Le retour de Havidol

Justine Cooper, une artiste australienne avait brillamment caricaturé une certaine forme de communication des firmes pharmaceutiques en créant une fausse campagne de promotion d’un médicament non moins factice, l’HAVIDOL.

Le site qui vente vante l’Havidol est ici, et j’en avais parlé .

Pour ceux qui ne connaissent pas, la visite du site vaut vraiment le détour.

Maintenant, je vous propose de visiter ce site, qui est un vrai site, pour un vrai médicament.

(vous remarquerez comme les gammes de couleurs sont similaires)

Le NYT en parle dans un article publié hier sur son site.

L’article décrit parfaitement le phénomène du disease mongering,  c’est à dire créer une maladie pour pouvoir vendre le médicament qui la soigne.

Cela n’a heureusement pas abusé les experts de la FDA qui ont émis un avis négatif sur ce produit.

J’aime beaucoup l’exemple donné par le NYT, exemple qui justifierait de dépister, selon un cours financé par le laboratoire, un hypoactive sexual desire disorder:

Boehringer has also sponsored medical education classes for doctors and nurses about hypoactive sexual desire disorder. In one course, released online in May, a quiz asked doctors to diagnose the condition of a 42-year-old working mother who takes care of three children and her own sick mother, and who had no desire for sex. (Her husband is mentioned only in passing.)

The correct answer? Schedule a follow-up visit to evaluate whether she has diagnosable hypoactive sexual desire disorder.

Étonnant, qu’elle n’ait pas envie, vous ne trouvez pas? Vite un médoc!

J’ai aussi retenu cette très belle phrase:

Women’s sex lives are often a struggle, a disappointment, an archipelago of regret.

Uhhh, ça ne doit pas rigoler tous les jours à la maison…

Dans le site promotionnel, je n’ai pas résisté à l’envie de télécharger l’Educational Toolkit, et je n’ai pas été déçu:

Photobucket

Tant de non-dits dans un seul mot, main.

Pas motivée pour ça non plus, vite un médoc!

Bref, revenons au problème soulevé par le NYT: bientôt pour coucher heureux, il va falloir être au minimum 4: 2 partenaires et 2 médocs…

(voire 5 si votre IELT est un peu limite)


Get off the track!

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Push to Market Pill Stirs Debate on Sexual Desire. By Duff Wilson. The New York Times. Published: June 16, 2010.


Tiefer L, 2006 Female Sexual Dysfunction: A Case Study of Disease Mongering and Activist Resistance. PLoS Med 3(4): e178. doi:10.1371/journal.pmed.0030178.


Disease Mongering: Turning Healthy People into Patients. PLoS Medicine Avril 2006.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

6 thoughts on “Le retour de Havidol”

  1. « Le site qui vente l’Havidol  »

    C’est l’illustration de l’anus qui vous a « inspiré » ?

    Ou bien il faut encore convoquer papa Freud ?
    😉

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s