Ghostwriting?

Si vous ne savez pas encore ce que c’est, je vous suggère d’aller jeter un coup d’œil ici et ici.

Sinon, depuis quelques mois (depuis les affaires Merck et Wyeth, notamment), la prise de conscience de l’existence de ce qui n’est ni plus ni moins qu’une fraude organisée de façon « industrielle » et méthodique par les firmes pharmaceutiques a littéralement explosé dans le monde de l’édition scientifique médicale.

Tout le monde en parle tout le temps, et jure la main sur le cœur que plus jamais, plus jamais…

Mais les vieilles habitudes ont la vie dure, comme semble le montrer cette note du très bon The Carlat Psychiatry Blog.

Daniel Carlat reproduit un message électronique daté de ce mois, délicat chef d’œuvre composé d’un entrelacs de sous-entendus, qu’un confrère psychiatre a reçu de Blue Spark, une officine de communication qui travaille ici pour Sanofi-Aventis.

Je vous en conseille vivement la lecture, de même que les commentaires qui vont avec.

Par ailleurs, Daniel Carlat a consacré très récemment une autre note à ce problème.

Préviscan quadrisécable high-tech.

Vous vous souvenez peut-être des deux notes (φάρμακον et Entretien exclusif) que j’avais écrites sur les formes galéniques un peu aberrantes des AVK en France et vous connaissez bien plus sûrement l’aversion de l’excellent toubib contre le Préviscan® (fluindione).

Et bien, P&G, la firme qui commercialise le Préviscan (P&G c’est Procter & Gamble, mais ça faisait trop produits d’entretien pour un médicament) a décidé de changer la galénique et de sortir un comprimé High-Tech:


Photobucket

Il va falloir que j’aille voir ma pharmacienne adorée pour qu’elle me les fasse tester, et actualiser mes comparatifs photos.

Quelqu’un parmi vous en a déjà vu passer?

Premières impressions?

Beuarghhh

J’ai été touché par la sollicitude de trois lecteurs/lectrices qui se demandent pourquoi je n’ai plus rien écrit depuis le 30/11.

Ça va, je n’ai rien, ni souci ni grippâsse, grippette ou grippounette, selon la très récente classification de la société marseillaise d’infectiologie.

J’ai juste la flemme 2.0.

Et en plus, je suis un peu occupé en ce moment avec l’achat de ma maison qui est en cours de finalisation (prêt, paperasse, changement de banque, paperasse…), des obligations sociales, un cabinet qui déborde (pas les toilettes, heureusement), une patiente qui me fait faire du souci, un très prochain aller-retour sur Paris qui me tracasse pas mal….

Donc pas trop envie en ce moment.

Ce à quoi vous avez échappé:

  • L’histoire de la patiente qui a quelque chose de grave, mais je ne sais pas quoi.
  • Le récit de mon EPU surréaliste dans la Provence très profonde, avec un co-orateur commercial chez Orange (ils font des produits pour les professionnels de santé) très sympa, pas suicidaire pour un sou, mais qui s’est de toute évidence endormi trop souvent la tête contre sa LiveBox, le wifi activé.
  • Le premier échec de Mao à la tête de l’éphémère République soviétique chinoise du Jiangxi (novembre 1931-octobre 1934).
  • Un entretien avec une journaliste de la Gazette Santé Social. L’article paraîtra en janvier et contiendra d’autres témoignages de blogueurs appartenant au domaine de la santé et du social.
  • L’analyse de RE-COVER (dabigatran contre warfarine dans la thrombose veineuse profonde).

Merci de votre patience, et à bientôt pour de nouvelles aventures!