les génériques du Plavix.

@pharmalot m’a fait découvrir un document passionnant issu de l’Autorité de la Concurrence qui concerne une plainte déposée par le génériqueur Teva contre Sanofi-Aventis.

Teva accuse Sanofi de s’être livrée à une campagne systématique de dénigrement des génériques de Plavix® en axant sa communication sur deux points très précis:

  • l’absence d’AMM « syndrome coronarien aigu » pour certains génériques du clopidogrel
  • la différence de sels entre le princeps et les génériques.

Bien entendu, Sanofi n’a pas dénigré son propre générique, bien au contraire.

La plainte est en cours, et j’ai hâte d’en connaître l’issue.

Mais ce document de 21 pages mérite vraiment la lecture pour avoir une idée de la guerre que se font les génériqueurs d’un côté, et les firmes commercialisant des princeps de l’autre.

Il décrypte de façon fine les arguments des uns et des autres, et notamment l’utilisation magistrale des sous-entendus et des demi-vérités pour influencer la prescription par le médecin et la délivrance par le pharmacien d’officine.

Ce document confirme parfaitement l’ensemble coordonné de « bruits » que j’ai pu collecter sans trop de problème en ville et des articles pseudo scientifiques vilipendant les génériques du clopidogrel dans des revues médicales de troisième ordre, et publiés très opportunément à la sortie de ceux-ci.

J’ai franchement la flemme en ce moment, mais il faudra qu’un de ses jours je fasse une synthèse sur la législation des génériques et la notion de bioéquivalence, qui sont deux sujets tout à fait passionnants.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

11 thoughts on “les génériques du Plavix.”

  1. A propos des génériques, nul n’ ignore qu’ une guerre sans merci est déclarée entre les génériqueurs et les armes utilisées sont d’ une sournoiserie jésuistique.
    Observez les fichiers qui alimentent les logiciels médicaux et pharmaceutiques : le « E » final a une furieuse tendance à tomber.
    Why ?
    Ben quand on tape « Omepraz », par exemple, tous les Omeprazol arrivent avant les Omeprazole et comme la fainaiantise est une constante universelle, le toubib ne descend pas plus bas et sélectionne un des premiers items du browse.
    Diabolique, le marketing.

      1. Votre idée m’intéresse, je m’y collerais bien ce week… Pour expliquer la différence entre une générique et un médicament bio equivalent….

        boris,

  2. * Concernant la position de l’AFSSAPS pour une fois exprimée simplement dans cette décision…:

    97. Quant à l’absence d’indication SCA, il a été clairement souligné par l’Afssaps qu’il s’agit d’un problème juridique – le brevet protégeant l’association clopidogrel-acide acétylsalicylique courant jusqu’au 17 février 2017 – et non d’une question thérapeutique, l’association du princeps ou du générique à l’aspirine dans l’indication SCA étant indifférente. (page 17)

    * Concernant les caractéristiques pharmacologiques:
    96…. »…les dossiers déposés à l’appui des demandes d’AMM démontrent l’équivalence des biodisponibilités des spécialités comparées, c’est-à-dire que la vitesse et l’intensité de l’absorption dans l’organisme du clopidogrel destiné à devenir disponible au niveau des sites d’action sont équivalentes avec le générique et la référence »…. (page 17)

    * Concernant le retrait de certains lots de CLOPIDOGREL génériques, il n’est pas mentionné par l’AFSSAPS les conséquences de l’absence de respect des bonnes pratiques de fabrication sur les produits incriminés.

    Mais pourtant la SFC conclut sur le lien que vous nous indiquez:
    « Ces accidents rappellent la nécessité d’une vigilance et d’une pharmacovigilance pour les médicaments génériques, au même titre que pour les médicaments « princeps », particulièrement lorsque des changements même modestes de leurs propriétés pharmacocinétiques ou pharmacodynamiques peuvent avoir des conséquences graves.  » ce qui sous entend que les génériques sont pharmacologiquement moins sûrs et seraient sous déclarés par rapport au princeps…!!!

    De quoi parle-t-on lorsque la SFC évoque « ces accidents »? Des lots retirés du marché? Des génériques du CLOPIDOGREL en général??? Il n’y a pas eu de problème de pharmacovigilance en l’occurrence ou d’accident avéré avec ces lots qui ont simplement fait l’objet d’un retrait par simple précaution!!!

    Ce sont des communications par sous entendus à la Sanofi qui pourraient probablement être versées au dossier de l’Autorité de la Concurrence!!!

    Par ailleurs la SFC nous dit:
    « Dans tous les cas, devant la survenue d’un problème qui pourrait être lié à la prise d’un générique du clopidogrel (effet secondaire inattendu, notamment thrombose ou hémorragie), une déclaration de pharmacovigilance est fortement recommandée. »

    Ca sous-entend que les génériques du CLOPIDOGREL sont moins sûrs que le princeps et la SFC vous conseille d’être plus vigilant sur le générique que sur le princeps (elle le sous-entend!).
    On en déduirait presque qu’il faut prescrire du NON SUBSTITUABLE PLAVIX un peu comme La Lettre du Cardiologue « décomplexée » qui elle y va carrément!!!

    1. Et vi…
      J’ai entendu récemment en staff un exposé à charge grandiose contre les génériques du clopidogrel. j’ai bondi, et je suis certain qu’il t’aurait plu.
      C’est pour cela qu’il faut absolument que je fasse une note là dessus, notamment en utilisant tes références.

  3. Et quand bien même l’auto-générique du Plavix* est délivré par le pharmacien (Clopidogrel Winthrop) et que le médecin continue à s’opposer à la substitution, on se rappelle à tous vos articles sur les liens entre médecins et industrie pharmaceutique (je ne vois plus aucune autre raison que celle-ci dans ce cas précis ….)

    1. Les liens d’intérêt jouent très probablement un rôle notamment sur les leaders d’opinion. Lorsque ces leaders vont dans le même sens que les messages commerciaux de l’industrie avec les mêmes méthodes critiquables, on peut avoir l’intime conviction que ces liens ne sont pas neutres. Le sens d’un message commercial est d’orienter le marché. C’est tout le problème de l’information et de la formation initiale et continue des médecins qui est posé notamment sur le médicament. L’industrie est trop présente à tous les stades et en tous lieux sans vraie régulation efficace.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s