Promenades culturelles

L’exposition sur Nicolas de Staël se tient jusqu’au 23 septembre dans le magnifique Hôtel de Caumont à Aix. J’avais déjà pu apprécier la beauté du cadre pour l’expo Turner en 2016 et Canaletto en 2015..

Je ne connais que peu d’oeuvres de Nicolas de Staël, je voulais donc aller un peu plus loin. Il y a longtemps, un confrère que je respecte énormément m’avait dit que ses toiles n’étaient composées que de quelques carrés de couleur, mais que les gens tombaient en pâmoison devant. Il avait quand même failli en acheter une. L’expo est magnifique, même si certaines oeuvres m’ont laissées perplexe. Comme il se doit, certains cartels sont écrits sous ectasy. J’ai souvent remarqué que plus une oeuvre était vide, plus le texte du cartel était riche, voire baroque et halluciné, et inversement (mention spéciale à La table rose).

Ces photos me font penser à cet article du NYT qui s’intéresse à « l’instagramisation » des visites culturelles. Je ne fais pas mieux que les autres, je parcours les salles l’iPhone à la main, l’application Appareil Photo ouverte. Après, j’écris des notes et je dis que j’y étais, alors que je n’y étais vraiment que comme porte-iPhone. Le fait de ne plus regarder directement des oeuvres mais des images d’oeuvres est quand même assez fascinant, puisqu’en fonction des performances du capteur ou de l’inclinaison de l’écran de l’ordinateur portable, l’oeuvre est totalement modifiée.

Cette photo du Soleil, volée sur Twitter est-elle plus proche de l’oeuvre de Staël que la mienne?

Seconde expo, en fait plus une installation, « Amor Fati » de JR au J1. Je croise assez souvent les oeuvres de JR, et j’ai notamment beaucoup aimé quand il a fait disparaître la pyramide du Louvre.

Cette viste m’a aussi permis de découvrir le J1 qui est laissé dans son jus de friche industrielle (je pense notamment au double tourniquet noir qui sert d’entrée et qui est fort peu engageant). L’installation est un immense bassin noir où le visiteur regarde naviguer un bateau en papier dont la coque est ornée de son regard. Pour 7€, j’ai pu faire naviguer mon bateau faire partie d’une oeuvre de JR (et regardé un court-métrage avec Bob de Niro, visible ici pour 0€). Je soupçonne un peu JR d’avoir rattaché artificiellement son oeuvre avec la tragédie des migrants pour complaire aux bobos en quête de compassion facile. Je me suis contemplé dans cette oeuvre, qui contrairement à ce qu’en a dit JR est très instagrammable (qu’instagrammable?) et je n’y ai rien vu.

Amor Fati #JR #J1 #amorfati #marseille #instagrammable

A post shared by Jean-Marie Vailloud (@vailloud) on

Ceci dit, déambuler dans cette installation qui flatte les objectifs des téléphones n’est pas désagréable du tout et la vue tout au bout du J1 est magnifique.

Petite anecdote sur ma relation avec le J1. J’ai eu une brève phase Tinder. Ça mériterait presque une note à part entière. Bref, la seule personne avec qui j’ai pu aller au-delà de deux lignes de discussion était vive, marrante, cultivée et elle travaillait dans le domaine culturel. 100% de réponses positives, et j’avais l’impression que je lui plaisais bien par ailleurs. Physiquement, je ne sais pas trop, elle ne m’a envoyé que de petits morceaux de son anatomie (ça, c’est très sympa). Son dernier message après avoir vu ma photo que je m’étais finalement résolu à lui envoyer était un conseil d’aller visiter le J1.

Et bien c’est fait.

(Encore une métaphore sur le pouvoir des images).

Dernière visite, l’expo Picasso à la Vieille Charité. Le cadre est magnifique et j’ai été impressionné par la richesse de l’expo. À faire, vraiment.

Hormis la grande qualité des oeuvres, prêtées en majorité par le Musée Picasso, l’expo éclaire avec simplicité (rappelez-vous ce que je vous ai dit sur la relation inversement proportionnelle entre une oeuvre et son cartel) les influences qui ont baigné Picasso tout au long de son immense oeuvre.

 

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Ecris ton cartel.

Robert Ryman (1930 – )

Sans titre

printemps 1974

Laque glycérophtalique sur toile marouflée sur panneaux de bois

182 x 546 cm

Triptyque

Achat, 1985

Numéro d’inventaire : AM 1985-19

La polychromie suggérée qui émane de ce triptyque évoque le Jugement dernier de Rogier van der Weyden et la Mort de Sardanapale de Delacroix.  On retrouve dans les larges coups de pinceau de Ryman l’évocation métaphysique d’une spirale -ascendante chez Delacroix et descendante chez van der Weyden- aspirant irrésistiblement le spectateur vers sa propre granularité obscure. Comme il l’écrit à son ami Roy Lichtenstein: « J’ai voulu ré-interprêter les deux oeuvres dont je t’ai tant parlé, mais il ne me restait plus que du blanc et de la mescaline ».

À travers le miroir

Pour moi, l’art, notamment contemporain est un miroir tenu à bout de bras par l’artiste, et dans lequel nous nous reflétons, ce qui nous permet en retour de… réfléchir. Une œuvre va autant nous enrichir que nous l’enrichissons. Si il n’y a rien à refléter, et bien… on ne voit rien.

L’œuvre vit du regard qu’on lui porte. Elle ne se limite ni à ce qu’elle est ni à celui qui l’a produite, elle est faite aussi de celui qui la regarde. Ma peinture est un espace de questionnement et de méditation où les sens qu’on lui prête peuvent venir se faire et se défaire.

Pierre Soulages

J’ai vu passer récemment deux séries photographiques qui illustrent cela de façon humoristique.

La première, People matching Artworks, est du photographe Stefan Draschan. La seconde est une sorte d’oeuvre collective de gens qui se sont trouvés des jumeaux dans des oeuvres d’art.

Parfois, aussi, c’est le créateur qui ne fait qu’un avec ses créations…

(Source)