Amplis pour iPhone

Demain matin, je vais chercher 4 haut-parleurs pour mon iPhone.

Je les attends depuis pas mal de temps.

Un peu plus de 16000€, quand même (j’ai même du prendre une LOA sur 4 ans pour pouvoir me les offrir).

Mais bon, rien n’est trop beau pour Bertrand (c’est comme ça que je l’ai prénommé, en l’honneur d’un distingué confrère qui m’a dessillé).

D’après ma comptable, je pourrais déduire totalement cette somme de mes impôts, puisqu’il s’agit d’une dépense professionnelle.

Mais si, mais si.

J’ai une excellente comptable.

La marque ?

(des hauts-parleurs, pas de ma comptable)

Ni Bose, ni Pioneer,  Toyota !

Demain je vais chercher ma nouvelle petite Yaris!

Le fait que l’on puisse connecter un iPod sur la radio m’avait à l’époque à peine fait pousser un soupir de profond mépris.

Maintenant, évidemment, ce n’est plus du tout la même chose.

Ce n’est plus une voiture mais 4 hauts-parleurs sur roues qui incidemment pourront me permettre de me déplacer (avec PNYC de Portishead à fond dedans).

J’ai vidé ma Yaris actuelle avec quand même un petit serrement au coeur. Inimaginable, les saletés que j’en ai extraites et directement passées à la poubelle (notamment mon caducée de 2007, une note de carburant de la même année et un classeur d’investigateur pour une étude multicentrique pour une daube, étude que je n’ai jamais faite). J’ai aussi retrouvé ma première raclette à givre jaune, perdue il y a 3 ans, et ma seconde raclette à givre, jaune elle aussi, perdue il y  a 6 mois.

Je me suis promis de repartir dans 4 ans avec une Prius qui me fait fantasmer depuis des années. D’autant qu’une nouvelle version sera alors commercialisée. Mais bon, je vais devoir commencer à économiser et à reconvoquer mes patients tous les trois mois!




Encore une brêle

J’ai récemment vu une patiente venue demander un deuxième avis au CHU.

Son cardiologue lui a annoncé qu’il fallait qu’elle se fasse opérer de sa valvulopathie, sans trop lui donner de détails, ni répondre à ses questions. Il lui a pris un rendez-vous d’échographie trans-œsophagienne (ETO) « en pré-opératoire » dans une structure privée.

Comme il lui avait fait le coup il y a 4 ans, et que le deuxième avis, déjà demandé à l’époque au CHU avait récusé l’indication opératoire, elle revient et tombe sur moi.

Elle est au bord des larmes et exige une échographie cardiaque sur-le-champ.

Oulllààà, on est au CHU (le délai d’attente est de 15 jours à 3 semaines), réfléchissons un peu et reprenons ce dossier tranquillement.

Elle est en effet malade du cœur depuis une quinzaine d’années.

On ne peut pas dire qu’il ne la suit pas, puisqu’il la voit tous les trois mois. Tous les trois mois pour une maladie chronique stable, le confrère doit avoir plusieurs pensions alimentaires à payer, ou la Cayenne consomme plus que ce qu’il avait prévu…

Malgré ces (très, trop) nombreuses visites, il n’a pas pris le temps de lui expliquer ce qu’elle avait vraiment. Je suis stupéfait de me rendre compte qu’elle ne sait strictement rien de sa maladie et de son histoire naturelle. Quand je dis rien, c’est vraiment rien. Pourtant, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne se prive pas de poser des questions, et qu’elle est parfaitement capable de comprendre les réponses. A croire qu’il l’a laissée dans l’ignorance pour mieux la contrôler. A ce point, ce n’est ni de la négligence, ni du mépris, ne de la flemme, c’est un calcul froid.

Je lui demande à voir l’échographie cardiaque qui a déclenché la nouvelle poussée de il-faut-vous-tailler-tout-de-suite-à-l’instant-pas-de-question-au-suivant. Pas un chiffre, pas une donnée, pas une mesure, rien.

Dans ces cas là, il n’y a que deux options. Pas trois, deux.

Soit le cardio est très très fort, un véritable maître en échographie qui ne se trompe jamais, un équivalent de Yoda pour la Force (j’en connais un), soit une brêle lamentable en échographie (j’en connais quelques-uns).

Je penche plutôt vers le deuxième groupe.

Tous les autres (dont je fais partie), qui vont des moyens mauvais aux moyens bons font des mesures. Pour vous donner une idée de ce qu’est une brêle en échographie j’avais connu un attaché en 1998 qui concluait ses comptes-rendus par un  énigmatique mais définitif « Patient peu échogène ce jour, à refaire demain« . Comme si la couverture nuageuse pouvait gêner la réalisation d’une échographie….

Autre signe évocateur: le fait qu’il demande une ETO pour confirmer l’indication opératoire sur une mitrale. Dans le cas de cette dame, l’ETO est de toute évidence totalement superflue, mais c’est un moyen d’avoir un deuxième avis sans perdre la face. Ce qui montre d’ailleurs qu’il est parfaitement conscient de ses qualités d’échographiste. Sur une sténose aortique, il aurait demandé un cathétérisme de contrôle.

Pourquoi continue t’il donc à faire des échographies cardiaques?

Une échographie cardiaque trans thoracique, c’est DZQM006=95.66€, une consultation c’est CS+MPC+MCS+DEQP003=41.52€, CQFD.

J’ai donc pris le temps d’expliquer à la patiente ce qu’elle avait (ce qui est le minimum), je lui ai pris rendez-vous avec le Maître Yoda de l’échographie (plus d’un mois de délai) et lui ai donné les coordonnées d’un excellent et adorable cardiologue libéral qui consulte à une encablure de chez elle. Je l’ai appelé devant elle pour lui expliquer la situation.

J’ai aussi précisé à la patiente deux choses fondamentales.

La première est qu’elle est libre de changer de cardiologue pour aller voir qui elle veut (celui que je lui ai indiqué, ou un autre). Je lui ai bien précisé que mon coup de fil  ne l’engageait à rien.

La seconde est que je ne lui ai jamais conseillé de changer de cardiologue.

Conflit de générations?

Photobucket

Entendons nous bien.

Si j’ai un iPhone, je suis un vieux, et le logiciel Shazam prend la peine de me vouvoyer, et de me citer en premier.

Mais si j’ai un iPhone touch (sic), je suis un djeun, donc le logiciel se permet de me tutoyer.

D’abord, l’iPhone touch, ça n’existe pas.

Steve va venir te tirer l’oreille, petit développeur français inculte et plein de préjugés. Pour ça, il devrait virer Shazam du iTunes Store-France.

On peut tout à fait avoir un iPhone (je ne pense à personne en particulier) et être (très) jeune.


(Bon, évidemment, le « Il suffira d’un signe » de Goldman et le « The promise You Made » de Cock Robin ne plaident pas en la faveur de ma grande jeunesse de corps et d’esprit, mais c’était un ami que je ne connais pas qui écoutait ça, et j’ai voulu lui faire une démonstration de Shazam).

Celle que je remercie se reconnaîtra. 😉


Imagerie

Ce matin, j’ai eu deux patients à ma vacation avec une imagerie intéressante.

Le premier a une occlusion d’une carotide commune gauche, en doppler, cela donne ça:

Photobucket

Photobucket

Le cerveau, l’aval est vers la gauche; le cœur et l’aorte, l’amont, vers la droite. La grosse masse grise qui bouche l’artère carotide commune (notéee occlusion) est facilement visible. Un coup de doppler couleur+ pulsé retrouve un tout petit flux résiduel, qui correspond à la masse sanguine qui vient buter sur l’obstacle, mais qui ne circule pas. Le patient, au demeurant très sympathique n’a aucune séquelle. Ceux, qui comme lui ont un polygone de Willis de compétition, sont vernis!

Autre patient, autre image. On lui a posé une endoprothèse (ou ici pour en voir une en photo) à la jonction artère carotide interne (ACI)/ artère carotide commune (ACC) pour une sténose significative.

Photobucket

On voit très bien les parois de l’endoprothèse (que j’ai négligemment appelé « stent », Druon doit se retourner dans sa tombe toute fraîche…). Apparemment, la lumière est propre et nette. Mais si on met un coup de doppler « Energie » (qui permet de transcrire en couleur le mouvement des globules rouges), on se rend compte que le flux sanguin passe au travers d’une sténose isoéchogène (c’est à dire que son aspect est le même que celui du sang dans les artères) quelques mm après le début de l’endoprothèse.

Photobucket

Tout l’intérêt (et la difficulté) de la suite de l’examen est dans la quantification de cette resténose.

In fine, j’ai estimé qu’elle n’était pas sévère (pour ceux que ça intéresse, quelques liens ici).

Tant mieux pour le patient!

On se reverra dans 1 an.