Sede Vacante

Photobucket

Le trône que s’est octroyé la médecine 2.0 est vide.

On en parle depuis maintenant pas mal d’années (le premier article de la série que Dominique consacre au sujet date d’octobre 2007).

On parle de croissance exponentielle depuis 3 ans.

Où sont donc les géants que devraient être maintenant les portails communautaires et autres avatars de la médecine 2.0 ?

Attention, je ne parle pas de santé 2.0, destinée plutôt au grand public, mais bien de médecine 2.0, plutôt destinée aux professionnels.

Je ne parle pas non plus du nombre de comptes ouverts dans tel ou tel portail communautaire.

Le nombre de mes comptes excède la capacité de mon imagination à créer des pseudos, mais je suis bien incapable d’en faire la liste, ni même de me rappeler que je me suis inscrit, un jour, quelque part.

Je raisonne en terme d’utilité pratique pour le praticien de terrain.

Où est la révolution dans notre pratique quotidienne?

Malgré une sophistication actuelle ou annoncée de plus en plus poussée, aucun service ne semble avoir percé parmi les confrères.

En général, quand je parle de « médecine 2.0 », même sans utiliser ce terme, mes confrères interlocuteurs me regardent avec de grands yeux ronds: A quoi ça sert? Quand veux-tu que l’on ait le temps de faire ça?

Avec le temps qui passe, la médecine 2.0 d’outil d’avenir se transforme peu à peu en outil d’anticipation, et deviendra, qui sait, un jour, un outil uchronique.

L’outil communautaire dont je me sers le plus professionnellement (pas pour glander sur la toile) est très curieusement Twitter.

Twitter permet de ramener une masse considérable d’informations sélectionnées (en fonction du compte que je suis) et de la présenter de façon nécessairement concise, en moins de 140 signes. Si l’info m’intéresse, je clique sur le lien, et j’approfondis ma découverte, sinon, je passe au tweet suivant. Je suis ainsi des auteurs de blogs, des sociétés savantes, des journaux scientifiques…

Quid des autres communautés qui sont sur le papier bien plus sophistiquées et « médicalisées »?

Assister à des vidéo-conférences ? Pourquoi pas si une interactivité est possible et si elles sont menées par des experts indépendants (pas facile à trouver…). A quelle heure? La journée pendant les consultations ou le soir en rentrant tard après une journée bien remplie?

Echanger des cas cliniques avec d’autres médecins ? Même question pour la temporalité. Par ailleurs, pourquoi pas, mais connaissez-vous un médecin qui soit tellement isolé qu’il n’ait absolument aucun référent à contacter (aucun ami…) ?

Récupérer des informations ? la médecine 2.0 devrait servir aussi à cela. mais comme le toubib le signale, la pertinence modérée et la masse d’informations rendent en grande partie caduque cet intérêt.

Glandouiller avec les confrères sur des fora ? Ben, bof…

Glandouiller tout seul, ça oui. Mais les blogs remplissent parfaitement ce rôle, et même, cerise sur le gâteau, souvent, on y apprend des choses intéressantes.

Comme vous l’avez deviné, je ne suis ni compétent, ni très intéressé par la « médecine 2.0 ». Avez-vous d’autres expériences où, au jour d’aujourd’hui, la « médecine 2.0 » a modifié votre pratique quotidienne ?

La médecine 2.0 ne régnerait-elle pas que par et pour elle-même?

Le trône est vacant, ou le roi est nu?

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

7 thoughts on “Sede Vacante”

  1. Mais n’était ce pas le même docteur Vailloud qui avait fait l’an passé une intervention sur le thème de la médecine 2.0 ?
    Tes espoirs dans le domaine seraient ils déçus ?

    Juste un petit bémol pour ma part : au niveau recueil de l’information scientifique, médicale et autre, je trouve que le web a littéralement changé la donne. Finies les heures perdues pour ma part à la B.U. de psycho ou de médecine : je cherche d’abord des references sur le web, je feuillette ensuite les extraits d’ouvrages via Google Books ou les extraits d’articles sur medline, je selectionne les plus pertinents, je regarde sur le catalogue en ligne de la B.U si l’ouvrage est là ou pas et je me dérange jamais pour rien.
    Des tonnes d’articles sont accessibles. Ok il faut trier, mais on trouve aussi pas mal de cours de faculté, de conférences en lignes. Et tous les résumés d’articles scientifiques. Ca débroussaille pas mal les recherches !

    Quand je vois comment on galèrait il y a 15 ans pour la moindre recherche, entre les prêts interbibliothèques, les délais d’attente interminables, des articles obscurs à retrouver…etc…

  2. « Par ailleurs, pourquoi pas, mais connaissez-vous un médecin qui soit tellement isolé qu’il n’ait absolument aucun référent à contacter  »

    j’aurais tendance à dire que oui j’en connais😉

    1. il y en a aussi qui ne souhaitent pas contacter le moindre référent, y compris quand ils doutent

      faire médecine ne vaccine pas contre les bassesses de la nature humaine🙂

  3. je croyais que la 2.0 médecine ou santé je l’ignore, c’était aussi une meilleure interactivité entres soignants et soignés
    à l’heure actuelle, je fournis des infos aux médecins (le fameux site du crat) qui les fournissent à leur tour à d’autres personnes (typiquement il y a un forum sur l’allaitement avec un bon niveau qu’un médecin de ma connaissance fait suivre à des mamans)
    quand j’ai un problème, avec choix à faire pas évident (me battre pour un AVA2C or not ? vaccin grippe A or not?) les ressources du web m’aident à avoir une vraie réflexion, laquelle sera remontée aux médecins (enfin quand c’est possible)
    Personnellement j’en ai heureusement pas trop eu l’occasion mais je connais au moins une maman qui a apporté trois tonnes de docs à un médecin anesthésiste pour préparer une opération sans mettre à mal son allaitement (entre autres problèmes)
    Alors bien sûr c’est souvent pas possible, y’a une allergie dans le milieu médical au forum en D (je dis pas que c’est injustifié, je ne le connais pas) et d’une manière générale un nombre encore important de médecins considèrent que c’est eux qui savent et nous qui nous taisons. Mais justement ceux là perdent leur pouvoir toxique sur ceux qu’ils amènent à douter de leur bon sens et de leur intégrité.

  4. Désolé une mouche passait par là:
    « On parle de croissance exponentielle mensuelle depuis 3 ans »
    Si elle est exponentielle, elle est exponentielle. Ca ne dépend pas de la periode de temps sur laquelle on observe.

    Pauvre mouche.

    Xavier, pour les commentaires très utiles.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s