Larousse médical illustré 1921.

Haha, j’ai de la chance aujourd’hui!

J’ai aussi retrouvé à côté de l’abrégé d’histoire de tout à l’heure l’édition 1921 du Larousse médical illustré.

Il y a très longtemps, je l’avais feuilleté et trouvé quelques « merveilles », telles que des photos de moulages en cire de maladies cutanées horribles et qui me faisaient faire des cauchemars quand j’étais petit (peut-être pour ça que j’ai toujours détesté la dermato…).

Il y a moins longtemps, j’avais aussi trouvé quelques articles fleurant bon le début du XXième.

Extrait du très volumineux article « Conditions et hygiène du cyclisme », paragraphe « Femme »:


– Raisons Favorables.

Les femmes sont fréquemment atteintes d’anémie et de troubles nerveux qui sont la conséquence directe ou indirecte du manque d’exercice et de la sédentarité. Celles qui sont réputées les plus actives se dépensent, en effet, surtout à l’intérieur de la maison et non au grand air.

Un des principaux troubles dont elles souffrent est la constipation:or, la bicyclette est, comme on l’a vu précédemment, un puissant régulateur des fonctions digestives.

Il est à remarquer que les femmes les moins accoutumées à un exercice quelconque deviennent capables d’une résistance fort sérieuse à la fatigue du cycle, après un entrainement très modéré.

– Conditions nécessaires.

La femme doit s’abstenir de monter à bicyclette au moment des congestions ou des troubles quelconques de l’appareil féminin et lorsqu’elle est enceinte. Il est sage, après un accouchement; d’attendre deux mois pour en refaire. Étant nourrice, elle se livrera à cet exercice pendant un temps assez court et à une vitesse modérée pour qu’il n’entraîne pas une sudation abondante qui tarirait, au moins temporairement, la sécrétion du lait. Enfin, il convient de ne pas employer de corset serré, sous peine de congestions pulmonaires graves qu’annoncent du reste un essoufflement rapide et une coloration intense du visage.

– Maximum

Pour la femme et en plaine, 12 à 15 kilomètres à l’heure et 40 à 50 et 60 kilomètres au plus par jour, sans montée sérieuse, sont des chiffres à ne pas dépasser et qui ne doivent être atteints qu’après un entraînement progressif. Les arrêts en route doivent être fréquents.


Diable! J’adore ce ton que l’on trouve uniquement de nos jours dans les manuels de conseils pour l’entretien de nos animaux domestiques!

Un peu plus loin, le Larousse conseille sans trop de restriction le cyclisme chez l’enfant.

Sauf, sauf


– Chez les petites filles, la surveillance doit être particulièrement active à l’époque de la formation, en raison de la congestion possible de la région intéressée. Par contre, lorsque cette formation est trop tardive, il semble indiqué de conseiller l’usage de la bicyclette.


Même remarque que précédemment: 1921, si près, si loin…

8 Replies to “Larousse médical illustré 1921.”

  1. Quelle chance d’avoir retrouvé un ouvrage pareil!
    J’ai le Larousse Médical de 1956, récupéré de chez mes grands-parents… Il a bercé mon enfance et l’interdiction de le consulter le rendait encore plus mystérieux à mes yeux. Il faut dire que certaines images sont impressionnantes, notamment dans la page « monstre ». Les temps changent…
    Merci pour ces témoignages 🙂

  2. Pfff ! J’ai toujours pensé que le cycle féminin rendait les femmes intensément colorées du visage… mais là, tu en apportes une preuve.
    Par ailleurs, si la femme en plaine ne doit pas dépasser les 15 km/heure, en a-t-elle le droit en descente ?

    Allez, pour le fun, je livre ici un extrait de « La vie en fleur », de Marguerite Csaba, docteur en médecine à Budapest, livre publié en 1945 : (Elle parle du Tour de France et du cyclisme) : « C’est dans ce domaine en particulier, qu’elle (la jeune fille) ne doit pas rivaliser avec les jeunes gens. A le faire, elle risquerait de perdre, avec l’exacte notion de son rôle véritable, une grande partie de ses attraits : Une démarche, des gestes, une tenue, bref, un extérieur trop masculin, est déplaisant ou ridicule chez une jeune fille. Ainsi tu as le choix : Ou développer les précieuses virtualités de ton corps et de ton âme, ou devenir une sorte de contrefaçon, qui défie la nature. Et tu comprendras que s’il t’es bien permis de te livrer aux jeux sportifs à la mode, il faut te garder d’en abuser. »

    Bon, le monde a un peu changé… Un peu… mais comme tu dis… ce n’est pas si loin !

  3. J’ai moi aussi un Larousse médical du début du siècle dernier, que j’ai malheureusement laissé chez mes parents, ce qui m’empêche de citer ici le passage concernant l’homosexualité, très choquant pour des gens de notre époque. De tête je crois qu’ils évoquaient comme cause une anomalie de l’olfaction, et bien sur cette « maladie » pouvait se guérir…

  4. Larousse Médicale de 1924, trouvé chez grand papy (les planches anatomiques où sont représentés les organes sexuels ont été enlevées) :

    Misogynie : Absence d’attraction pour les rapports sexuels normaux. V. HOMOSEXUELS.

    Tatouage : (…) Cette pratique n’est généralement employée en France que dans les classes inférieures, chez les habitués de la correctionnelle. Cependant, sous l’action de modes bizarres, des tatouages sont quelquefois faits chez des personnes qui le regrettent amèrement plus tard.

  5. A l’occasion du centenaire de Science & Vie, j’avais reçu une reproduction de leur premier numéro, de 1903. Ça y parlait de cyclisme au féminin à peu près dans les mêmes termes.
    J’adore les vieux bouquins… Ça permet de s’ouvrir à des modes de pensée avec oeillères, et du coup de se dire qu’on a peut-être exactement les mêmes, mais positionnées à un autre endroit du champ de vision intellectuel. Se remettre en cause, il n’y a que ça ^^.

    Et j’ai un très gros faible pour les vieux bouquins…

  6. Héhé j’ai lu un (titre approximatif) « guide pour la tenue des pensionnat de jeunes filles » (1980). C’est absolument délicieux (de connerie) mais c’est ca qui en fait tout le charme.

    Ce qui me frappe à chaque fois, c’est absence total de toute tentative de développement de l’esprit critique. Mon dieu le vilain mot!!. Je m’étonne que la société ait pu fonctionner aussi longtemps sur ce mode. (Insérer ici qlqs considérations Marxistes pour faire bon poids? Bof non, en abrutisant la jeunesse, on peut faire ce que l’on veut de n’importe quel peuple…)

Laissez une réponse

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.