Fuite?

Il se passe des choses en ce moment autour de l’action Sanofi et des rumeurs sur l’ASMR V du Multaq®…

Tout à l’heure je citais cet article du Figaro.

En fait l’information vient de la Tribune.

Le titre Sanofi-Aventis souffre.

Mais la HAS dément vigoureusement que l’évaluation soit terminéé.

Pourtant, selon l’évaluation donnée par la lecture des différents articles du « Quotidien du Médecin », le Multaq® ne serait qu’ à un iota d’être le médicament du siècle (voire du millénaire).

D’un autre côté, ce produit n’avait pas fait rêver le NICE dans un rapport préliminaire de décembre dernier, en Grande Bretagne (le « Work In Progress » est consultable ici), et le rapport d’évaluation de l’EMA était lui aussi bof-bof.

Alors, fuite ou fausse rumeur?

L’évaluation de la HAS va se rapporcher de celle de l’EMA, voire du NICE ou de celle du « Quotidien du Médecin »?

Quel suspens paroxystique (comme la FA)!

Le Figaro se lâche!

Uhmmm, ou comment un titre de dépêche assez malheureux, sinon révélateur, laisse des traces sur Twitter.

Le 20 mars, une dépêche AFP relayée par le Figaro est titrée « Pédophilie: le Vatican débarque sur Twitter« .

Bon, évidemment, quelques mécréants ont probablement eu envie de rajouter « pour faire son marché? ».

Je présume que finalement, quelqu’un qui sait lire à la rédaction du Figaro (peut-être un journaliste qui passait par là) a tiqué et a corrigé le tir.

La dépêche est re-nommée:


Photobucket

Mais comme on est technophile au Figaro, on couple la publication de ses dépêches d’agences à un flux RSS et à @Le_Figaro, justement. Et il n’est pas trop difficile de retrouver le titre initial terriblement hérétique:

Photobucket

et


Photobucket

Pour boucler la boucle, merci à ma @Balise préférée qui m’a fait connaître cette histoire.

Aucun rapport, mais le Figaro consacre un article pas élogieux du tout à la dronédarone (Multaq®. Sanofi-Aventis). Si même le Figaro se met à entraver la marche glorieuse de « l’innovation », c’est à désespérer du LEEM…

RIP

Sir James Black, prix Nobel de physiologie/médecine en 1988 pour avoir découvert une nouvelle classe thérapeutique, celle des béta-bloquants, vient de décéder.

Je ne vais pas vous retracer sa vie, son œuvre et déplorer sa disparition à l’âge de 85 ans car je ne connaissais pas son existence avant de tomber ce matin sur cette nécrologie du NYT.

Il a permis de sauver des millions de vie, et on utilise toujours (un peu) une des deux molécules qu’il a découvertes, le ICI 45520, plus connu sous sa DCI, le propranolol, encore plus connu sous son nom commercial, l’Avlocardyl®.

J’entends en fond de salle une rumeur, ce sont les milliers d’étudiants stressés avant leurs examens qui le remercient aussi

Je me joins à eux, c’est ce que j’ai pris pour ma thèse.

Bon, des milliers d’hommes ne le remercient pas, mais leurs doléances sont négligeables (et leurs femmes soulagées: « Mettez-le sous betabloquant, Docteur!« , m’avait glissé un jour une épouse très comme il faut derrière l’oreille sourde de son vieux mari) en comparaison de ce que James Black a apporté à l’Humanité (pas le journal, communistes béotiens que vous êtes).

La nécrologie comporte un passage qui me semble crucial:

Dr. Clyde Yancy, the president of the American Heart Association, said the drugs’ discovery was “one of the few things that really deserves the moniker ‘Landmark.’ ”

Car, à l’image de toute chanson qui est déjà un  » tube  » avant même d’être mise en vente, sachez que toute « molécule innovante » (selon la classification Christian Lajoux), même avec un rapport risque/bénéfice défavorable, est une « Landmark Drug » qui change définitivement la face de la maladie pour le bien de l’Humanité (toujours pas le journal) souffrante.

Si vous ne croyez pas au paragraphe précédent, c’est que vous lisez régulièrement « Prescrire« .

Dans le cas contraire, c’est que le bien nommé tanga « intrigue à Venise » violet des visiteuses médicales exerce sur vous une attraction irrésistible et nuisible pour votre jugement professionnel, prenez donc du propranolol.

Merci Monsieur James W. Black!

(Derek Lowe en parle ici)