Bravo!!

Ça y est, le site de la « Fédération des Spécialités Médicales » (FSM) vient d’obtenir le 27 janvier son certificat HON.

Son authenticité est garantie par cette page, et le plugin HON de Firefox:

Photobucket


Bon, ils sont encore un peu timides, ils n’osent pas arborer fièrement le sceau HON sur leur site:

Photobucket


Mais ça ne devrait pas tarder.

Maintenant, vous avez le droit de le faire!

Faites-vous plaisir!

Je tiens donc à leur faire part de toutes mes félicitations constructives transversales et subsidiaires pour la vitrine fédérative certifiée de leurs registres multidisciplinaires au service de la méthodologie et de la qualité des pratiques professionnelles.

En un mot, bravo!



°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

J’y ai fait allusion dans un commentaire, mais pour que les choses soient bien claires, un des co-concepteur du site de la FSM, un distingué confrère cardiologue d’ailleurs, m’a confirmé que cette lamentable mais très drôle histoire de faux certificat HON n’est due qu’à l’initiative malheureuse d’un lampiste de l’équipe de la plateforme technique.

Ce n’est donc pas une fraude, mais la simple méconnaissance profonde d’une procédure de certification HAS.



°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Mise à jour du 03/02/2010: ça y est, le logo HON a été rajouté sur le site de la FSM:

Photobucket

Pour mémoire, çi-dessous, une copie d’écran du 28/12/2009 qui montre le faux certificat HON qui a orné un moment le site de la FSM:

Photobucket

On s’y tromperait, non?

Something is rotten in the state of Denmark (2).

Mouhahahahahhahahaha, je viens de me rendre compte que la « Fédération des Spécialités Médicales » (FSM) dont le site web porte toujours une fausse certification HON (le début de l’histoire ici et ici), dénoncée par HON elle-même comme étant frauduleuse a une longue histoire de partenariat privilégié avec la HAS.

Photobucket
Le faux certificat visible en bas et à gauche de la page d’accueil (copie d’écran faite le 28/12/09) du site de la FSM.


PhotobucketLe lien « En savoir plus » dirige vers une page d’informations du site de HON au sommet de laquelle la Fondation a pris le soin d’insérer un message d’avertissement dénonçant le caractère frauduleux du certificat.


Or, je vous rappelle que justement, HON a été mandatée par la HAS pour certifier les sites internet de santé en France.

La HAS et la FSM marchent pourtant fièrement main dans la main pour améliorer les pratiques professionnelles, comme l’atteste cette copie d’écran d’une page du site de la HAS qui se félicite chaleureusement d’un tel partenariat:

Photobucket


C’est certain que copier/coller une fausse certification sur son site internet de santé permet considérablement de « Simplifier la politique d’amélioration (FMC, EPP, Accréditation), le rôle des Collèges professionnels » comme l’annonçait l’alléchant programme de cette table ronde qui a eu lieu en 2008.

Mais quid de la « responsabilisation des professionnels de santé« ? La FSM nous montre-elle ainsi la voie à suivre?

La Novlangue de la certification utilisée par la HAS et reprise sans retenue sur le site de la FSM prend évidemment un sens tout à fait délicieux dans ce contexte surréaliste.

Par exemple la première des missions auxquelles s’est assignée la FSM:

« développer les relations transversales entre les différentes spécialités afin d’harmoniser la réflexion et les actions sur des sujets communs, en particulier l’Evaluation des Pratiques Professionnelles et l’Accréditation,« 

Pour les Évaluations des Pratiques Professionnelles, je ne sais pas où on en est avec la transversalité, mais pour l’accréditation (avec un A majuscule, s’il vous plait, comme les pronoms du Créateur), je dirais qu’on n’est pas vraiment dans les clous.

Mais peut-être excluaient-ils de cette mission l’accréditation des sites internet de santé pourtant tant vantée par la HAS?

L’éditorial du Président de la FSM annonce par ailleurs la hauteur des ambitions de leur nouveau site:

« Un acteur clé pour une médecine qualitative. Ce nouveau site internet de la FSM confirme son renouveau et sera sa vitrine.« 

(…)

« Emanation des structures fédératives, la FSM se veut transversale et subsidiaire. Sa transversalité permet de mener une réflexion constructive sur des thèmes communs, notamment la méthodologie et l’évaluation. »

(…)

« C’est pour cette raison que la FSM est en cours de reconnaissance d’Utilité Publique, pour améliorer encore sa lisibilité. Ce nouveau site internet s’intègre dans cette dynamique au service des professionnels et se tourne vers les autres intervenants du monde de la santé, en France, en Europe et dans le Monde. Nous comptons absolument sur vous et vos structures pour l’alimenter, le faire connaître et le développer comme vitrine du savoir et de la connaissance au service de la qualité. »


Superbe vitrine au service de la qualité, en effet ; le certificat est magnifiquement bien imité, on s’y tromperait.

Pas certain que les gens qui sont en charge de l’accréditation des sites internet de santé à la HAS, ou ceux qui travaillent à la Fondation HON rient autant que moi à la lecture de ces lignes fleuries par un langage si délicieusement médico-technocratique.

La HAS a pourtant largement mis en avant ses liens privilégiés avec la FSM, notamment dans ce diaporama, au cours de ses dernières rencontres qui ont eu lieu les 10 et 11 décembre 2009.

J’en retiens notamment cette phrase du Président de la HAS: « Dans le domaine de la qualité, pour faire en sorte qu’elle soit au cœur d’une action concertée, la HAS joue un rôle clef pour la mobilisation et la coordination des acteurs ».

Ben, pour le coup, on ne peut pas réellement parler de coordination entre HON et la FSM.

Mouhahahahahhahahaha.

Je ris quand même jaune car, ce qui est terrible dans cette farce, c’est que les acteurs sont tous honnêtes et sincères quand ils disent œuvrer pour le bien de la santé de nos concitoyens.

(L’efficacité réelle des mesures prises est un autre débat dans lequel je ne rentrerai pas.)

J’ai envisagé un instant une fraude à la petite semaine, digne des Pieds-Nickelés, mais je penche maintenant franchement pour l’incompétence d’un lampiste de la société qui a créé le site de la FSM.

Mais comme je l’ai déjà dit, cette lamentable histoire est préjudiciable à tous:


  • Pour HON que j’aime beaucoup, mais qui se retrouve à devoir faire la grosse voix (faute de mieux?) pour faire respecter une accréditation prometteuse, mais qui n’a pour l’instant trouvé sa place que dans les congrès Santé 2.0. Je l’ai déjà dit, mais la persistance du logo sur le site de la FSM est un échec en soi, car ce n’est pas le texte d’avertissement (qui n’apparait pas sur iPhone soit dit en passant) qui change quoi que ce soit à la perte de crédibilité externe engendré par une telle situation.


  • Pour la HAS par répercussion, et aussi car la FSM et HON sont quand même censées être dans son camp.


  • Pour la FSM en premier lieu, bien entendu, qui voit toutes ses belles intentions ridiculisées et décrédibilisées par la présence de cette fausse certification sur leur « vitrine du savoir et de la connaissance au service de la qualité« .

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°


Modifications du 28/12/09: Quelques ajouts, liens et modification stylistiques mineures.

Le match

Chers auditeurs, bienvenus à l’Arena 2.0 pour suivre avec nous ce match passionnant qui voit s’affronter les helvètes de HON et les français de specialitemedicales.org.

Nous avons d’ores et déjà assisté à une superbe entame de jeu qui augure bien pour la suite des évènements.

Avec moi pour commenter, Gisèle Michu qui représente les usagers 1.8 de l’internet santé 2.0 et le Dr Hubert Lesfilsquisetouchent, spécialiste de la médecine 2.0, membre fondateur des MMT.

Hubert, sacré début de match?

– En effet, Roger, les français qui, il faut bien le dire, ne sont pas des connus, ont essayé le hold-up parfait en barbotant un sceau HON, ma foi avec panache, puisque l’action était remarquablement conduite.

– Oui, mais les suisses ont été rapides à la contre-attaque.

– Tout à fait, Roger, les suisses, c’est bien connu, sont à la fois techniques et physiques, et du côté mental ça suit. Ici, c’est le collectif qui a permis de déceler l’action française et de contre-attaquer d’une bien belle manière en insérant un message d’avertissement sur une page de leur propre site liée par les français. La dernière fois que j’ai vu un début de match aussi excitant, c’était en 88, en plein pendant la « guerre des courants« .

– Et vous, Gisèle, comment avez-vous trouvé cette contre-attaque?

– Ben moi, j’y comprends rien, je cherchais simplement pourquoi mon René, il a des plaques rouges qui le grattent à l’entre-jambe. Le seau dont tout le monde y parle, et ben, je l’ai pas trouvé sur la page. Et pourtant j’m’y connais, j’ai 20 ans d’Assistance Publique derrière moi: « marchez pas dans le mouillé siouplait ». C’était le bon temps, après j’ai été remplacée par une grosse machine Onyx qui lave et aspire en même temps.

– Hubert, la suite du match? Que feriez-vous à la place des français ?

– C’est le mental et la faim de victoire qui vont primer. Si ils ont faim, ils vont gagner, mais si ils y vont à reculons, ben, ils ne pourront pas voir les buts. Pour pas perdre, il faut gagner, c’est ce que le coach doit leur dire en ce moment. Si ils ne s’étaient pas fait prendre, et bien ,ils ne se seraient pas fait prendre.

– Oui, mais là, tout le monde les a vus, comment vont-ils se tirer de ce mauvais pas?

– D’abord, étant donné qu’il y a toujours le certificat sur le site, je suis pas certain que tout le monde repère l’embrouille. Je serais à la place du coach, je changerais mon lien pour le diriger vers une autre page explicative de HON sur le site de la HAS, par exemple ici. Le temps que la HAS réagisse, on sera en finale. Ensuite, je reviendrais aux fondamentaux du jeu en changeant de nom de domaine, genre « lesspecialitemedicales.org », parce que après s’être fait prendre comme ça la main dans la confiote, quoi qu’ils aient voulu faire, ils ont quand même un peu l’air de charlots 2.0.

– Gisèle, c’est important la confiance dans les sites de santé?

– Pour sûr, René, il a acheté des pilules bleues parce que la tuyauterie, elle commençait à taper quand il ouvrait le robinet. Et bien, ça a pas fait grand-chose, et en plus j’ai été toute irritée pendant 5 jours. Pareil pour les plaques rouges. J’ai consulté docteurclique un site pour jouer au docteur.

– Et alors?

– Ça a répondu que c’était pas grave mais qu’il fallait quand même appeler le 15…

– Mais pourquoi vous n’avez pas tout simplement demandé des conseils à votre médecin?

– Ah ouais? On peut? J’y avais même pas pensé parce que partout sur l’internet on dit que le médecin il est débordé et qu’il peut plus nous écouter et que le progrès en médecine, c’est le 2.0!

– Hubert, et les helvètes, vont-ils gérer leur avance jusqu’au coup de sifflet final, ou faut-il qu’ils fassent le match?

– C’est une question que tout coach se pose. Je crois qu’il faut pas en rester là, car la situation est toujours pas claire. Pas de clic, pas d’information sur la supercherie. Et tout le monde n’a pas un Add-On Firefox, Gisèle?

– Einnh, un fiadone?

-…

– Hubert, en deux mots, le match reste ouvert.

– Et oui, je crois fermement qu’un match n’est jamais fini avant la fin.

– Une page de pub, et on vous retrouve pour la suite de cette rencontre passionnante et incertaine, en direct de l’Arena 2.0.

Something is rotten in the state of Denmark.

Un tweet de Denise Silber m’a fait connaître ce site qui arbore un certificat HON bidonné. Denise précise dans un tweet ultérieur que HON est au courant et va demander le retrait de ce certificat.

Photobucket

Ce faux certificat est très bien fait puisque les concepteurs ont poussé le détail jusqu’à inclure un lien vers une page du site de HON qui explique ce qu’est cette certification. Bien entendu, il n’y a pas de lien vers un certificat, puisqu’il n’y en a pas.

Par ailleurs, l’Add-On HONcode de firefox détecte parfaitement que ce site n’est pas certifié:

Photobucket

Plusieurs remarques.

Une vision « optimiste » de cette histoire, c’est que si il existe des faux et des faussaires, c’est que ce certificat représente quelque chose.

Une vision « pessimiste », c’est que hormis les quelques adeptes de la santé 2.0 que nous sommes, qui serait capable de dépister cette supercherie ? Certainement pas Madame Michu qui recherche des informations santé sur le net, et probablement bien peu de professionnels de santé.

La suite de cette histoire va être fondamentale pour la crédibilité de la certification HON.

Soit HON obtient d’une façon ou d’une autre le retrait rapide de ce faux, et dans ce cas, on pourra continuer à apporter un crédit minimal au rôle de « gendarme du net santé » qu’on a bien voulu lui faire endosser (et que HON n’a pas refusé, d’ailleurs). Soit elle ne peut pas faire retirer ce faux, et je crois que son crédit risque d’en prendre un sérieux coup. Je ne parle pas de sa valeur intrinsèque qui sera inchangée, mais de la signification qu’aura ce certificat pour l’utilisateur lambda d’un site de santé. Car si il il faut passer un DIU de HONCodologie pour différencier correctement un vrai certificat d’un faux, je pense que le but initial de cette certification qui était de mettre en avant des sites de « qualité » risque de ne pas être atteint, voire pire, risque de promouvoir des sites poubelles ayant un faux certificat de toute beauté.

J’ai quand même un contre exemple.

L’an dernier, Philippe Foucras, du FORMINDEP m’avait fait remarquer qu’un site arborait un certificat « reexam » et qu’il lui semblait bien ne pas être certifié. En effet, l’Add-On indiquait que ce n’était pas le cas. J’ai alors envoyé un mail à HON pour demander si ce site était certifié ou non. La réponse a eu le mérite d’être claire, si l’Add-On dit qu’il n’est pas certifié, c’est qu’il ne l’est pas. Alors pourquoi ce certificat « reexam » qui laisse à penser qu’il y a un ré-examen en cours alors que le site n’est en fait plus certifié?

En retournant sur le site quelques temps après, et j’ai revérifié ce matin, le certificat a effectivement été enlevé.

Pour terminer j’ai aussi découvert grâce à une note du 24/10/09 sur l’excellent ScienceRoll un autre exemple que j’ai un peu de mal à analyser, celui du site de l’ADA (Australian dental Association).

L’auteur de ScienceRoll, Bertalan Meskó (Berci pour les intimes)  reprend une histoire datant du 25 août 2009, que je ne vais pas ré-écrire en détail, mais que vous trouverez en totalité ici. Je ne vais pas me prononcer sur le fond, à savoir si le site mérite la certification ou pas, mais sur la forme.

L’ADA arbore depuis août, et de façon certaine depuis le 24/10, date à laquelle j’ai lu la note de Berci un certificat « reexam » qui oriente vers cette page, le tout laisse à penser, encore une fois que ce site est certifié. Or, l’Add-On dit que non.


Photobucket

Photobucket


Que signifie donc ce certificat?

Que le ré-examen se poursuit? Mais dans ce cas, le fait que cette procédure dure plusieurs mois (depuis octobre, peut-être depuis août) enlève quand même pas mal de sérieux à l’opération qui est censée durer de 2 à 4 semaines comme indiqué ici par HON. Le certificat précise par ailleurs que la dernière réévaluation de HON date du 10/12/09. L’histoire continue, donc. Les auteurs du site joueraient-ils la montre?

Si le site n’est en effet plus certifié, pourquoi ne voit-on pas le logo « Invalid »?

Si il l’est, mais en ré-examen, pourquoi l’Add-On indique le contraire?

Ces exemples n’altèrent pas la valeur de la certification HON, puisqu’ils sont pour l’instant, semble-il, anecdotiques.

Mais une clarification mériterait d’être effectuée, notamment pour cette histoire de « reexam » qui n’en finit pas.

Il faudrait aussi trouver un moyen technique pour lutter contre la contrefaçon et permettre aux non spécialistes, à qui cette certification est tout de même destinée en premier lieu, de s’y retrouver sans faire de méningite, et surtout sans se tromper.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Edition: JFG signale que la page HON pointée par le site « Fédération des Spécialités médicales » porte maintenant l’avertissement suivant:

Photobucket


La voie étincelante de l’avenir radieux

« Cela signifie que nous devons prêter attention à l’aspect quantitatif d’une situation ou d’un problème et faire une analyse quantitative fondamentale. »

« Dès qu’un problème se pose, convoquez une réunion, mettez-le sur le tapis, discutez-le, prenez des décisions, et le problème sera résolu. Si des problèmes existent, mais ne sont pas mis sur le tapis, ils resteront longtemps sans solution, et pourront même traîner des années durant. »

Ces deux extraits pourraient parfaitement être tirés d’un manuel de certification mais ils sont issus du « Petit Livre Rouge » que j’ai parcouru ce matin.

Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas viré communiste durant la nuit, mais j’ai lu quelques articles de Wikipedia sur l’accession de Mao au pouvoir, et j’étais assez curieux de lire quelques lignes de ce qui a été la Bible du communisme chinois.

Certaines maximes m’ont donc irrésistiblement rappelé la certification de la clinique, et celle, en cours, du CHU.

Je vais faire plus synthétique que Mao: « Faisons semblant! ».

Tout est dit.

D’autres m’ont fait penser à cette pauvre rose qui maintenant me fait de la peine car elle est totalement ostracisée. Cette semaine, j’ai donc fait un peu de scapulothérapie.

« Seuls les gens qui ont une vue subjective, unilatérale et superficielle des problèmes se mêlent de donner présomptueusement des ordres ou des instructions dès qu’ils arrivent dans un endroit nouveau, sans s’informer de l’état de la situation, sans chercher à voir les choses dans leur ensemble (leur histoire et leur état présent considéré comme un tout) ni à en pénétrer l’essence même (leur caractère et leur liaison interne); il est inévitable que de telles gens trébuchent. »

Uhmm, je crois que c’est plus grave que ce que je pensais, je commence à voir la vie à travers le regard lumineux du glorieux Président Mao.

Un érythème généralisé fulminant?


Termes médico-technocratiques (2)

Nouvelle (petite) fournée récente (les dernières ici et ici):

Sensibiliser sans cesse et auditer.

Et vice-versa…

On fait les choses, il faut formaliser ce qu’on fait.

Faire les choses ne suffit plus depuis l’ère des certifications/accréditations. Avant, ça suffisait, maintenant, non. Maintenant, il faut les « tracer », les « formaliser ». Les faire n’est que secondaire, et à la limite, on s’en fiche qu’elles soient faites. Ce qui est important pour la certification, c’est qu’on puisse les retrouver sur un bout de feuille ou dans un dossier informatique. Je pense que certains parmi vous pensent que je caricature en disant que formaliser est plus important que faire. Et bien non. Formaliser est bien plus important que faire, c’est même ce qui occupe 90% de nos réunions et entre 20 et 30% de notre « temps médical », qui porte de moins en moins bien son adjectif.


Termes médico-technocratiques (1)

Petite moisson ce jour, mais heureusement, l’intervention d’une envoyée du « siège » (Cf définition ici) a un peu egayé une longue réunion.

Le temps par minute.

Euh, ça dépend. Soixante secondes, c’est ça la réponse? En fait, non, si j’ai bien compris, cette notion se réfère à la cotation d’actes de rééducation. Or, une minute de kiné respiratoire ne « vaut » pas la même chose qu’une minute de tapis roulant, par exemple. Comme le temps c’est de l’argent, le temps par minute peut être variable!


Il faudra collecter les points IVA générés par la semaine patient.

IVA, c’est « Indice de Valorisation de l’Activité », et non pas Inter-Ventriculaire Antérieure, comme nous l’avions tous compris. « Semaine patient », ne me demandez pas ce que c’est, ça paraît simple, mais ça ne l’est pas.


Les points IVA dépendent du nombre de points CMC, de l’âge du patient, de la finalité principale, de la pondération et de la présence ou non de diagnostics associés.

Réponse qui nous a été faite lorsque nous avons demandé ce que signnifiait IVA. Nous n’avons plus rien demandé par la suite. L’explication m’a vaguement rappelé une blague immémoriale sur l’âge du capitaine.


Formalisation de la procédure d’alerte avec les procédures de vigilances sanitaires ascendante et descendante.

Enfin du vrai jargon médico-technocratique comme je les aime! Là aussi, je ne sais pas trop à quoi ça correspond, mais il semble que cela ait été fait en 2008 dans le cadre du CLIN. Tout le monde était (semblait?) très fier de l’avoir fait, en tout cas. Je n’ai pas de chance, je ne fais pas partie de cette instance…