Mouarff

J’ai un défaut, c’est de me moquer facilement.

Les gens qui m’aiment bien disent que je suis taquin.

C’est un euphémisme plutôt bon enfant.

Je suis tombé sur un courrier d’externe assez rigolo, pas par lui même, mais par l’énoncé d’une situation clinique un peu scabreuse que l’externe n’a de toute évidence pas comprise.

C’est l’histoire d’un patient hospitalisé dans le cadre d’une maladie chronique qui n’est pas cardio-vasculaire.

On constate des poussées hypertensives sévères, et on le montre à un confrère cardiologue. Ce dernier instaure un traitement.

Le service me demande de réévaluer ce patient en fonction d’un holter (tensionnel? ECG? Le courrier reste flou), que bien évidemment, on ne me fait pas descendre. Et comme l’interne n’est pas dans le service, personne ne peut me donner d’information par téléphone. Sa dernière tension est toutefois tout à fait acceptable.

Le courrier annonce que le patient a une bronchite chronique obstructive post tabagique (le patient me précise qu’il a l’oxygène à domicile) et que l’on suspecte un phéochromocytome pour lequel on attend le résultat d’une scintigraphie.

Quel traitement le confrère a bien pu instaurer?

Il est probablement très joueur, ou devait particulièrement s’ennuyer au cours de la consultation car sans hésitation, il a débuté un bêta-bloquant, dont voici la liste des contre-indications sur le Vidal:

Photobucket

Donner une molécule avec deux contre-indications absolues potentielles, respect.

Certains confrères aiment mettre du piment dans leurs consultations!