La disparition (du paragraphe).

Je suis tombé sur cet excellent article du Guardian qui prédit la disparition du paragraphe au profit de la succession de phrases courtes.  Cet article devrait parler à tous les blogueurs qui, consciemment ou pas, écrivent pour être lus, si possible jusqu’à la dernière ligne. Aucune règle ne définit la longueur d’un paragraphe. Arrivé à ce point,  en écrivant ces lignes, à tort ou à raison, je me dis qu’il faudrait « aérer » mon texte en allant à la ligne et ainsi créer un paragraphe. Mais pour illustrer cette note sur le paragraphe, j’ai décidé qu’il n’y en aurait qu’un.  Le paradoxe est qu’à force de morceler un texte en multipliant les sauts de ligne, pour complaire à la twitterification de l’écriture, 140 car. max. abr. comprises, on en arrive à une succession de phrases, sans plus aucun paragraphe. L’aspect des notes de blogs rappelle alors énormément les textes des manuels d’apprentissage de la lecture. Je me suis amusé à compter le nombre de lignes entre chaque saut de ligne, un paragraphe donc, de mes dernières notes. J’ai pris les 100 derniers consécutifs, en excluant les citations et cette note. Sur 100 paragraphes, 21 n’en sont pas, puisque ce sont des phrases, voire un mot isolé. le « paragraphe » le plus court fait donc une ligne, le plus long 9. Pas un seul paragraphe de 10 lignes ou plus! La moyenne est de 3.35, la médiane de 3. Est-ce un mal ou un bien? D’un côté je regrette les textes construits « à la Michel Tournier », d’un autre, la lecture sur écran et le flux continu d’information que nous lisons chaque minute ne permet tout simplement plus d’écrire ou de lire des textes capiteux.

paragraphe1

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

4 thoughts on “La disparition (du paragraphe).”

  1. La lecture d’un texte aéré est plus agréable, plus reposante, car l’espace est plus visible que le point, et cette subdivision en paragraphes permet de regrouper des groupes d’idées, ajoutant une division de haut niveau en plus du point, du point virgule et de la virgule.

    Une structure en paragraphe facilite la lecture rapide, permettant de sauter les paragraphes qui traitent d’un aspect qui ne nous intéressent pas, au lu de sa première ligne.

    Historiquement, le coût du papier imposait de « ramasser » les textes. Ce n’est plus le cas avec le web, et nous en profitons pour rendre nos textes plus agréables à lire. C’est pour moi un progrès (j’aurais pu créer un paragraphe pour cette dernière phrase conclusive)

    1. 100 % d’ accord avec vous.

      Et ne parlons pas de la mort lente de la ponctuation ou en tout cas de son bon usage.

      J’ ai écrit naguère un petit texte à ce sujet. Si je le retrouve, je l’ envoie à JMV qui vous le communiquera.

  2. Extrêmement intéressant, je m’intéresse à l’évolution du français (je tiens un dictionnaire en ligne – http://www.dicorico.com/) et je constate tous les jours l’évolution du langage pour le meilleur, et parfois malheureusement pour le pire également… Votre article fait également écho à une interview d’une linguiste entendue récemment, dans laquelle celui-ci parlait de l’évolution du la façon dont les jeunes communiquent aujourd’hui, en 2015. Notamment l’utilisation des smileys qui remplacent les mots pour exprimer des émotions. Ou une autre tendance de communication, dans laquelle l’écrit remplace l’oral. Avez-vous constaté que les jeunes n’utilisent plus la messagerie vocale ?

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s