Esther Duflo

Durant mes congés, un de mes lecteurs m’a envoyé un article du New Yorker sur Esther Duflo.

Petite parenthèse, j’adore quand un de vous m’envoie un article susceptible de m’intéresser. La connaissance est un cadeau inestimable et je considère ces envois comme tels.

(mais j’accepte aussi le liquide)

Par ailleurs, contrairement aux textes que je peux trouver ça et là, et dont la recherche est conditionnée par le hasard, mais surtout par mon éducation et mes goûts, c’est à dire qu’ils sont limités à une petite sphère étriquée, les textes que vous m’envoyez me surprennent toujours.

D’une manière un peu plus générale, les possibilités d’ouverture permises par Grange Blanche me surprennent elles-aussi presque quotidiennement. Je ne peux malheureusement pas tout vous raconter, les portes ouvertes, les hasards heureux, les découvertes…

Fin de la parenthèse.

Je n’avais jamais entendu parler d’Esther Duflo.

L’article de Wikipédia m’a appris que ce n’était pas n’importe qui, ce qui est d’autant plus impressionnant qu’elle n’a que 4 mois de différence avec moi. A son âge, c’est à dire en mars dernier, je n’avais toujours rien fait de bien remarquable. Ce n’est pas de l’auto-flagellation, mais elle aurait 75 ans, son cursus m’aurait un peu moins impressionné.

Son truc à elle, c’est d’appliquer des méthodes statistiques telles que la randomisation afin d’étudier l’effet d’actions socio-économiques simples sur le bien-être de populations pauvres de pays en voie de développement.

Quand on est médecin, on a l’impression que toutes les sciences non fondamentales utilisent les statistiques. Et bien non, en économie, et dans ce domaine de la lutte contre la pauvreté, c’est elle qui a développé leur utilisation.

Ça paraît étonnant alors que tout est randomisation en recherche médicale.

Elle en a d’ailleurs donné une superbe définition:

Randomization takes the guesswork, the wizardry, the technical prowess, the intuition, out of finding out whether something makes a difference.

Takes the wizardry out, c’est exactement cela, la recherche médicale.

La transition entre la sorcellerie, le chamanisme et la médecine est merveilleusement illustrée par l’isolement de la digitale qu’a effectué Whithering à partir de la décoction d’une rebouteuse du Shropshire.

Esther Duflo a extrait la lutte contre la pauvreté de l’empirisme.

L’article du New Yorker est comme toujours excellentissime, le genre d’article qui donne l’impression d’être plus intelligent après sa lecture, pas un article du Monde, en somme.

Vous pouvez le trouver ici.

En passant, elle égratigne le microcrédit, qu’elle dit ne pas être une panacée.

La conférence d’Esther Duflo à TED 2010:


(Elle a comme qui dirait un joli petit accent français, non?😉 )


Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

5 thoughts on “Esther Duflo”

  1. le Monde en a parlé plusieurs fois en particulier à l’occasion du prix du jeune économiste ,pour un lecteur de plus de 40 ans la baisse de niveau du journal est terrible,si l’on s’en plaint la réponse est pire :elle correspond à la baisse d’exigence du lectorat!faire le journal des années 60 dans sa densité d’information et d’analyse ne correspondrait plus qu’à 100000 personnes…
    sinon rassurant on peut faire un beau parcours aux states avec un accent pire que le mien!

  2. C’est justement parce que l’économie classique n’utilise pas la randomisation, et d’une façon générale, la validation par l’expérience, que je n’ai jamais considéré que l’économie était une science. C’est plutôt une idéologie, selon mes critères épistémologiques. Du moins jusqu’à ces dernières années et l’arrivée de gens comme elle.

  3. Les questions posées permettent de répondre pour son intérêt, pas forcément pour le nôtre. Elle se fait mousser , récupère des prix, etc qui lui permettront de suivre des cours pour améliorer son accent. Mais permettre la survie de + d’enfants + éduqués en fera de + grands consommateurs dont l’empreinte carbone sera largement supérieure. Est-ce judicieux?

  4. « Elle se fait mousser , récupère des prix, etc « , j’imagine que c’est du second degré?
    Effectivement, j’avais aussi découvert cette jeune professeur du MIT (tenured!) par le Monde. Impressionnant parcours.

  5. tous les candidats au prix du jeune économiste ont des parcours scolaires impressionnants du genre ens maths puis assistanat d eco dans une grande fac anglosaxonne (ils n ont pas de mathématiciens!) à un age ou les docs finissent difficilement l’internat (les bébés inserm sont largement stérilisés par sa préparation)
    j’ ai raillé le monde mais la présentation de leurs travaux est une vraie ouverture de meme les prix de thèse et leur édition en sciences hu
    pour duflo en creux apparait l’absence totale d’évaluation des politiques sociales en france hirsch est parti exit de celle du RSA …

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s