Vous parlez confus?

J’ai entendu parler d’une histoire récente qui m’a rappelé celle des papiers bleus. Comme quoi, cette dernière n’est pas une exception mais le reflet d’une certaine évolution de la société.

Un soir, une consœur a récupéré un patient qui n’était pas hospitalisé dans sa clinique, mais qui était tellement confus qu’on ne savait pas d’où il venait

Il a été déposé/vidé/jeté/balancé par des ambulanciers devant le hall désertique de la clinique et il a a erré dans les étages jusqu’à trouver un soignant qui l’a pris en charge. Les ambulanciers ne se sont pas du tout intéressés au devenir de leur patient, pourtant de toute évidence totalement confus, une fois qu’il a quitté leur véhicule. Tant pis si il n’y avait personne à l’accueil pour le guider et surtout se rendre compte de leur confusion, à eux. Ils devaient avoir une autre livraison à faire.

Bref, dans l’infirmerie, devant deux infirmières perplexes, la consœur a trouvé un monsieur confus très calme, propre, en pyjama bleu, la cinquantaine, peu francophone ou un peu sourd ou les deux. Pas de bracelet d’identification, pas de papiers. Il tenait dans sa main un exemplaire du Point de la semaine avec l’affaire DSK en couverture et une IRM cérébrale. L’IRM montrait un hématome sous dural. Les doigts de l’homme étaient jaunis par la cigarette et il sentait un peu l’odeur aigrelette des alcooliques.

On a téléphoné au radiologue qui a fait l’IRM, il ne savait pas d’où son patient venait et il s’en foutait.

Le monsieur confus a fini par donner le nom de la ville où il habitait.

On a cherché son patronyme sur les pages blanches et on lui a répété les prénoms de la liste pour savoir si ça lui évoquait quelque chose. C’est incroyable comme c’est difficile d’extraire des informations, même les plus simples, du cerveau d’un monsieur confus et fatigué! Karima, ça a fini par lui parler. On a appelé Karima qui est sa belle-sœur, bingo, mais elle s’est un peu fichu du problème et a demandé qu’on appelle la sœur du monsieur confus, appelée…Karima.

Karima, la sœur était sur répondeur, encore, encore et encore et encore.

Pendant ce temps, on a couché le monsieur confus dans une belle chambre particulière à 65€ la journée. On lui a servi une petite collation. Il était ravi.

Comme la famille s’en foutait toujours un peu et n’a pas donné signe de vie, on a appelé les pompiers pour l’emmener au urgences. Pourquoi? Probablement car on a fini par s’en foutre aussi un peu de ce monsieur confus bien encombrant et qu’il n’existe pas de Bureau des messieurs confus trouvés sur Marseille. Et puis, vous savez, un patient qui n’est pas là où il devrait être, ça peut poser des problèmes de responsabilité… alors tel Ponce Pilate, on l’a adressé au réceptacle de tout ce dont la société se fiche, les urgences. Tant pis si ce n’est pas le rôle des urgences, on s’en fout. Les pompiers ont râlé, pesté, grogné mais ils l’ont accompagné là-bas.

On a quand même fini par retrouver sa clinique (je ne sais pas comment, je m’en fous), et qui l’eût cru, elle est littéralement à un jet de pierre de celle où on l’avait balancé.

Une pierre un homme, quelle différence? On s’en fout, non?

Multijoueur (2)

C’est pas un jeu d’humaniste, mais c’est tellement bon…

Modern Combat 3: Fallen Nation est un jeu de Gameloft pour iPhone et iPad. J’avoue que j’ai commencé à jouer en solo, mais je passe bien plus de temps en multijoueur en wifi local.

Les cartes sont une merveille, et malgré tout le jeu est parfaitement fluide sur iPhone 4, 4S et iPad2. Il y a quand même quelques bugs quand on va voir son armement en cours de partie, mais rien de gravissime. Gameloft a rajouté quelques nouveautés par rapport à MC2 qui égayent pas mal les parties: armement plus divers, modes de jeu supplémentaires, possibilité de tendre des pièges avec des tourelles automatiques, frappes aériennes..

Mais l’essentiel est ailleurs.

Les 3 Vailloud s’installent sur le lit, l’un d’eux choisit une carte et un mode de jeu, et c’est parti! Mes deux petits me donnent du fil à retordre et assez souvent Guillaume nous met minables, Thomas et moi.

Au tout début, ils n’osaient pas tirer sur leur père, c’était mignon… Maintenant, ils assument leur Œdipe et c’est le carnage.

On s’éclate comme des fous puis à table nous revivons nos parties.

Autant dire que Madame commence à en avoir assez!

Pot-pourri

La semaine a été assez riche en actualités sur les médicaments, mais aucune suffisante pour faire une note étoffée.

Voici donc le petit pot-pourri du samedi matin.

Commençons par l’affaire Genopharm/Riemser. J’ai suivi cette histoire après la lecture de ce tweet fort martial et volontariste de Christian Lajoux:

https://twitter.com/#!/ChristianLajoux/status/138673686378053632

Je me suis demandé ce que le Codeem, dont le domaine de prédilection semble être l’éthique, avait à faire dans cette histoire de fraude supposée, découverte par l’Afssaps et qui doit passer devant la justice (ici, et ici).

Puis je me suis dit que de toute façon je n’étais pas objectif, étant donné ce que je pense de ce machin. J’ai donc été surpris par l’analyse du Figaro, qu’on peut difficilement taxer d’anticapitalisme primaire et d’être défavorable à l’industrie pharmaceutique:

Face à ce possible nouveau scandale, dans un contexte général de défiance vis-à-vis des médicaments et afin de redorer le blason d’une industrie sérieusement écorné, le Leem (le syndicat des industriels du médicament) annonçait, le 22 novembre dernier, la saisine de son Comité de «déontovigilance», mis en place en septembre après l’affaire du Mediator. Il s’agissait d’analyser «les pratiques alléguées du laboratoire Genopharm». Le comité avait promis d’auditionner «dans les meilleurs délais le président de Genopharm et l’avocat qui défend les intérêts de Riemser en France».

Seul Genopharm répondra aux questions du comité le 5 décembre, Riemser ayant décliné l’invitation. Mais ce dernier a envoyé au patron du Leem une copie du dossier déposé au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris et s’est vu opposer une fin de non-recevoir. «Le comité est autonome et ne dépend pas de moi, se défend Christian Lajoux, patron du Leem et également de Sanofi en France au Figaro. Riemser aurait donc dû envoyer son dossier au président du comité.» Certains voient dans la création du Comité de «déontovigilance» une pure opération de communication du Leem tout en pointant du doigt l’ambiguïté d’une procédure disciplinaire en marge d’une procédure pénale. L’affaire ne fait que commencer.

Le néologisme déontovigilance les a fait de toute évidence rire, de même que l’utilité de ce comité.

A quoi sert le Codeem? A priori à rien puisqu’on l’implique dans une histoire où il n’a rien à faire et dont les protagonistes semblent l’ignorer superbement. Envoyer le dossier au Président du Leem! Quelle rigolade! Même les membres de l’industrie se fichent du machin, ou en tout cas ne savent pas eux-même à quoi ça sert.

En définitive, difficile d’exister quand sa seule raison d’être est d’acheter une virginité.

Le Leem, ça devient une institution grolandaise, non?

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

La HAS vient de rendre un avis sévère sur l’utilité de l’Arixtra 2.5® (fondaparinux) dans le traitement de la thrombose veineuse superficielle. J’avais parlé de cette indication ici, à l’issue de la publication de l’étude stephanoise CALISTO.

La HAS a fait les mêmes remarques que moi ( 😳 ) sur l’hétérogénéité du critère primaire choisi et le nombre étonnant des patients opérés de leur TVP (sur quels critères?):

En revanche le choix du critère de principal composite est discutable car les événements qui le composent n’ont pas tous la même pertinence clinique : si celle des EP et TVP symptomatiques ne pose pas de problème, il n’est pas établi que l’extension à la jonction saphéno-fémorale soit un facteur de risque de TVP proximale ; et il n’est pas démontré que la récidive de TVS soit un facteur prédictif de l’évolution vers un événement thromboembolique veineux profond (TVP et/ou EP). Or, le résultat observé, reposant surtout sur une réduction de la récidive ou de l’extension de la TVS, est de nature à réduire la taille du bénéfice clinique attendu.

Par ailleurs, aucun critère objectif ne permet d’identifier les TVS pour lesquelles une indication chirurgicale a été posée à l’inclusion et il n’y a pas d’information sur les TVS exclues de l’étude sur ce critère, ni dans quelle proportion.

L’avis de la HAS est intéressant à lire, notamment car il fait le point sur une affection dont le traitement n’est toujours pas codifié en 2011. Pour aiguiser votre esprit critique, relisez l’article élogieux que theheart.org (édition française) avait consacré à CALISTO. Rigolo, non?

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

J’ai appris la même semaine que la Dronedarone (Multaq®) et la trimetazidine (Vastarel®) allaient être déremboursées. C’est presque trop de bonheur d’un coup. En lisant cette liste des 28 autres recalés, on trouve aussi le Nexen® et ses génériques, le Fonzylane®, et l’Hexaquine®.

On va devoir réhabiliter Servier, voire les remercier. Les conséquences de l’affaire Mediator® vont peut-être finalement permettre de sauver plus de vies que ce médicament n’en a coûté.

Pour rigoler un peu, voici ce que des tas de gens très biens, et la presse médicale disaient de la dronedarone, il n’y a pas si longtemps:

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

La Revue Prescrire a publié un Petit manuel de Pharmacovigilance et de pharmacologie clinique destiné aux soignants. C’est gratuit, bien fait et disponible ici.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Dans le dernier Prescrire, la rédaction n’a pas tiré à boulets rouges sur le Pradaxa® (dabigatran) dans la fibrillation auriculaire. Curieux, je m’attendais à quelque chose de bien plus saignant.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

La FDA a son compte Twitter depuis longtemps (plusieurs en fait, mais je suis celui-là: @FDA_Drug_Info), l’EMA aussi (@EMA_News), je viens de découvrir celui de la HAS (@HAS_sante). Twitter devient de plus en plus un incontournable de la veille documentaire institutionnelle. Manque plus que l’Afssaps.