Les Buddenbrooks (2)

Petit à petit, mon épouse retrouve quelques restes du mode de vie qui a été celui de sa famille jusqu’aux années 30 durant lesquelles s’est produit un effondrement aussi brutal qu’actuellement inexpliqué.

Elle a récupéré récemment quelques assiettes, marquées aux armes de sa famille.

Photobucket

Ces assiettes m’ont amené à faire deux découvertes inédites sur la famille, en deux minutes, grâce à Google, loué soit le grand chercheur.

La première, l’origine de l’ascension de la famille a pour origine un fait d’arme précis daté de 818.

Un ancêtre béarnais, qui combattait avec Alphonse le Chaste contre les Maures, faisait le siège autour d’une forteresse tenue par ce derniers. Une nuit, les maures font une sortie et surprennent les béarnais désarmés. L’ancêtre se saisi d’un arbrisseau, s’en fait une massue, rallie les siens et repousse l’attaque.

C’est en reconnaissance de cette action que Alphonse le Chaste anoblit l’ancêtre et changea sa destinée, et celle de sa famille dont un détail du blason rappelle cet épisode:

Photobucket

On y voit la fameuse forteresse et deux troncs d’arbre qui ont servi d’armes de fortune.

La deuxième découverte est que Nicolas Boileau fait allusion dans une de ses Épitres à un épisode militaire auquel participe un autre ancêtre

Dans l’épisode conté, ce dernier traverse hardiment le Rhin le 12 juin 1672 au cours de la campagne contre les hollandais.  Tellement hardiment, que les cuirassiers qui le suivaient l’ont pris pour un hollandais et l’ont blessé à 5 reprises.

Comme souvent, il n’y a qu’un pas entre le sublime et le ridicule.

Très impressionnantes, ces quelques assiettes ébréchées qui résument l’ascension et la chute d’une famille sur une durée de 1100 et quelques années.

On a décidé de ne pas manger dedans et de ne pas les passer au lave vaisselle.

Elles seront là pour nous rappeler, à notre tout petit niveau, que la roche tarpéienne est proche du Capitole.