Quelques applications médicales pour iPad/iPhone

L’iPad/iPhone n’a pas (encore?) révolutionné ma pratique médicale, mais hier j’ai trouvé quelques applications gratuites sympas.

Une application qui présente des planches anatomiques configurables et sur lesquelles on peut dessiner. Pas mal pour illustrer une explication à un patient. Existe pour l’uro/anesthésie/ortho/chirurgie générale.

Tout savoir sur les gaz du sang (application universelle).

J’ai déjà parlé de ces Apps, mais ce sont celles que j’utilise le plus au quotidien. J’ai une préférence pour MedCalc.

De jolis schémas pour illustrer les explications aux patients. L’App est publiée par Boston Scientific.

Publié par le CLUD de l’APHP en partenariat avec l’Institut Upsa.

Deux exemples réussis d’Apps de publications scientifiques.

Une application gratuite développée par Édouard Daubin ( @Docteuri et @Appocrate ), que j’ai découverte via la @supergelule. Il s’agit d’un logiciel d’aide à la prescription comparable à BCB pour iPhone, Vidal (tiens, je viens de me rendre compte que Vidal pour iPhone n’existe plus, des infos?)…

L’ergonomie est magnifique d’intelligence, sur ce point la BCB est enfoncée. On peut scanner le code barre d’une boite de médicament et l’application affiche sa notice complète. Ajouter les molécules pour le contrôle des interactions est un plaisir (les utilisateurs de la BCB apprécieront).

Par contre, je dirais Work in Progress car l’application n’est pour l’instant pas fiable du fait de bugs et surtout de lacunes au niveau de la recherche des interactions médicamenteuses:

Copie d’écran app’Ocrate

Copie d’écran BCB pour iPhone

  Copie d’écran du Thesaurus du 29/03/2012

On peut très facilement dialoguer avec le développeur qui est ouvert aux suggestions. Donc tout cela devrait rentrer dans l’ordre rapidement. Reste à voir si cette App restera gratuite, quel est son modèle économique, la périodicité des mises à jour…

Si tous les voyants passent/restent au vert, elle pourrait tout à fait concurrencer mon App de référence, la BCB pour iPhone, qui est fiable mais dont l’interface est aussi ergonomique que celle d’un tracteur soviétique.

A surveiller et à garder dans un coin de son esprit.

DYAC

Le correcteur d’orthographe de l’iPhone est parfois horripilant, mais il peut aussi avoir des suggestions étranges.

DYAC pour Damn You Auto Correct est un site qui recense les meilleures.

Deux exemples parmi tant d’autres:

Le site a aussi une section SIRI qui permet de se rendre compte que le SIRI américain a bien plus d’humour que le notre.

Je suis quand même arrivé à lui faire dire quelques bêtises: 

😉

La SNCF, ces grands geeks…

Parfois, la SNCF est désarçonnante de modernité, voire même de geekitude. Tout cela contraste avec ses rouages qui sont parfois incroyablement archaïques (une belle-famille de cheminots!).

J’adore le billet virtuel, appelé de façon très originale e-billet. Il s’agit d’un code QR situé au dos d’une carte grand voyageur ou qui s’affiche directement sur son iPhone grâce à l’application iDTGV. Je n’utilise pas cette application, mais la description parle aussi de la possibilité d’un chat avec d’autres voyageurs du même train. Quelqu’un a essayé?

J’avoue que la première utilisation du e-billet est assez anxiogène, et si le lecteur du contrôleur ne marchait pas? La dématérialisation des choses enlève une part de certitude. Heureusement, depuis que je l’utilise, aucun souci. La veille du départ, la SNCF nous envoie un SMS de confirmation avec les données essentielles du voyage.

J’utilise SNCF Direct qui permet de visualiser sur son mobile les infos annoncées en gare sur les panneaux électroniques. Pratique quand on n’est pas encore arrivé à la gare, qu’on est un peu juste et que l’on souhaite connaitre par anticipation son quai, j’en ai fait l’expérience. On peut aussi déclencher une alerte dès que le quai est annoncé. En pratique, l’alerte survient après l’annonce en gare, elle n’est donc que de peu d’utilité. Si vous ne savez pas où se trouve votre gare, l’application peut vous y conduire en utilisant l’application native Google Map.

L’application voyages-sncf.com ne me servait pas beaucoup jusqu’à sa mise à jour de début décembre. Ses fonctionnalités ont alors englobé celles du compagnon, dont je me servais beaucoup et qui devrait à terme disparaître. Maintenant, on peut presque tout faire avec cette application: acheter un billet, l’échanger, consulter ses détails, les incidents éventuels, programmer une alarme pour l’annonce du quai (toujours avec le même bémol que supra). On peut aussi « partager » son billet, clamer au monde des réseaux sociaux (Facebook et Twitter) que l’on va se rendre à Trifouillis-les-oies telle date à telle heure. Aucun intérêt, mais c’est rigolo. On peut aussi automatiquement ou non ajouter à son agenda l’ensemble des infos du trajet, pratique en cas d’agenda partagé.

Finalement, peut-être que cela arrivera, il faudrait que la SNCF fusionne toutes ces applications en une seule, en améliorant au passage un peu l’ergonomie, et tout serait parfait dans un monde de geeks.

Peu après avoir eu l’idée de cette note, je suis tombé sur ce titre du Canard de la semaine:

Aucun rapport, mais la coïncidence est drôle..

Siri

Siri est une des grandes nouveautés de l’iPhone 4S, et j’avoue que cette interface vocale est assez étonnante.

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, cette série d’articles sera la bienvenue.

Comme presque tout le monde (je présume), j’essaye surtout de lui faire dire des trucs drôles. Et ça marche très bien pour faire rire et épater la galerie.

Mais je l’utilise aussi pour envoyer des SMS ou pour me passer de la musique. Néanmoins, l’intégration de la fonction plan/itinéraire et surtout de Wolfram Alpha comme aux États-Unis devrait permettre à Siri de prendre une toute autre dimension (exemple).

Voici un petit florilège personnel:

De notoriété publique, le système Android n’a jamais été en odeur de sainteté chez Apple. Néanmoins, Siri sait se montrer diplomate et retenu, même si on le chauffe un peu:

Siri sait aussi être à l’écoute de mes petits maux:

Sinon, il sait aussi très bien faire son boulot d’assistant personnel:

Une chose remarquable est l’intégration par Siri des renseignements consignés dans les Contacts. J’ai renseigné que Agnès était mon « conjoint ». Je peux ensuite la désigner à Siri comme étant « ma femme » et il la reconnaîtra:

N’espérez pas vous en faire un pote déluré:

Mais il ne dédaignera pas parler philosophie avec vous: