Le problème du pont de Thor

Photobucket

Je vous avais prévenu, je suis dans ma période Sherlock Holmes.

Je viens de terminer Le problème du pont de Thor, que vous pourrez lire ici.

J’avais vu une adaptation TV de ce court récit avec dans le rôle de Sherlock Holmes l’excellent et regretté Jeremy Brett. Cet acteur maniaco-dépressif (comme Sherlock!) semble être décédé d’une cardiopathie valvulaire post rhumatismale, une bien belle maladie des siècles passés (du moins dans nos pays développés, ailleurs, on meurt encore pas mal de ça…).

Je connaissais donc la conclusion de l’histoire, mais cela n’a pas entamé mon plaisir.

Hier au soir, j’ai aussi musardé dans Google Books pour retrouver des descriptions cliniques contemporaines des anévrysme de l’aorte thoracique. Je vous conseille notamment ce Guide du médecin praticien de 1866 qui apporte une description clinique d’autant plus fine qu’il n’y avait que ça pour faire un tel diagnostic (première radio en 1895!) et encore moins pour le traiter efficacement:

La marche de la maladie est ordinairement difficile à suivre dans les premiers temps. Le plus souvent lente et sourde, elle est quelquefois très-rapide, comme on en voit des exemples dans les cas où le développement de la maladie a succédé à un accident. Il arrive assez souvent, ainsi que nous l’avons déjà fait remarquer, qu’après avoir marché lentement, l’affection prend un accroissement rapide, dont l’apparition d’une tumeur à la partie antérieure de la poitrine donne le signal. Dès ce moment, les symptômes sont beaucoup plus faciles à suivre, et vont plus ou moins rapidement en augmentant, a moins que le traitement ne vienne entraver leur progrès.

La terminaison de l’anévrysme de l’aorte est le plus souvent fatale ; toutefois il résulte d’un certain nombre des observations que nous ayons rassemblées, que la maladie ne doit pas être regardée comme désespérée.

A l’époque, la médecine c’était vraiment la science de l’expectative…

Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Avandia?

Quelle histoire, que celle de la rosiglitazone (Avandia®)!

Le message de la commission de la FDA a été finalement tellement confus que rien n’a pu être décidé, hormis d’insister sur les précautions d’emploi de l’Avendia, et l’arrêt du recrutement de l’étude TIDE qui compare rosiglitazone et pioglitazone.

L’EMA a tenu une réunion similaire peu après la FDA, et contrairement à cette dernière, a pris une décision résolue, celle de ne rien décider avant d’avoir plus de données (communiqué de l’Afssaps , et de l’EMA).

Bon…

Finalement, cela fait des années que la sécurité cardio-vasculaire de la rosiglitazone est remise en question.

Ce qui est quand même dommage pour un médicament qui est censé diminuer la morbi-mortalité induite par le diabète.

On n’en est plus à ce point de discussion depuis longtemps, car tout le monde s’écharpe et doute, pas sur son éventuelle efficacité, mais sur ses risques.

Primum non nocere, non?

Dans le doute, abstiens-toi, non?

D’autant plus qu’il existe de nombreuses alternatives.

(Aucun rapport, mais ça ne mérite pas une note, theheart.org revient sur la polémique sur le remboursement de l’Exforge HCT®, j’en avais parlé ici.)