Renouveller ou pas?

Photobucket

Récemment, je me suis demandé si j’allais renouveler mon adhésion à l’UMP.

Je n’ai participé à aucune réunion où j’étais invité, et je lis à peine les messages électroniques reçus de la part de ma députée ou de « Xavier » (à droite, on ne dit pas « camarade », mais on s’appelle par son prénom, c’est convivial en n’étant pas, euh…populaire). Je n’ouvre même plus « L’Union », le mensuel du parti qui n’est finalement qu’un Figaro sans les publicités, c’est à dire bien peu de choses. D’ailleurs, ça m’a toujours fait rire, cette revue est emballée dans un emballage plastique gris totalement opaque, sans aucun signe évident de reconnaissance comme pourrait l’être une revue porno. Probablement pour conserver une certaine confidentialité de pensée.

Est-ce pareil pour les revues des autres partis ? Si c’est le cas, les postiers doivent être persuadés que les 3/4 de la population est abonnée à des revues cochonnes.

En décembre 2006, quand j’avais pris ma carte, je l’avais surtout fait pour apporter ma petite pierre au rempart contre le FN.

Maintenant que ce parti est au bord du groupuscule, ça peut faire sourire, mais à l’époque, l’éventualité d’un nouveau 2002 me terrifiait. Surtout que je n’avais alors même pas pris la peine de voter. La démocratie ne s’use que quand on ne s’en sert pas et être passif, c’est déjà reculer. Et ça, 2002, me l’a rappelé, j’espère à jamais. J’ai donc adhéré encore rouge de honte de cette infamie collective.

Les choses ont bien changé, je ne vais pas vous faire un panorama que tout le monde peut constater tous les jours.

Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom a été élu, et malgré toute mon aversion pour son personnage, je persiste à penser que ça a été une très bonne chose, notamment pour le second tour.

L’extrême est maintenant gauche, c’est donc au PS de faire le même travail qu’a fait la droite pour la juguler. Physiquement je déteste bien plus l’extrême droite que la gauche (c’est quasiment de l’anaphylaxie), peut-être car je la vois comme une perversion des idées « de mon camp », et que pour l’instant,  électoralement parlant, ils ne sont pas encore en mesure de poser problème. Mais en réfléchissant, ils sont potentiellement tout aussi dangereux.

A la limite, si il y avait quelque chose à faire pour essayer de maintenir la démocratie, ce serait de m’encarter au PS pour les soutenir.

Parce qu’en face de la droite, il n’y a que le néant, et ça, ce n’est pas bon du tout.

Le Modem ? Oui, mais Bayrou…

Bref, fallait’il oui ou non donner 25€ au parti au pouvoir, qui plus est, le plus riche de France, sans autre raison bien définie autre qu’un attachement de principe ?

Après mûre réflexion, je suis reparti pour un tour.

Ce doit être mon côté transgressif.