Hercule Poirot

Le beaux jours arrivent, et ça ne motive pas pour écrire sur un blog. Par ailleurs, comme tous les 3-4 mois, souvent après une période intense d’écriture, je ne peux plus voir ce blog en peinture et je ne trouve rien d’intéressant à écrire.

Je fais donc un peu de remplissage, plus qu’autre chose. C’est pas très bien, j’ai le sentiment de flouer ceux qui me lisent régulièrement. Mais ce n’est pas du remplissage pour faire de l’audience, ce dont je me fiche totalement, mais pour ne pas avoir l’impression de délaisser totalement ce blog.

Quand un « vieux » blogueur commence à s’asseoir devant son écran en se demandant ce qu’il va bien pouvoir écrire, ce n’est pas bon signe du tout. Je pense qu’on a tous des phases comme ça; je crois que l’envie d’écrire est sinusoïdale.

J’ai pas mal réfléchi sur cette note de Vinvin que j’ai découverte grâce à Matoo.

Mais je crois que l’analyse n’est très vraie que pour les quelques blogueurs « influents » qui ont tiré des bénéfices secondaires formidables de leurs écrits.

Les années 2006-2007 et la surexposition médiatique incroyable des blogs sont bien terminées. Le blogging était un Eldorado qui pouvait mener à la gloire (tout est relatif, bien entendu), presque du jour au lendemain. Sans parler des différents cadeaux que pouvaient vous faire des boites de communication pour que vous vantiez tel ou tel produit de basse ou haute technologie. Depuis, le filon s’est probablement tari. On ne m’a jamais envoyé de stétho électronique pour que j’en dise du bien, mais je reste preneur pour le futur iPhone. Bien que je sois sans illusion: je ne suis pas un fan de Twitter, je n’ai pas de page Facebook, et les budgets com ont fondu sous l’effet de la crise.

De nombreux chercheurs d’or ont donc arrêté.

Je crois que ce n’est pas plus mal, les projecteurs faussent tout. Je crois que ceux qui continuent ont à peu près la même optique. Un blog est un merveilleux moyen de s’exprimer, quasiment sans défaut, à condition, bien entendu de se fixer des limites a priori; ce n’est pas un moyen de promotion. C’est aussi un incroyable moyen de rencontrer des gens fondamentalement différents de ceux que l’on côtoie au quotidien.

Ces moments, où l’on n’a pas envie d’écrire sont idéaux pour se retourner et se poser des questions sur ce que l’on fait, et ce que font les autres. Ceux qui ont arrêté, bien entendu, mais aussi ceux que l’on découvre. J’en ai rajouté pas mal dans ma liste Delicious, ces derniers temps, je vous suggère d’aller y jeter un coup d’oeil. J’ai trouvé notamment pas mal de bons blogs écrits pas des IDE.

Vous devez vous demander pourquoi j’ai appelé cette note « Hercule Poirot » ? Au début, je voulais vous raconter que j’avais vu un épisode de l’exellente série britannique avec David Suchet. Mais je me suis vite rendu compte que j’avais déjà parlé de mon goût immodéré pour ces histoires de détectives anglais dans cette note. Je me suis alors dit que je n’allais pas vous reservir la même soupe une seconde fois, d’où la réflexion sur la certaine vacuité de ce blog depuis quelques temps, d’où cette note.

(Le sujet d’une prochaine note sera probablement « L’immeuble Yacoubian » que je suis en train de finir)


Photobucket