journée chargée et cortisonée

Il y a des jours…

Un de ceux-là.

Je me lève avec une lombalgie carabinée, en tout cas la plus intense à ce jour. Un bi-profenid de la pharmacie familiale.

Arrivé à la consultation hospitalière, je pousse des petits cris à chaque déplacement entre le fauteuil et le tabouret sur roulettes de la salle d’échographie. L’infirmière, et l’aide soignante sont tout à la fois hilares et empathiques. L’élève infirmier me regarde carrément avec un regard inquiet.

Je prends 1 gramme de dafalgan et 40 mg de solupred, la journée peut commencer.

  • Une bombe brune en tanga hyper échancré et une poitrine débordante (littéralement). Des palpitations depuis qu’elle est avec son copain. « Ben, changez-en! » Grosse gaffe, le dit copain est le fils d’un membre du personnel de l’hôpital que je suis depuis des années. « Je plaisante, oubliez ce que j’ai dit, je ne tiens pas à avoir de problèmes!« . En fait il n’y a pas que le copain qui l fasse palpiter: 1 paquet par jour et une cafetière entière. On peut donc être brune et bête comme une blonde.
  • Un type qui sent le tabac, adressé en externe par un service pour une échographie cardiaque et un doppler artériel des membres inférieurs, alors qu’il était rentré pour anémie. Le bilan gastro est pour l’instant négatif. Quand il quitte la consultation, je lui ai trouvé une cardiopathie dilatée, une artère iliaque occluse et un énorme masse intra vésicale bourgeonnante et infiltrante , (la vessie est juste à côté de l’iliaque, et on la voit très bien quand elle est pleine, ce qui était le cas). Je crois avoir trouvé la cause de l’anémie. Courrier au médecin traitant
  • Un type d’une quarantaine d’année qui est resté 48 heures couché sur le ventre et sur son bras droit après être tombé totalement ivre d’une mezzanine  de 2.40 m de hauteur. Personne ne s’est inquiété de sa disparition durant 48 heures. Il sentait la pisse. Bien triste.
  • Un jeune type noir et efféminé, HIV+, pour une échographie cardiaque à la recherche d’une endocardite. Il est devin, a des « flash » qui lui permettent d’atteindre des niveaux de conscience supérieurs. Il a essayé toutes les drogues et dit avoir arrêté depuis des années. Uhhmm. Ah oui, il était « coiffeur-danseur » sur Paris dans une vie antérieure. « J’avais une vie sexuelle débridée« . Ben, mon gars, ça ne m’étonne qu’à moitié, ce que tu me racontes.
  • Un type insuffisant rénal qui a vu 3 médecins différents (1 généraliste et 2 spécialistes) dans les suites d’une thrombose veineuse profonde jambière. Curieusement, aucun traitement n’a suivi un traitement d’une dizaine de jours par héparine (pas la bonne, j’ai pensé à toi, Stéphane). Bilan des courses, il est essoufflé et la thrombose remonte maintenant jusqu’en haut de la cuisse. Pas un succès, pour sûr.
  • Une dame essoufflée. Devant une assistance de 4 externes et malgré un examen consciencieux, je n’ai pas trouvé de réponse bien tranchée… Elles auront au moins vu un cardiologue faillir.
  • Un confrère, généraliste à la retraite, qui me raconte qu’il a accouché deux de ses trois enfants. « A la maison? Mais non, dans une clinique, on n’était pas en 1930! » Ben quand même, ça paraît antédiluvien cette anecdote…(Il a fait son dernier accouchement en 1972 et a pris sa retraite en 1996).
  • Une dame bien rougeaude et bien diabétique qui chipote sur un terme du courrier de son médecin traitant: « imprégnation oenologique« . « Je suis pas alcoolique, juste un whisky le midi et l’apéro avec les copines! » Ben voyons! Et puis c’est écrit « oenolique » et pas « oenologique » sur le courrier!
  • Un confrère m’a proposé de faire une présentation à la con sur un sujet qui ne m’intéresse pas. J’ai refusé, peut-être un peu trop sèchement, peut-être sous l’effet du solupred. Bref, on commence à m’en parler… Mon épouse m’a dit que même sans corticoïdes, je réponds souvent sèchement non. Et comme vous le savez, il ne faut jamais parler sèchement à un numide (Le Domaine des Dieux, Goscinny et Uderzo). Gardez moi de mes confrères, je me charge de mes patients.
  • Un patient essoufflé au moindre effort, pas de solution évidente, ou au contraire elle l’est tellement… J’ai augmenté son lasilix, et je lui ai donné rendez-vous dans 1 mois.
  • Un autre patient, encore plus essoufflé, pas de solution évidente non plus. Mais pour lui, pas d’attente possible, hospitalisation rapide.
  • Et pas mal d’autres encore…

13 Replies to “journée chargée et cortisonée”

  1. C’est pas gagné mon combat contre les HBPM, je vois, mais les cardiologues ont aussi du travail pour faire comprendre que le traitement d’une phlébite c’est au moins trois mois d’AVK ;-)).
    Pour le coiffeur danseur, il t’a fait du rentre dedans je vois, j’espère que tu as su résister à son charme… particulier.
    Tout autre chose pour l’amoureux des play mobils, leur créateur allemand est mort la semaine dernière. En fait pas complètement autre chose, mais c’est une autre histoire.
    Bon rétablissement, pour le mal au dos il n’y a que le futon

  2. Lawrence, z avez pas des envies de gueuler aux patients » J en ai plein le dos de vos conneries!!! » essayez, cela fait du bien…
    Le valium c est pas mal pour le mal de dos
    Bon retablissement!
    A Kyste: les grands esprits se rencontrent…Je viens d envoyer le, lien du journal Le Monde sur DC du pere des playmobils, sur billet de Lawrence.

  3. Viva Solupred !
    Pour les externes, c’est pas grave, ça leur apprendra que même Dieu en Blouse peut sécher – au moins provisoirement – sur un patient ! Puis ça peut les motiver pour la suite du stage, « je veux comprendre ce qu’elle avait la dame même si c’est pas de mon niveau », toussa toussa 😉

  4. Belle grande journée !!
    Pour les anticoagulants, je comprend pas pourquoi prescrire plutôt une HBPM qu’une héparine ou qu’un antiagregant plaquettaire ou un AVK ?
    Autrement je suis content de retrouver ce blog si riche (oui j’avais oublié de mettre à jour mon flux RSS 😦 erreur réparée 😉 )

    1. Et bien le choix actuel pour traiter une thrombose veineuse profonde est le suivant: HBPM ou héparine non fractionnée puis un relai par AVK.
      Mais chez les insuffisants rénaux, il faut proscrire les HBPM.
      Donc chez lui, ça aurait dû être calciparine puis AVK (je crois qu’il a eu HBPM puis rien!)

  5. J’ai une question naïve : le café a-t-il des effets négatifs sérieux, à forte dose ?

    (Je demande cela car une partie du milieu scientifique, notamment en maths, carbure au café.)

  6. >DM: j’espère pas! 😉
    A part un nervosisme et une certaine hyperexcitabilité cardiaque, je ne crois pas qu’il puisse avoir de conséquences « sérieuses ».
    C’est comme tout, il faut rester mesuré…

  7. @Lawrence: Je ne sais pas à quel point c’est une légende, mais il paraît qu’Erdős, à la fin de sa vie, carburait aux amphets…

    Enfin, vous me rassurez.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.