Hurler avec les loups

Via le site du journal « le Monde », j’ai découvert cette histoire qui rend Internet si plaisant.

C’est l’histoire d’un T-shirt, euh, soyons politiquement correct, « différent », qui se taille un franc succès du fait de commentaires dithyrambiques d’utilisateurs.

A lire ici:

Patriotisme

Vous le savez, je suis toujours prêt à aider mon pays. J’y pense tous les matins quand je me rase.

J’ai découvert récemment avec émerveillement le nouveau portail public du médicament, MedicFrance.

A l’heure où j’écris cette note, ce site vient juste d’ouvrir, il est donc à un stade initial d’un développement qui s’annonce déjà fulgurant.

Mais une crainte m’a assailli hier au soir. Et si l’afflux des « cibles » (mot employé par le ministère pour désigner les différents types d’usagers, en bas de la page 10) venait à congestionner le serveur, et rendre l’accès au site impossible, comment ferions-nous pour continuer à soigner nos patients?

Cette éventualité grave ne m’a pas permis de trouver le sommeil. Mais au petit matin, la lumière s’est faite.

Il me suffit de créer un clone de cet admirable site sur Delicious, que nous pourrions utiliser en cas de défaillance du serveur original  !

Après mon labeur, je me suis reposé la septième minute.

J’ai donc la joie et la fierté de vous annoncer la naissance de « MedicFrance Delicious » qui reprend l’intégralité des fonctionnalités de MedicFrance (hormis le blabla sur le DGS, DSS et le DHOS, dont la défaillance n’entrainerait, je pense, aucune gène insupportable). Vous y trouverez même l’indispensable discours de notre Ministre (ici).

Vous devez vous dire que tout cela est bien inutile, et que les serveurs du ministère sont à même de supporter le tsunami de connexions attendu. Que nenni. Dès ce matin, la fonctionnalité « Analyse de prescription » du GIE SIPS répond obstinément à chaque requête que leur string est trop serré, ou quelque chose comme ça:

Photobucket

(c’est probablement un coup tordu de la BCB ou du Vidal 😉 )