La disparition (du paragraphe).

Je suis tombé sur cet excellent article du Guardian qui prédit la disparition du paragraphe au profit de la succession de phrases courtes.  Cet article devrait parler à tous les blogueurs qui, consciemment ou pas, écrivent pour être lus, si possible jusqu’à la dernière ligne. Aucune règle ne définit la longueur d’un paragraphe. Arrivé à ce point,  en écrivant ces lignes, à tort ou à raison, je me dis qu’il faudrait « aérer » mon texte en allant à la ligne et ainsi créer un paragraphe. Mais pour illustrer cette note sur le paragraphe, j’ai décidé qu’il n’y en aurait qu’un.  Le paradoxe est qu’à force de morceler un texte en multipliant les sauts de ligne, pour complaire à la twitterification de l’écriture, 140 car. max. abr. comprises, on en arrive à une succession de phrases, sans plus aucun paragraphe. L’aspect des notes de blogs rappelle alors énormément les textes des manuels d’apprentissage de la lecture. Je me suis amusé à compter le nombre de lignes entre chaque saut de ligne, un paragraphe donc, de mes dernières notes. J’ai pris les 100 derniers consécutifs, en excluant les citations et cette note. Sur 100 paragraphes, 21 n’en sont pas, puisque ce sont des phrases, voire un mot isolé. le « paragraphe » le plus court fait donc une ligne, le plus long 9. Pas un seul paragraphe de 10 lignes ou plus! La moyenne est de 3.35, la médiane de 3. Est-ce un mal ou un bien? D’un côté je regrette les textes construits « à la Michel Tournier », d’un autre, la lecture sur écran et le flux continu d’information que nous lisons chaque minute ne permet tout simplement plus d’écrire ou de lire des textes capiteux.

paragraphe1