En tout bien tout honneur

Nous avons de nouveau pris en charge un de nos « vieux » patients, un insuffisant cardiaque totalement en bout de course. En fait, il n’est que dans sa soixantaine, mais nous le connaissons depuis des années

Il est en bas débit cardiaque quasi ambulatoire (je ne pensais pas que ce soit possible) et chute très régulièrement depuis quelques semaines. A la dernière, il s’est cassé des côtes. Sa famille est exténuée.

L’implantation d’un défibrillateur avec resynchronisation il y a une dizaine de mois a prolongé sa vie, mais à quel prix. A l’époque j’avais poussé à la roue. Une magnifique victoire à la Pyrrhus.

Il nous tutoie et nous appelle par nos prénoms. En fait, on se fait la bise quand il n’est pas trop en bas débit et qu’il nous reconnait.

Il est donc revenu, peut-être pour la dernière fois, mais nous nous le disons à chaque fois.

Mon ami de toujours (co-interne, co-assistant, collègue…) et moi ne pouvons que constater avec tristesse sa déchéance.

Hier il souffrait à cause de ses côtes.

Que lui mettre comme antalgique quand on a plus de cœur, plus beaucoup de rein, plus beaucoup de foie?

On n’a qu’à le morphiner, dis-je.

Mon ami me regarde vivement. Non, quand même!

Mais non, en tout bien tout honneur!

Sourires tristes.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

La loi Léonetti expliquée.


Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

7 thoughts on “En tout bien tout honneur”

  1. tout à fait d’accord pour soulager la douleur au risque d’endormir définitement le patient. Il manque juste l’avis du patient , de son entourage exténué ou de sa personne de confiance quant à ce qu’ils pensent de la situation que vous,vous jugez desespérée ou inutile à vivre.Que croit-il ce bonhomme finalement? C’est tellement plus agréable de parler de la mort avant qu’il ne soit trop tard, de savoir ce que chacun en pense et à quoi chacun croit.bon courage

    1. Difficile à savoir…
      Je crois que le bonhomme n’a aucune idée de la situation actuelle, c’est en partie pour cela que la situation familiale est terrible.
      Son insuffisance cardiaque altère aussi probablement son jugement sur ce point précis.

  2. heureux cardiologues qui n’ont que le bas débit terminal pour tester leur aptitude aux soins palliatifs!

  3. Anesthésie périmédullaire thoracique? Enfin à voir, avec tous ces foutus AVK dont les salauds de cardiologues abusent🙂

    Mourir sans souffrance en toute conscience, vaste énigme…

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s