Les grands boulevards

J’aime flâner sur les grands boulevards, y a tant de choses, tant de choses, tant de choses à voir…

Et ce, même si la réalité est bien plus prosaïque, amener un chèque à la banque.

Enfin, « grands boulevards », vus à travers le prisme marseillais.

Marseille regorge de boulevards qui ne sont parfois que d’aimables boyaux où une voiture ne passe qu’avec circonspection.

Photobucket

Voici une vue du boulevard Henri Fabre qui fait suite à une baïonnette particulièrement étroite.

Plus loin, le boulevard s’élargit un peu et se borde de belles propriétés:

Photobucket

Je ne vais pas faire de publicité, mais ma banque a publié une application iPhone assez sympa puisqu’elle utilise la réalité augmentée afin de trouver l’agence la plus proche:

Photobucket

J’adore la petite boussole qui apparait lorsque l’on dirige son iPhone vers le sol:

Photobucket

D’un clic, on peut faire établir un trajet via Google Maps:

Photobucket

Un autre clic permet d’appeler l’agence si vous avez réussi l’exploit de perdre votre chemin (ce qui toutefois n’est pas impossible dans ce dédale de ruelles-pardon, boulevards-). On peut aussi gérer ses comptes via cette application, mais c’est déjà beaucoup moins drôle (mais plus utile!).

Retour par d’autres grands boulevards…

Boulevard Moise:

Photobucket

Boulevard Paul Riquet:

Photobucket

L’étonnant est que ces rues du 12ème arrondissement qui évoquent une petite ville, voire un petit village sont dans Marseille intra muros et qu’une station de métro mène dans l’hypercentre en quelques minutes (c’est aussi ce qui fait que les prix de l’immobilier y sont faramineux).

Ces quartiers offrent une image attachante et très différente de celles qui viennent à l’esprit lorsque l’on pense à Marseille.

(manque de chance, cette info vient juste de tomber 😉 )

Amis parisiens (et lyonnais), vous remarquerez aussi le beau ciel bleu qui caractérise  si  bien l’automne et l’hiver marseillais. Néanmoins, hier il a plu, ce qui a créé un certaine panique, les gens d’ici considérant à chaque fois la pluie ou la neige quasiment comme le châtiment divin final.