13

La cinquantaine, auréolée d’une odeur de clope froide,  elle me tend un courrier laconique de son médecin traitant: « Merci de faire un bilan cardio-vasculaire… ».

En fait, elle vient à la consultation hospitalière tous les 6 mois pour une hypertension artérielle, pour justifier je ne sais trop quoi auprès d’un organisme d’insertion. Pas besoin de bilan, donc il a été déjà fait et refait.

(Ah bon, une visite chez son généraliste ne permet même plus de montrer que l’on se soigne? La dévaluation se fait galopante…)

Elle a en effet l’air d’avoir besoin d’être insérée. Elle insiste beaucoup sur le fait qu’elle s’occupe de sa vieille mère porteuse d’un Alzheimer.

A l’examen clinique, tension à 160/80.

Je rajoute 1/2 Esidrex 25 pour montrer au généraliste que je ne suis pas dupe.

Je demande alors à la patiente si elle trouve logique de venir me voir pour que je traite sa tension artérielle pour éviter qu’elle fasse un accident vasculaire cérébral et prolonger sa vie et incidemment lui permettre de s’occuper plus longtemps de sa vieille mère alors que d’un autre côté elle fume 1/2 paquet de clopes par jour.

« Il faut que je vienne vous voir pour montrer que je veux m’insérer… ».

J’entends au loin le diable qui en rit .