Les grands boulevards

J’aime flâner sur les grands boulevards, y a tant de choses, tant de choses, tant de choses à voir…

Et ce, même si la réalité est bien plus prosaïque, amener un chèque à la banque.

Enfin, « grands boulevards », vus à travers le prisme marseillais.

Marseille regorge de boulevards qui ne sont parfois que d’aimables boyaux où une voiture ne passe qu’avec circonspection.

Photobucket

Voici une vue du boulevard Henri Fabre qui fait suite à une baïonnette particulièrement étroite.

Plus loin, le boulevard s’élargit un peu et se borde de belles propriétés:

Photobucket

Je ne vais pas faire de publicité, mais ma banque a publié une application iPhone assez sympa puisqu’elle utilise la réalité augmentée afin de trouver l’agence la plus proche:

Photobucket

J’adore la petite boussole qui apparait lorsque l’on dirige son iPhone vers le sol:

Photobucket

D’un clic, on peut faire établir un trajet via Google Maps:

Photobucket

Un autre clic permet d’appeler l’agence si vous avez réussi l’exploit de perdre votre chemin (ce qui toutefois n’est pas impossible dans ce dédale de ruelles-pardon, boulevards-). On peut aussi gérer ses comptes via cette application, mais c’est déjà beaucoup moins drôle (mais plus utile!).

Retour par d’autres grands boulevards…

Boulevard Moise:

Photobucket

Boulevard Paul Riquet:

Photobucket

L’étonnant est que ces rues du 12ème arrondissement qui évoquent une petite ville, voire un petit village sont dans Marseille intra muros et qu’une station de métro mène dans l’hypercentre en quelques minutes (c’est aussi ce qui fait que les prix de l’immobilier y sont faramineux).

Ces quartiers offrent une image attachante et très différente de celles qui viennent à l’esprit lorsque l’on pense à Marseille.

(manque de chance, cette info vient juste de tomber😉 )

Amis parisiens (et lyonnais), vous remarquerez aussi le beau ciel bleu qui caractérise  si  bien l’automne et l’hiver marseillais. Néanmoins, hier il a plu, ce qui a créé un certaine panique, les gens d’ici considérant à chaque fois la pluie ou la neige quasiment comme le châtiment divin final.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

8 thoughts on “Les grands boulevards”

  1. Voui, bonjour les trombes d’eau hier, mais quelle magnifique météo aujourd’hui !!
    Ma 1ère adresse phocéenne était sur un boulevard, et comme tout Parisien qui se respecte je m’étais dit à l’époque « bonjour le traffic, enfin tant pis je n’ai pas le choix » évidemment le soir y’a pas un chat sur ledit boulevard, héhé !
    Ce qui est vrai parcontre sont les annonces régulières de décès. En général c’est du style : « des individus armés et cagoulés à bord d’un véhicule ont fait feu sur d’autres individus assis à la terrasse d’un café. Les consommateurs ONT REPLIQUE en faisant feu également sur les assaillants …  »

    Marseille, mille et un villages … plus la Corse !

  2. Avant même de lire cette dernière phrase, je me faisais la remarque de la grosse tache jaune sur les photos, c’est donc ça « le soleil »? Si les boulevards de Paris sont larges, c’est pour laisser passer les parapluies…

  3. Le corps a peut être été jeté dans le rhone de la passerelle du collège (lyon) et a flotté par le jeu des courants jusque dans les calanques. Encore un complot des lyonnais pour discréditer les marseillais. Ce n’est pas pour rien que l’info est relayé par le blog d’un transfuge. Je vous le dis ça sent le complot…😉 En plus ils ont laissé trop de corde avec l’ancre pour faire croire qu’en plus on est con.

  4. Il peut pleuvoir sur les trottoirs
    Des grands boulevards
    Moi, je m’en fiche
    J’ai ma mie auprès de moi
    Il peut pleuvoir sur les trottoirs
    Des grands boulevards
    Moi je m’en fiche
    Car ma mie c’est toi
    -Brel, Il peut pleuvoir, 1955

  5. « Un cadavre ligoté retrouvé au large de Marseille »

    La police n’exclut pas la thèse du suicide (classique!).

  6. on croiraît sentir la chaleur du soleil transpercer à travers vos photos!
    pour » l’info »:une note bien lugubre qui me surprit alors que je flânais avec vous!

  7. C’est vrai que Marseille a un caractère urbanistique particulier qui tranche par rapport aux villes haussmaniennes et plus bourgeoises. Moi, j’aime bien. Mais je n’y vis pas.
    Ca n’empêche pas l’élégance anglaise semble-t-il…

  8. C’est une ville qui est fière de ne pas avoir de « plan ».
    Non pas qu’elle n’ait pas de plan d’urbanisme…non non…je parle du fait que ce soit une aggrégation plus ou moins heureuse de petits villages.
    Je n’y suis resté que 3ans mais je n’ai pas trop apprécié. Cette absence de plan pose beaucoup de problèmes pratiques qui, à la longue, pesent sur la vie courante.

    Il me semble que « l’élégance anglaise » c’est en gros « la subtilité du plan général et un joyueux bordel dans les détails du design et de l’implémentation. Cf par exemple les jardin, les chambres d’hotels ou les maison typiques de la banlieue sud de Londres. »
    C’est très agréable car « ca fonctionne même si , localement, le joyeux bordel est parfois pesant (les mauvaise fenetres en bois et sans double vitrages, l’hiver, même dans de belles maison à prete à rire…et à se geler) ».

    A Marseille, le plan général, l’idée générale fait cruellement défaut. Cette ville n’a pas d’image et bien peu d’unité. J’aurais même tendance à dire que ce n’est pas une ville.
    Je hais au moins autant les quartiers de Paris haussmanniens « tout pareil partout » mais au moins il semble y avoir un plan, une idée, une unité dans l’agencement global de tout ca.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s