Agences de Santé et réseaux sociaux

J’ai trouvé très intéressante cette note d’Asclepieia qui remarque très justement la quasi absence des agences de santé sur les réseaux sociaux.

Photobucket

Photobucket

Quel pourrait-être l’intérêt pour une agence de santé d’être présente sur des réseaux sociaux, hormis bien entendu de faire plaisir aux fanatiques de ces derniers et de pouvoir faire dire fièrement par un Caniard-like à un colloque santé 2.0 on y est aussi! (au lieu de: on n’y est pas, et on ne sait pas ce que c’est, mais ce que vous faîtes est formidable!)

Je pense que le principal intérêt des réseaux sociaux réside en la diffusion rapide d’informations pertinentes.

Twitter me semble être parfait pour répondre à cet objectif, sauf pour un point précis mais essentiel, l’audibilité du message.

Si l’on regarde au-delà des professionnels de santé 2.0 qui composent notre petite communauté, connaissez-vous beaucoup de médecins/IDE/kinés/patients… qui dans la vie courante utilisent couramment les réseaux sociaux? Encore plus difficile: combien d’entre ceux qui le font le feraient pour faire autre chose que glandouiller sur la toile?

Tout le problème est là.

Vu de notre communauté, surtout quand on en discute en ligne, tout le monde, notamment les patients et les professionnels de santé, utilise couramment la toile et les réseaux sociaux.

Mais essayez de causer Twitter/Facebook à un confrère/patient pris au hasard dans un couloir, et il y a de grandes chances qu’il vous regarde avec un reflet glauque dans l’œil droit. Il en aura peut-être même jamais entendu parler.

Un exemple concret pris totalement au hasard?

Voici le texte intégral d’un courrier médical apporté par une patiente hier:

Madame XXX

L’ETAT DE SANTE DE CE PATIENT NECESSITE LA CONSULTATION D’UN SPECIALISTE EN CARDIOLOGIE DANS LE CADRE DE LA SURVEILLANCE D’UN DIABETE SOUS AVANDAMET

La consœur, une correspondante habituelle qui a la cinquantaine (c’est l’âge moyen des médecins en activité), ne sait même pas qu’il existe une touche caps lock sur son clavier d’ordinateur. Alors Twitter ou les réseaux sociaux…

Bon, maintenant, ce n’est pas parce que la diffusion des réseaux sociaux est très restreinte parmi les professionnels de santé qu’il ne faut pas y aller. C’est un peu comme si une administration n’avait pas voulu prendre une ligne téléphonique à la fin du XIXème sous prétexte que peu de gens en avaient une.

Vous allez certainement aussi me dire que comme les agences brillent par leur absence dans les réseaux sociaux, les confrères ne sont pas motivés pour y aller pour rechercher des informations, ce qui ne motive pas les agences pour y aller…

C’est un peu le serpent qui se mord la queue, et c’est pourquoi les gens qui font vivre l’hcsmeu ne peuvent que faire avancer les choses.

PhotobucketSource.

Toutefois, plusieurs agences utilisent déjà Twitter et encore une fois, je trouve ce mode de communication très pratique et élégant:

Je suis notamment un fan de la FDA qui a eu l’intelligence de créer plusieurs flux (matériovigilance, relations avec l’industrie, médicaments….) afin de permettre à l’utilisateur de ne pas être noyé sous le flux d’informations et de pouvoir trier celles qui l’intéressent.

Maintenant, on va regarder ce qui ce passe actuellement en terme de diffusion de l’information pour un exemple précis, l’Afssaps.

L’Afssaps diffuse d’abord de l’information par voie postale en demandant aux industriels de faire parvenir des alertes aux prescripteurs. Ce n’est pas très 2.0, mais le courrier marche pas mal.

Ensuite, l’agence a un site sur la toile.

Bon, c’est ergonomique et intuitif comme un tracteur soviétique, mais avec un peu d’habitude on trouve ce que l’on recherche.

Admettons maintenant, que vous voulez être informés chaque fois que l’agence publie une information importante. Parce que finalement, après l’étape du tri de l’information, via les moteurs de recherche, s’annonce l’ère où c’est une information de plus en plus triée et pertinente qui va venir à nous.

Il faut aller tout en haut de la page pour chercher le lien abonnement.

Photobucket

Photobucket

Et là, il suffit de faire son marché.

On obtient ce type de messages dans son courrier électronique:

Photobucket

Là aussi, ce n’est pas très 2.0, mais le courrier électronique marche bien et cette technologie est pas mal diffusée, même parmi les professionnels de santé.

Alors, Monsieur de l’Afssaps, tu pourrais nous faire plaisir, à moi et la petite communauté 2.0, en créant des comptes Twitter qui diffuseraient bien moins largement les mêmes informations qu’actuellement, mais qui seraient tellement plus 2.0? Si tu veux bien créer une page Facebook, je veux bien devenir ton ami.

Dans un proche avenir, on te le promet, tous les médecins/pharmaciens/IDE/patients auront un compte twitter et seront tes amis.

Et si tu pouvais en plus proposer à iTunes une application Afssaps, ce serait vraiment wiiiiiizzzzzzzzzzzz.




Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

1 thought on “Agences de Santé et réseaux sociaux”

  1. honteusement je fais mes courses dans les listes d’autres médics sur Twitter, la flemme Oo

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s