Rendez-moi ma titine!

Incroyable comme ça cale facilement une essence…

(pour l’instant, je n’ai eu que des diesel)

Trois fois sur moins de 5 kilomètres.

J’ai quand même évité la honte de caler dans l’enceinte du concessionnaire, devant tout le monde.

Mais à vrai dire, j’ai quand même réussi l’exploit de passer la marche arrière sans débrayer, avec le commercial assis à côté de moi qui voulait me faire voir où elle était. C’est solide une boite de vitesse Toyota, vous pouvez me croire.

Encore un qui m’a pris pour un grand débile (c’est assez fréquent).

Donc maintenant je démarre à 3500 tours par minute, minimum, et je lâche l’embrayage brutalement.

Dans le quartier et à la clinique, tout le monde sait que je suis cardiologue et que les cardiologues se la jouent grave en faisant rugir leurs moteurs et en démarrant sur les chapeaux de roue.

Il me manque plus que la Day-Date en or, la grosse chaine du même métal avec une Corse stylisée au bout, et les Ray-ban pour avoir la combinaison complète du cardiologue libéral.

Bon, c’est vrai aussi qu’en général, ils ne font pas vroum-vroum-vroum avec une petite Yaris…

Et pour les amplis sur roues, ce n’est pas non plus le nirvana, il faut une prise jack que je n’ai bien évidement pas.

Rendez-moi ma titine !

Twitter, combien de divisions?

Ça y est, Twitter a eu sa consécration.

Oprah Winfrey en a parlé dans son émission, et s’est mise à twitter (infinitif du verbe twitter, Druon vous remercie).

La photo du NYT est parfaite, pas étonnant qu’ils aient encore fait une moisson de Pulitzer cette année.

A droite, Oprah est parfaite en blonde. « Mon Dieu, quand je bouge la souris, ça bouge la petite flèche!« 

A gauche, le très jeune patron de Twitter a le sourire indulgent de celui qui sent son portefeuille grossir à vue d’œil dans son pantalon grace à Oprah (pas de mauvais esprit).

Le résultat ne s’est pas fait attendre, la progression déjà inimaginable de Twitter s’est encore accélérée.

Il y a des inconditionnels, il y a des sceptiques, bref, ce système de microblogging ne laisse personne indifférent.

On commence même à envisager des applications en Médecine.

Pour ma part, j’en reste toujours à cette interrogation que j’avais laissé dériver sur Twitter au gré des courants de la toile.

J’avoue que je ne comprends pas.

Une limitation à 140 signes, qui n’est pas vécue comme telle, l’ajout assez tardif du multimédia qui fait que Twitter se rapproche de plus en plus d’un blog « bridé ». Et pourtant, le succès est au rendez-vous.

Même twittervision, cette application géniale ne fait que conforter mon incompréhension au bout de 90 secondes.

Et ce n’est pas car je blogue, ce devrait être même le contraire, puisque la seule chose qui prévienne les blogueurs de bloguer, est le twitt.

Vous avez des idées?

(Je twitte donc j’existe?)