La honte du doppler honteux

Ce matin un patient s’est présenté à la consultation avec une demande de doppler des artères péniennes pour un bilan de dysfonction érectile.

Bon, j’ai fait répondre par l’infirmier qu’on ne faisait pas ça ici. J’ai quand même appelé l’autre centre de doppler du CHU où je travaille pour vérifier si quelqu’un était spécialisé là-dedans. Personne.

On a donc répondu un vague « Allez dans le privé » au patient qui attendait, j’ai rapidement zieuté dans la salle d’attente, la queue basse, si j’ose dire, sur une chaise près de la porte de sortie.

J’étais quand même un peu gêné de répondre qu’on ne faisait pas ce type d’examen au CHU. Peut-être en radiologie?

Quand on m’a appris le doppler, on m’a fait comprendre que cela n’était pas du ressort d’un cardiologue qui se respecte (pléonasme).

Bon, bah tant mieux, ça ne me branche pas du tout de faire des dopplers des artères péniennes.

D’autant plus, figurez-vous, que c’est toute une affaire, puisqu’il faut faire l’examen au repos et à l’effort.

Enfin à l’effort, pas de quoi titiller quoi que ce soit avec des fantasmes d’IDE affriolantes nues sous leurs tenues (je n’en ai jamais rencontrées, ni des nues, ni des affriolantes), car il s’agit en fait d’une épreuve pharmacologique avec une injection intracaverneuse d’alprostadil (rien que d’y penser, mon épreuve serait négative, laissez mes cavernes tranquilles…).

Ceux qui en font trouvent que c’est génial, même si ça ne débouche sur rien de bien fabuleux d’un point de vue thérapeutique (ça doit bien se dilater, non?) et que les artères honteuses sont une espèce de fenêtre sur la maladie athéromateuse et pourraient la prédire.

Je dédaigne de lire dans les artères honteuses, les chiens ou les poissons (même d’une fraîcheur impeccable), et préfère largement les artères carotides.

Pour approfondir le sujet, je vous propose de regarder cette présentation de 2009 qui est très bien faite. Comme je suis un peu taquin, je vous suggère aussi de regarder cette autre présentation, du même auteur, faite en 2006. Ces deux présentations, malgré les 3 ans qui les séparent sont rigoureusement les mêmes. L’auteur a même oublié de corriger la date de la diapo 39 en 2009.

Je crois pouvoir être en mesure de vous dire pourquoi le pharmaco-doppler pénien restera encore souvent souhaitable en 2011.


Dangereux précédent…

Oullllààà , le FDA envisage de retirer la midodrine (commercialisée sous le nom Gutron® en France) du marché américain.

La cause n’en est pas la découverte d’un risque sanitaire, cause habituelle des retraits d’AMM, mais de son absence d’efficacité clinique.

“We’ve worked continuously with the drug companies to obtain additional data showing the drug’s clinical benefits to patients,” said Norman Stockbridge, M.D., director of the Division of Cardiovascular and Renal Drugs in the FDA’s Center for Drug Evaluation and Research. “Since the companies have not been able to provide evidence to confirm the drug’s benefit, the FDA is pursuing a withdrawal of the product.”

Ça, c’est énorme, si les agences sanitaires commencent à retirer les AMM en cas d’absence d’efficacité clinique démontrée. Il risque d’y avoir pas mal de défenestrations au LEEM ou le dogme unique reste que toute molécule nouvelle est innovante (ils n’ont pas entendu parler de Vatican II).

Fermez les fenêtres, les gars, cet éventuel retrait est induit par le type même de l’AMM demandée initialement:

The drug, marketed as ProAmatine by Shire Development Inc. and as a generic by others, was approved in 1996 under the FDA’s accelerated approval regulations for drugs that treat serious or life-threatening diseases. That approval required that the manufacturer verify clinical benefit to patients through post-approval studies.

Et oui, il ne fallait pas demander une procédure accélérée….

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

FDA news release. FDA Proposes Withdrawal of Low Blood Pressure Drug.