Scotome

Le 5 août, comme d’autres blogueurs dans le domaine de la santé, j’ai reçu un message électronique de la part de la rédaction multimedia du Sénat qui me faisait part de la parution du rapport Autain sur la gestion de la grippe A (H1N1)v par le gouvernement.

J’ai d’abord trouvé intéressant que cette vénérable institution utilise les réseaux sociaux et les blogs afin de diffuser ses messages. En réponse à une question, l’auteur du message m’a précisé qu’à la rentrée devraient être lancés plusieurs comptes Twitter officiels. Le Sénat a par ailleurs une chaine sur Dailymotion et un compte Facebook.

Le rapport sénatorial est critique vis à vis de la gestion de la pandémie grippale. Il souligne notamment le manque de transparence de l’expertise et le caractère léonin de certains contrats signés par le Gouvernement.

Je me suis demandé comment le Ministère de la Santé avait réagi.

Sur le site dédié à la grippe, aucune mention du rapport. Dans le rayon nouveauté, on en est toujours à la « Vaccination en ville ». Ils ne doivent pas lire la presse au Ministère de la Santé, mais Le Parisien, par exemple, a indiqué que selon l’OMS la pandémie grippale s’est achevée mardi dernier. Ça me rappelle le Quotidien du Médecin qui après avoir publié quelques 80 articles, dont certains dithyrambiques, sur le rimonabant n’a toujours pas signalé son retrait du marché le 23 octobre 2008.

Sur le compte Twitter du Ministère de la Santé, aucune mention non plus. C’est probablement car la publication de ce rapport sénatorial a été éclipsée le 5 août par une actualité particulièrement riche:

Photobucket

Ce n’est que sur le site principal du Ministère que j’ai retrouvé une référence à la commission Autain. Et encore, il s’agit de la transcription du discours prononcé le 30 juin par notre Ministre devant cette commission.

La fin du discours est intéressante:

La présidence belge de l’Union européenne entend mener, dans quelques jours, un retour d’expérience au niveau communautaire, ce qui est à mes yeux une absolue nécessité. Vous pouvez y contribuer par vos réflexions.

Je ne sais pas si c’est de ce rapport adopté par le Conseil de l’Europe le 24 juin dont elle parle, mais il est lui aussi critique vis à vis de la gestion de cette pandémie:

The figures available for France illustrate very well the extent to which the H1N1 pandemic was overstated and the consequences for the public health budget: 312 people died of influenza (up to April 2010), whilst 1 334 cases of serious infection were registered since the beginning of the pandemic according to the National Institute for the monitoring of health issues (“Institut national de veille sanitaire”). In the light of the actual development of the H1N1 pandemic, the French government managed to cancel orders for 50 million doses of vaccine, out of a total of 94 million initially ordered. Vaccines were sold on to some other countries, however France was left with millions of unnecessary doses as only 5.7 million people were vaccinated by March 2010. The final French public health bill for vaccines amounted to 365 million Euros and a stock of 25 million doses of vaccine whose shelf life will expire at the end of 201048. The rapporteur considers that with hindsight it can be concluded that France is not in an enviable position. France, however, is not alone in this situation.

On a été mauvais, mais on n’a pas été les seuls.

Magnifique éloge de la médiocrité dont notre Ministre s’est semble t-il satisfaite, puisqu’inexplicablement, elle n’a toujours pas démissionné de son poste après une gestion dont le caractère calamiteux est reconnu par tous, notamment deux rapports parlementaires.

La République exemplaire est grippée.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

2 thoughts on “Scotome”

  1. Au risque de radoter encore une fois, je reste persuader que l’essentiel n’est pas dans la question des conflits d’intérets et de la gabegie financière de cette campagne mal menée. Certes ces problèmes sont de vrais problèmes, mais il seront réglé, si tant est que la volonté politique soit derrière.

    Le fond du problème est plus culturel. Il tient à la culture de crise acquise en France depuis l’inscription du principe de précaution dans la constitution. De fait, on ne sait pas gérer l’incertitude.

    Rien de tout cela ne serait arrivé si l’on avait su/voulu faire des contrats à option. Si les communicants avait su dire clairement:  » Il se passe quelque chose, mais de nombreux paramêtres nous échappent et nous faisons en sorte d’adapter nos dispositifs aux données les plus récentes ».

    Il faudra aussi se poser la question de société de qui doit mener les opérations dans le cadre d’une crise sanitaire car si l’on repasse le fil des évènements, même si les choses étaient déjà mal emmanchées, les problèmes sont arrivés au moment ou la responsabilité a été transférée de la Santé à l’Intérieur…

    1. Non, je pense la même chose que toi, l’aversion au risque qui est devenue totalement délirante alors que la vie n’est qu’une succession de risques est un moteur important de cette débâcle.
      Et en plus ils sont mauvais.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s