Ghostwriting?

Si vous ne savez pas encore ce que c’est, je vous suggère d’aller jeter un coup d’œil ici et ici.

Sinon, depuis quelques mois (depuis les affaires Merck et Wyeth, notamment), la prise de conscience de l’existence de ce qui n’est ni plus ni moins qu’une fraude organisée de façon « industrielle » et méthodique par les firmes pharmaceutiques a littéralement explosé dans le monde de l’édition scientifique médicale.

Tout le monde en parle tout le temps, et jure la main sur le cœur que plus jamais, plus jamais…

Mais les vieilles habitudes ont la vie dure, comme semble le montrer cette note du très bon The Carlat Psychiatry Blog.

Daniel Carlat reproduit un message électronique daté de ce mois, délicat chef d’œuvre composé d’un entrelacs de sous-entendus, qu’un confrère psychiatre a reçu de Blue Spark, une officine de communication qui travaille ici pour Sanofi-Aventis.

Je vous en conseille vivement la lecture, de même que les commentaires qui vont avec.

Par ailleurs, Daniel Carlat a consacré très récemment une autre note à ce problème.

Préviscan quadrisécable high-tech.

Vous vous souvenez peut-être des deux notes (φάρμακον et Entretien exclusif) que j’avais écrites sur les formes galéniques un peu aberrantes des AVK en France et vous connaissez bien plus sûrement l’aversion de l’excellent toubib contre le Préviscan® (fluindione).

Et bien, P&G, la firme qui commercialise le Préviscan (P&G c’est Procter & Gamble, mais ça faisait trop produits d’entretien pour un médicament) a décidé de changer la galénique et de sortir un comprimé High-Tech:


Photobucket

Il va falloir que j’aille voir ma pharmacienne adorée pour qu’elle me les fasse tester, et actualiser mes comparatifs photos.

Quelqu’un parmi vous en a déjà vu passer?

Premières impressions?