Spin Doctor, l’article

Je vais la faire à la Twitter, parceque je n’ai aucune envie de développer, mais l’excellent travail de Isabelle Boutron dont j’avais parlé ici est sorti dans le JAMA de cette semaine.

L’idée est de quantifier « l’effet de manche » utilisé par les auteurs d’articles scientifiques médicaux pour montrer sous un jour favorable leurs résultats pourtant scientifiquement négatifs.

L’article est un inventaire à la Prévert tout à fait fascinant, voici quelques exemples:

  •  Focus on statistically significant secondary outcomes
  •  Claiming equivalence for statistically nonsignificant results
  • Claiming efficacy with no consideration of the statistically nonsignificant primary outcome
  • Acknowledge statistically nonsignificant results for the primary outcome but emphasize the beneficial effect of treatment
  • Acknowledge statistically nonsignificant results for the primary outcome but emphasize other statistically significant results
  • Comparison with placebo group of another trial

Cet article est donc à lire pour se rappeler qu’il faut garder un esprit curieux et critique devant tout texte a priori scientifique, même si celui-ci est publié dans une revue, même « grande ».

 

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

 

Isabelle Boutron; Susan Dutton; Philippe Ravaud; Douglas G. Altman. Reporting and Interpretation of Randomized Controlled Trials With Statistically Nonsignificant Results for Primary Outcomes. JAMA. 2010;303(20):2058-2064.

 

 

 

PS: Aucun rapport, mais pas de quoi faire une note, même brève, le NYT a publié hier  un article qui révèle un rapport sénatorial américain assez critique vis à vis de la qualité des suppléments alimentaires diététiques « naturels ».

En résumé, on y trouve le plus souvent des tas de substances « naturelles », elles aussi, mais pas très sympathiques (notamment du plomb). Le rapport pointe aussi des pratiques commerciales limites…