Grange Blanche ne sera plus certifié HON

Mon blog est certifié depuis 2007 par l’organisme HON à qui la HAS avait donné la mission d’auditer les sites de santé français qui en faisaient la demande.

Puis en 2013 la HAS a estimé dans ce document (page 33) que la certification HON ne répondait pas à ses attentes:

Depuis 2007, la fondation HON (Health On the Net) assurait pour le compte de la HAS la mission de certification des sites internet dédiés à la santé français mais le bilan de cette certification s’est avéré contrasté : la certification HON/HAS est utile pour les éditeurs de site Internet, mais elle apparaît comme peu utile pour les internautes.

Fort de ce constat, la HAS n’a pas souhaité reconduire ce partenariat. HON voit les choses un peu différemment, mais comme tout le monde le sait, dans un divorce, il y a rarement une seule version:

Veuillez comprendre que notre approche a été mise place car, en raison de l’instabilité économique récente sur le plan mondial, nos sponsors gouvernementaux nous ont encouragés à développer notre indépendance financière. Afin de faire perdurer le vaste réseau HONcode pour une information fiable dans le domaine de la santé accessible à tous, nous avons décidé de solliciter votre participation financière lors de la réévaluation de votre site.

(Extrait d’un échange de mail avec HON)

La HAS a-t-elle viré HON car elle était trop dispendieuse ou pas aussi bien qu’elle l’avait imaginée? Hors de l’alcôve personne ne le saura jamais.

Cela n’a pas tellement d’importance, mais ce divorce a eu pour conséquence de rendre la certification HON payante.

La cotisation annuelle est établie selon le barème suivant:

Capture d'écran 2016-03-20 16.21.20(source)

Pour Grange Blanche, cela faisait 50€ par an. Pour un site non commercial, tenu par plaisir, et pour un intérêt très relatif dont je vais discuter plus loin, j’ai trouvé cela un peu raide. Après un premier mail de ma part signifiant que je ne souhaitais plus être certifié, HON m’a proposé une reconduction gratuite de la certification si j’arborais sur Grange Blanche une bannière destinée à promouvoir HON. Par principe, et pour garder une indépendance la plus totale possible, je refuse les bannière publicitaires (je paye bien assez cher WordPress pour éviter cette plaie), j’ai donc décliné.

Je ne pense pas que cet arrêt de certification change quoique ce soit. Sur notre territoire, même au cours de sa période d’exposition optimale, le label HON restait en effet assez confidentiel. D’après un sondage CNOM/IPSOS en 2010,  3 ans après le début de son partenariat avec la HAS, 71% des internautes ne reconnaissaient pas un site certifié HON d’un site non certifié:

Capture d'écran 2016-03-20 16.34.29Entre hier et aujourd’hui, je me suis amusé à faire un tout petit sondage parmi les lecteurs de mon blog (je n’ai pas participé).

J’ai posé 3 questions simples sur le HONcode.

Q1. Connaissez-vous la certification HON des sites de santé?

  • 88 réponses, 65 oui (74%), 23 non(26%).

Q2. Savez-vous comment reconnaître un site certifié HON?

  • 89 réponses, 61 oui (69%) et 28 non (31 %).

Q3. Avez-vous plus confiance en un site certifié HON?

  • 88 réponses, 19 oui (22%), 67 non (78%)

La dernière réponse est assez surprenante mais reflète assez bien le sentiment général du groupe d’internautes que je fréquente (je reste très modeste dans la représentativité de mon échantillon): certains sites certifiés par HON ne sont pas dignes de confiance car HON n’est pas en mesure (et personne ne lui reprochera cela) de vérifier l’honnêteté des contenus.

Le critère 5 pourrait correspondre à cette quête d’honnêteté, mais vous savez tout comme moi qu’il est simplissime de choisir les « bonnes » études, et les « bons » critères pour démontrer tout et son contraire. Sur la foi de BEAUTIFUL, et d’une dizaine d’études post-hoc bien choisies, je pourrais vous écrire une note dithyrambique sur l’efficacité de l’ivabradine chez les patients porteurs d’une cardiopathie ischémique. Et l’équipe de HON n’y verrait que du feu, malgré toute sa bonne volonté.

Il faut néanmoins se garder d’enterrer HON.

En effet, comme je l’ai dit à plusieurs reprises, HON m’a aidé à améliorer la forme de Grange Blanche, à rendre mon blog plus lisible, plus carré, plus net. Si cette certification paraît peu utile, pour reprendre les termes de la HAS, pour l’internaute, elle reste intéressante pour les éditeurs de sites désireux de s’améliorer.

A ce jour, il n’existe donc aucun label pouvant garantir la qualité et la véracité d’un site internet en santé. HON a posé sa petite pierre en codifiant un début d’analyse critique, c’est très bien, mais l’essentiel reste à faire pour l’internaute en quête d’informations médicales.

Dernière remarque importante, HON privilégie l’autorité des rédacteurs d’un site:

Tout avis médical fourni sur le site sera donné uniquement par du personnel spécialisé (diplômé) du domaine médical et des professionnels qualifiés, à moins qu’une déclaration explicite ne précise que certains avis proviennent de personnes ou d’organisations non médicales.

Quid des sites de santé tenus par des patients? Ils sont donc implicitement suspects? Les soignants ne sont pas les seuls détenteurs de connaissances pertinentes sur la santé, loin de là.

C’est donc sans aucun regret que j’ai certifié ce blog durant 9 ans, et sans regret non plus que j’abandonne cette certification.

La disparition (du paragraphe).

Je suis tombé sur cet excellent article du Guardian qui prédit la disparition du paragraphe au profit de la succession de phrases courtes.  Cet article devrait parler à tous les blogueurs qui, consciemment ou pas, écrivent pour être lus, si possible jusqu’à la dernière ligne. Aucune règle ne définit la longueur d’un paragraphe. Arrivé à ce point,  en écrivant ces lignes, à tort ou à raison, je me dis qu’il faudrait « aérer » mon texte en allant à la ligne et ainsi créer un paragraphe. Mais pour illustrer cette note sur le paragraphe, j’ai décidé qu’il n’y en aurait qu’un.  Le paradoxe est qu’à force de morceler un texte en multipliant les sauts de ligne, pour complaire à la twitterification de l’écriture, 140 car. max. abr. comprises, on en arrive à une succession de phrases, sans plus aucun paragraphe. L’aspect des notes de blogs rappelle alors énormément les textes des manuels d’apprentissage de la lecture. Je me suis amusé à compter le nombre de lignes entre chaque saut de ligne, un paragraphe donc, de mes dernières notes. J’ai pris les 100 derniers consécutifs, en excluant les citations et cette note. Sur 100 paragraphes, 21 n’en sont pas, puisque ce sont des phrases, voire un mot isolé. le « paragraphe » le plus court fait donc une ligne, le plus long 9. Pas un seul paragraphe de 10 lignes ou plus! La moyenne est de 3.35, la médiane de 3. Est-ce un mal ou un bien? D’un côté je regrette les textes construits « à la Michel Tournier », d’un autre, la lecture sur écran et le flux continu d’information que nous lisons chaque minute ne permet tout simplement plus d’écrire ou de lire des textes capiteux.

paragraphe1

Stat magni nominis umbra

Une brusque poussée de fièvre m’a fait relire ma note « Le syndrome MGEN » de 2009.

Syndrome MGEN

Pourquoi 5727 personnes ont lu cette note, hier 5 juin 2015, restera probablement à jamais un mystère insondable de la toile. D’un autre côté cette note en particulier reste la note la plus lue de Grange Blanche avec 37739 lectures.

Bref, j’ai relu cette note et je me suis dit qu’à l’époque j’écrivais finalement pas trop mal. Je me sens totalement incapable d’atteindre de nouveau ce niveau. Amis blogueurs, êtes-vous déjà dit qu’il ne vous restait que l’ombre d’un nom, celui de votre blog, et que vous aviez définitivement exprimé le meilleur?

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Sinon, un contrepoint sympa à ce fameux syndrome ;-).

Les frères Jacques

Les frères Jacques ont eu, semble-t-il, la fâcheuse tendance à multiplier les ultimes tournées d’adieu.

Ahemmmm.

Je ne compte pas faire pareil, mais j’ai peut-être un peu pris la décision d’arrêter ce blog un peu rapidement…

Ahemmmm.

Je ne compte pas me justifier outre mesure, mais les circonstances ont fait qu’à l’époque (il y a 26 petits jours…) cela me semblait être la seule solution.

Ce sont un peu les montagnes russes pour moi, en ce moment…

Ahemmmm.

Les commentaires de ma « dernière » note ainsi que quelques messages personnels m’ont énormément touché. J’espère que ceux qui les ont écrits ne se sentiront pas trahis.

Ahemmmm.

Bref, si vous êtes d’accord, je vais continuer à alimenter ce blog.

Encore une fois, merci pour tout.    

That’s All Folks

Ce n’est pas une décision prise sur un coup de tête, et aujourd’hui s’y prête bien.

Cette note est la dernière de Grange Blanche.

J’ai passé de merveilleuses années avec vous.

Vous m’avez rendu meilleur à la fois sur un plan humain, mais aussi en tant que médecin. et j’ai découvert grace à vous des milliers de belles choses.

Mais il faut savoir arrêter quand on a le sentiment qu’on a donné tout ce que l’on pouvait, il faut savoir s’arrêter avant de ne poursuivre que par habitude.

Bonne continuation à tous.

porky_pig_thats_all_folks

Veille sanitaire, à propos d’un cas

J’ai appris la publication du rapport sur les AOD peu après 14h30, heure de diffusion de ce tweet:

Tweet ANSMJ’ai appelé peu après une copine de l’agence, non impliquée dans la rédaction de ce rapport, et elle n’était pas au courant.

J’ai été un peu taquin…

Et là, à 17h39, je viens de recevoir le message électronique de l’agence concernant cette histoire, car je suis aussi abonné à leur liste de diffusion.

Mail ANSMMoralité?

Bah, il n’y en a pas vraiment, mais j’ai trouvé ce délai de 189 minutes rigolo…

Virus de l’immédiateté de l’information, quand tu nous tiens…

La liste de diffusion perd du terrain sur la vitesse de diffusion de l’information par rapport à Twitter (c’est ballot).

Comme depuis longtemps, je trouve plus commode et plus rapide de parcourir des tweets que des messages électroniques, cela conforte ma préférence pour Twitter.

Cela aussi, je le trouve rigolo, quoi qu’inquiétant:

(ce jour, 18h05, navigateur totalement réinitialisé)

Vous retrouvez là tout l’enjeu de ma boutade d’hier sur le SEO des sites des institutions publiques…

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Édition du 03/07/14: Je ne suis pas resté devant longtemps, tant pis, tant mieux ;-):

Capture d'écran 2014-07-03 06.59.34

Le mot de passe

Tout à l’heure, quand je suis retourné sur l’interface de ce blog, j’ai mis quelques secondes pour me souvenir du mot de passe. Depuis deux mois, je n’ai rien écrit, rien publié.

Je n’ai plus le temps de lire quoique ce soit, ni article scientifique, ni littérature, ni blog.

En fait cela n’est pas tout à fait exact. Soit je n’ai effectivement pas le temps, soit si je l’ai, je suis trop vidé pour lire et écrire. C’est dommage, je me suis considérablement appauvri depuis que je gagne plus en ayant plus de responsabilités.

Je regarde sur Twitter, d’un peu loin, ce qui se passe dans la communauté des blogueurs médicaux.

Je n’arrive pas à faire mieux.

Aujourd’hui, j’ai parcouru les dernières notes de l’ami néphro. Comme toujours, ça m’a donné envie d’écrire, d’où cette note vaguement dépressive.

Quand j’ai commencé à écrire sur Grange Blanche, la question qui revenait le plus était « Comment trouvez-vous le temps d’écrire? ». Et bien maintenant que je ne l’ai plus, je comprends cette question qui m’avait toujours laissé dubitatif. Lire et écrire me semblait alors être tellement naturel.

Et bien non.

Je fais plein de choses nouvelles pour moi, certaines satisfaisantes, d’autres un peu moins. Je ne regrette pas mes choix. Je regrette seulement que les journées n’aient pas plus de 24 heures pour pouvoir continuer à me désaltérer dans notre petite communauté.

J’espère ne pas oublier définitivement le mot de passe de Grange Blanche