Syndrome MGEN

« Le syndrome MGEN est la certitude inébranlable qu’a un patient ou un membre de la famille d’un patient de pouvoir comprendre un phénomène médical souvent complexe, bien mieux que le médecin, sans aucune connaissance préalable physiologique et encore moins pharmacologique, sous prétexte qu’il représente une référence éducative pour sa classe. »

Les signes cliniques associent la diade suivante:

  • Adhérent à la MGEN
  • Flot ininterrompu de questions sans lien logique entre elles, ni progression de la pensée, entrecoupées d’affirmations péremptoires.

La physiopathologie n’en est pas encore totalement élucidée.

Les troubles ne seraient toutefois pas liés à l’adhésion à cette mutuelle particulière, qui est pourtant remarquablement constante, ni à l’achat de mobilier à la CAMIF, puisque si cette structure a disparu, le syndrome persiste.

Il semble que le sujet évacue son angoisse de n’être exceptionnellement plus le dépositaire unique de la connaissance au cours de la consultation.

Note pour la prochaine fois: caser un seul syndrome MGEN par journée de consultation, et à la fin d’une demi-journée (faire prévenir son épouse de garder le repas au chaud).

Précision: je vais rendre à César ce qui est à César, je ne m’attribue pas la paternité du nom de ce syndrome, ni de sa description puisque Trubli0n l’a brillamment évoqué dans cette note (que j’avais déjà beaucoup admirée à l’époque).

 

Médecine 2.0

Vous ne voyez pas à quoi ce terme se rapporte?

Vous ne voyez pas en quoi internet a modifié la relation médecin/malade?

Je vous suggère donc d’écouter le podcast du débat auquel a participé Dominique Dupagne sur France Culture le 22 mai dernier.

C’est ici.

(merci à Dominique de l’héberger sur son serveur, et à Philippe Eveillard de m’avoir permis de le découvrir gràce à ses chroniques dans la Revue du Praticien Médecine Générale)