PROSPECT

L’étude PROSPECT a été présentée au congrès TCT 2009, et ses résultats sont très intéressants. Vivement leur publication complète. Il s’agit du suivi coronarien et cardiovasculaire sur 3 ans de 700 patients ayant été revascularisés sur 1 ou 2 coronaires pour un syndrome coronaire aigu, en association avec un traitement médical optimal.

Le suivi était clinique, et les auteurs ont réalisé une exploration assez extensive du réseau coronaire.

A bout de 3 ans:

  • toutes lésions confondues, 20.4% des patients ont présenté un évènement cardiovasculaire, c’est à dire: une mort cardiaque, un arrêt cardiaque, un infarctus du myocarde, un angor instable, ou un angor progressif.
  • Ces évènements avaient pour origine la ou les lésions traitée(s) initialement dans 12.9% ou une lésion ailleurs sur le réseau coronaire dans 11.6% des cas.

20.4% à 3 ans, ça peut paraitre beaucoup mais la récurrence d’un évènement se fait dans la grande majorité des cas selon un mode mineur par rapport à l’évènement initial, c’est à dire un angor instable ou progressif.

C’est un peu l’impression que j’en avais. Mais c’est toujours bien d’avoir des chiffres pour appuyer ses explications à des patients toujours inquiets d’être rentrés dans la maladie coronaire.

« Ça peut recommencer, mais ça sera moins grave« .

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Michael O’Riordan. PROSPECT: Vulnerable lesions lead to unstable angina rather than MI or death. theheart.org. [Clinical Conditions > Interventional/Surgery > Interventional/Surgery]; Sep 25, 2009. Accessed at http://www.theheart.org/article/1007873.do on Sep 30, 2009

Traduction française:

Catherine Desmoulins, en collaboration avec Michael O’Riordan. Après angiostenting, 20% des patients feront un nouvel événement coronaire à 3 ans. theheart.org. [International Editions > Édition française > Sections > Actualités > Maladie coronaire/Interventionnel]; 29 sept. 2009. Consulté à http://www.theheart.org/article/1009503.do le 30 sept. 2009

Sidewiki

Google vient de rendre publique Sidewiki, une nouvelle fonctionnalité de sa barre d’outils.

Cette fonctionnalité est disponible pour Firefox 2+ et IE6+, uniquement pour les possesseurs d’un compte Gmail.

Elle permet d’écrire des commentaires sur n’importe quel site web, et éventuellement de les partager sur Facebook, Blogger ou Twitter.

John Mack s’est ainsi amusé avec un site de Pfizer.

TechCrunch en parle un peu plus longuement ici.

Ma première réaction a été de tiquer un peu.

En effet, les commentaires de Sidewiki sont gérés par Google, et échappent totalement aux créateurs du contenu commenté.

Puis, je me suis rappelé que la toile est un système parfaitement ouvert, c’est d’ailleurs ce qui fait sa force, et qu’il est parfaitement illusoire de chercher à contrôler les commentaires des lecteurs. La contrepartie de publier sur la toile est de s’exposer.

Pour l’instant, je ne l’ai jamais regretté.

Néanmoins, cette petite application va probablement provoquer de sérieuses empoignades sur la toile!




Petit papa wordpress…

Quand tu descendras du ciel, j’aimerais que tu rajoutes une fonctionnalité permettant aux blogs hébergés sur wordpress.com, comme le mien d’être visualisés de façon optimale sur mobile.

Grange Blanche, sur iPhone, ça ressemble à ça:

Photobucket

L’excellent Un infirmier, à ça:

Photobucket

Photobucket


Il n’y a aucune comparaison en terme de confort et de lisibilité…

La différence tient à un plugin de ce type, qui est certes développé pour WordPress, mais qui n’est pas accessible si l’on héberge leur blog chez eux…

C’est d’autant plus dommage que Overblog, par exemple, permet de visualiser leurs blogs de façon optimale sur mobiles.

Par exemple, les chroniques d’un infirmier:

Photobucket

Si quelqu’un d’influent chez WordPress passe par là…

Le médecin patient (nième)

Cardiopathie ischémique, fraction d’éjection à 25%, gros anévrysme antérieur, le défibrillateur implantable ne se discute pas, sauf si…

Je suis un patient, médecin généraliste à la retraite, et marié à une infirmière (classique), pour une cardiopathie ischémique sévère. Chaque fois, j’ai droit à mes trois bouteilles d’un excellent muscat dont je ne profite malheureusement pas.

Je n’ai jamais pensé à lui parler du défibrillateur.

Hier, il m’en a parlé spontanément, en me précisant qu’il n’en voulait pas, pour des raisons « philosophiques ».

Son épouse nous a demandé ce que c’était, puis lui a aussitôt reproché de ne pas vouloir se faire implanter.

Il aurait été un patient « normal », j’aurais insisté, expliqué, ré-expliqué, marqué dans le dossier que sa décision était éclairée, bref, tout le tintoin pour ouvrir le parapluie en grand.

Mais là, comment avoir une attitude « médico-légale » avec un confrère qui connait parfaitement les tenants et les aboutissants de sa maladie?

Comment refuser à quelqu’un d’éclairé, éclairé dans un sens bien plus large et riche que le pauvre terme qu’il est devenu actuellement sous la plume de la technocratie médicale, la possibilité de mourir rapidement, proprement et sans souffrir?

Comment lui refuser une mort que je me souhaite?

Son épouse a tout résumé par cette phrase: « Dans la mort subite, seul l’entourage souffre ».

On s’est séparé en se disant à l’an prochain.