Collateral Murder

Hier, WikiLeaks a publié ici une vidéo des archives de l’armée américaine.

Cette vidéo de juillet 2007 est l’enregistrement d’une attaque au sol par un hélicopter Apache.

Le NYT en parle ici, et je ne vais pas paraphraser WikiLeaks.

Ce que je trouve fascinant et terrible dans ces images, c’est l’analogie avec un jeu vidéo.

Photobucket

Qui veut jouer?

La guerre est devenue un jeu vidéo, et tant pis pour vous si de loin vous ressemblez à un méchant.

A quelle distance de la cible était cet Apache?

Je suis impressionné par le délai important entre les détonations et les impacts visibles. Ça m’a frappé, surtout pour la première rafale.

Les réactions des pilotes me semblent être exactement les mêmes que n’importe quel joueur devant sa console.

Sauf qu’à l’autre bout de la trajectoire, il y a des corps déchiquetés. Quand on voit la façon dont laquelle la camionnette a été soufflée par les rafales, on imagine sans peine ce que ça doit donner sur un ventre.

J’avais publié je ne sais plus dans quelle note une autre vidéo où l’on voyait 2 officiers de l’armée américaine qui dirigeaient une attaque de drone sur des talibans.

Distance encore plus considérable, et impression encore plus intense d’être dans un jeu vidéo déshumanisé.

La guerre est une boucherie depuis des temps immémoriaux.

Photobucket

Qui veut jouer?

Tout le monde le sait et le ressent, militaires compris. Car tout un chacun pouvait en voir les conséquences, notamment celles de ses actes.

Ça freinait un peu, quand même.

Plus maintenant.

Prescrire du mois

Pas mal du tout le numéro d’avril, comme souvent, en fait.

Et pourtant, en tant que spécialiste, finalement peu de sujets sont susceptibles de m’intéresser.

D’un autre côté, Prescrire reste une des seules fenêtres qui me permettent encore de penser que je suis médecin, et pas seulement cardiologue.

Prescrire parle d’abord de « rumeurs » concernant les génériques, et notamment le clopidogrel. J’en ai entendu parler, et un lecteur m’a envoyé un article de janvier dernier les colportant en les prenant pour argent comptant. Pourtant cet article était signé de deux sommités françaises. L’article ne comportait pas leur déclaration de conflits d’intérêts (c’est illégal, je vous le rappelle), mais une recherche rapide m’a permis rapidement de trouver ailleurs des déclarations longues comme un jour sans pain.

En fait, ces « rumeurs » ont souvent une source principale, elles sont glissées entre deux portes en fin de visite médicale. Le « entre deux portes », voilà encore un vecteur important de communication de la visite médicale que la certification de la HAS n’a pas exploré

J’en reparlerai probablement, car je prépare une note sur les génériques, leurs AMM, et notamment la notion de bioéquivalence (ces notions trottent dans mon esprit depuis quelques temps déjà).

Autre petit article toujours délectable dans Prescrire, les « interdictions de publicités ». Le compte-rendu de la réunion du  2 septembre 2009 de la commission de l’Afssaps chargée de leur régulation est ici.

Comme toujours, la lecture des 22 pages du rapport vaut le coup et donne un éclairage évidemment biaisé de la visite médicale puisque tous les supports présentés comportent des allégations suspectes voire carrément mensongères. Mais cela reflète néanmoins une « certaine idée de la visite médicale » qui a encore cours tous les jours en France (contrairement à ce que clame le LEEM).

Encore une fois, la meilleure visite médicale est celle qui est déclinée poliment.

Ce rapport de l’Afssaps est aussi intéressant pour jeter un œil sur la gestion des conflits d’intérêts à l’agence. Un membre connu de la blogosphère médicale (un homonyme?) qui a des conflits d’intérêts (familiaux) avec un dossier en cours est sorti de la salle avant la discussion et le vote:

« M. XXX, ne pouvant prendre part aux délibérations, ni au vote, en raison d’un conflit d’intérêt important (proche parent salarié dans l’entreprise) a quitté la séance pendant la procédure d’évaluation de ce dossier. Aucune situation de conflit d’intérêt important susceptible de faire obstacle à la participation des autres membres de la commission à la délibération n’a été identifiée ni déclarée sur ce dossier.« 

Après, bien sûr, ceux qui lavent toujours plus blanc pourront toujours arguer que… et que…

L’enfer est pavé de bonnes intentions.

Mais en pratique, cela se passe comme ça, et la collégialité des décisions est aussi un bon garde-fou pour éviter qu’elles soient « orientées ».

Et non, il n’y a pas non plus de prostituées russes avec le nom d’un labo marqué sur leur string qui assistent aux réunions sous les tables.