Suave mari magno

Suave mari magno, turbantibus æquora ventis,

E terra magnum alterius spectare laborem,

Non quia vexari quemquam est jucunda voluptas.

Sed quibus ipse malis careas quia cernere suave est.


Il est doux, quand sur la grande mer les vents soulèvent les flots,

d’assister de la terre aux rudes épreuves d’autrui:

non que la souffrance de personne nous soit un plaisir si grand;

mais voir à quels maux on échappe soi même est chose douce.


Lucrèce. De Natura Rerum II 1-4

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°


Sympa cette expression latine que j’ai récemment découverte. Il faudra que je la ressorte à un prochain apéro.

Est-ce que le Suave mari magno participe au plaisir d’être médecin?

(Ummmpff, trop difficile la réflexion le matin, vite vite une aspirine, mes consultations au cabinet, Twitter et la Santé 2.0!)

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

2 thoughts on “Suave mari magno”

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s