Entre science et espoir.

Le NYT a publié lundi dernier un article sur une nouvelle approche totalement atypique du traitement de la sclérose en plaques.

Je n’ai strictement aucun avis sur le sujet, et dans le fond, l’article ne cherche même pas à découvrir si cette approche pourrait être efficace ou non.

Par contre, il met en évidence la difficulté d’avoir une approche raisonnée, scientifique devant une demande immense de la part des patients. Surtout si la maladie, comme la sclérose en plaques, possède une évolution capricieuse sur le moyen terme.

On croise dans cet article tout un échantillon de médecins: les sceptiques, les enthousiastes, ceux qui n’y croient pas trop mais qui le font par compassion, les marchands du Temple…

 

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

 

From M.S. Patients, Outcry for Unproved Treatment. By Denise Grady. the New York Times. Published: June 28, 2010. 

 

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

4 thoughts on “Entre science et espoir.”

  1. j’ai été faire un tour sur le net, effectivement les malades
    qui ont une SEP sont plein d’espoir et en demande pour le moins de savoir s’ils ont un rétrécissemnt veineux. Ça va être dur à gérer.
    Sur le plan physiopathologique, si on fait une anologie avec dermite de stase et ulcère variqueux…ça semble possible.
    Reste bien sur, a faire la preuve.
    Je me prépare mentalement à la prochine consultation de « ma » patiente qui a une SEP, je pense qu’elle ne va pas tarder à lire ça sur internet. Au moins je saurais de quoi elle parle et comment aborder la discussion. Merci!

  2. J’ai une patiente de 35 ans qui présente conjointement une syringomyelie, une SEP et qui a ete opérée à Lyon il y a 1 an d’une stenose aortique abdominale serrée (90%). On ne m’otera pas de l’esprit qu’il doit bien y a voir un syndrome à la Dr House qui doit expliquer ces pathologies associées. Alors pourquoi pas une anomalie circulatoire? D’ailleurs il y a 15 jours elle est venue en me demandant de chercher si je trouvais des infos sur l’insufisance veineuse cephalorachidienne.

  3. Ben, va falloir attendre les belles études d’EBM et peut-être en sortira-t-il quelque chose.
    Un des problèmes que pose cette histoire est que, peut-être, on n’a pas exploré, ou écarté, cette piste plus tôt.
    S’il y a du vrai la-dedans ce sera du miel pour les cliniciens.
    Et on n’est pas sortis d’affaire avec les réseaux sociaux…

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s