Fiers de nos rues, fiers de notre ville

Des proches m’ont demandé comment c’était à Marseille en ce moment.

Comme je suis allé à La Timone cette après-midi, j’ai fait quelques clichés, que j’ai partiellement diffusés sur Twitter.

D’abord devant l’hôpital de La Timone, centre névralgique du CHU, célèbre  au loin pour ses services de pointe en chirurgie neurologique, cardiaque et vasculaire (pas pour la cardio, mais chuuuuut, il ne faut pas le dire):

PhotobucketVous remarquerez la devise qui orne le camion des éboueurs marseillais depuis de nombreux mois, et qui prend beaucoup de fumet depuis 3 semaines: Fiers de nos rues! Fiers de notre ville! Ils ont donc bien repris le travail. Heureusement que les regards ne tuent pas car sinon ils auraient été foudroyés mille fois par les passants. L’imprécation marseillaise qui pourrait être en vogue en ce moment: Que la leptospirose s’abatte sur toi et ta famille jusqu’à la septième génération ! (quand même plus classe que le Enculé! habituel)

Photobucket

Un peu plus loin, devant un collège flambant neuf:

Photobucket

Le problème principal est que les trottoirs sont impraticables, et que les piétons sont obligés de marcher sur la chaussée, où il y a des voitures et…des poubelles:

Photobucket

En continuant un peu, sur votre gauche, et pour peu que vous n’ayez pas glissé sur une part de pizza aux champignons vieille de deux semaines, vous vous seriez retrouvé en face de l’hôpital de la Conception, célèbre grâce à son service de néphro et aussi un peu parce qu’il a abrité le dernier soupir de Rimbaud le 10 novembre 1891.

Photobucket

Photobucket

Dans mon quartier, nettement moins populaire qu’autour de La Timone, le soleil d’automne dore encore un peu plus les feuilles des arbres qui bruissent dans le vent  taquin, et le contraste avec le ciel bleu est magnifique.

La grève ne se voit presque pas car nous gardons tous nos poubelles sur nos terrains. Par ailleurs, vous devez vous en douter, le problème des retraites ne fait pas partie des préoccupations premières du voisinage

Moralité, et bien, il n’y en a pas.

Ce mouvement social est bien plus injuste que ce qui l’a motivé.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

4 thoughts on “Fiers de nos rues, fiers de notre ville”

  1. Pour la conception tu oublies son célèbre echographiste cardiaque du lundi matin. Une telle modestie t’ honore. J’ ai vu cette AM un chauffeur du camion benne que tu as montré.il poursuit la grève, pour des raisons personnelles et il m’a expliqué les motifs de ce mouvement social. Je n’ ose pas vous dire les raisons avancées… Une revendication à la pointe du combat social.

  2. moralité :vivre en villa c’est avoir le privilège de pouvoir garder ses ordures chez soi! cool raoul

    1. Ouf…
      la dernière fois, ce devait être comme externe en 1996.
      Je n’ai jamais été cardiologue sur Lyon, ce que tout le monde a cru pendant longtemps.
      D’un autre côté, je n’ai jamais démenti….

      Par contre, je suis bien né au pavillon K!

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s