour consoler les gros chagrins.

Pauvre petit…

Quand je vois ce qu’il y a devant lui, ça me donne le vertige.

C’est curieux, quand je me souviens des trucs pénibles à apprendre par coeur, ce n’est pas le cycle de la cyclo-oxygénase qui revient en premier mais les déclinaisons latines. Ma prof de latin était terrible. Elle doit être morte d’un cancer ou d’un infarctus, vu tout ce qu’elle fumait…

Nemo, neminem, nullius, nemini, nullo, de mémoire et le petit doigt sur la couture du jean noir.