Une histoire de petite pilule blanche

Ça y est, ça me reprend, je recommence à photographier des comprimés d’anticoagulants!

(ici, ici et ici, une vraie passion….)

En fait, comme le savent déjà ceux qui me suivent sur Twitter, les deux comprimés de gauche sont du Nébivolol 5 mg Arrow, ceux de droite du Préviscan 20 mg.

Les infirmières m’ont signalé que ces deux comprimés se ressemblaient terriblement. De fait, hormis une nuance de blanc un peu différente et une épaisseur un peu supérieure pour le Nébivolol, strictement rien ne permet de les différencier.

Le risque de confusion est d’autant plus grave que ces deux médicaments de la sphère cardio-vasculaire peuvent parfaitement se retrouver sur une même ordonnance.

J’ai mis les photos des blisters, car c’est ainsi que doivent être administrés les médicaments en établissement de santé. Et comme vous pouvez le constater, contrairement aux conditionnements de nombreux autre médicaments, aucun signe ne peut permettre à l’infirmière de distinguer un comprimé d’un autre.

Après avoir parlé de cette histoire sur Twitter, le @Dr_Stephane m’a fait découvrir une alerte très similaire, issue par l’Afssaps le 8 mars 2010, concernant le Préviscan et le Lisinopril EG 20 mg.

Je me suis dit que ça valait quand même peut-être le coup de faire aussi un signalement.

Rien de plus simple, quelque soit le problème concernant une erreur médicamenteuse avérée ou potentielle, l’Agence n’a qu’une seule adresse qui répartit ensuite les demandes au bon bureau parmi la jungle insondable de Saint-Denis, c’est  Le Guichet des Erreurs Médicamenteuses.

C’est si simple que ça paraît pas possible, ni français.

J’ai accompagné ma fiche de la petite bafouille suivante:

Madame, Monsieur,

je souhaite vous rapporter un risque de confusion lié à la similitude des comprimés de Préviscan 20 mg (Merck Santé) et Nébivolol 5 mg Arrow (Arrow).

Les infirmières de mon établissement m’ont rapporté ce risque pour un patient prenant ces deux spécialités.

La délivrance des médicaments se fait alors que ces derniers sont sous blister coupés individuellement par l’équipe de la pharmacie pour des raisons évidentes de manutention.

Comme vous pourrez le constater sur les clichés joints, non seulement les comprimés sont très difficilement discernables puisqu’ils ne comportent aucune marque distinctive, mais ils ne le sont pas plus sous blister individuel.

En faisant quelques recherches, j’ai retrouvé une alerte émise par l’Agence le 8 mars 2010 concernant le risque de confusion entre le Préviscan 20 mg, le Lisinopril EG 20 et « d’autres spécialités ayant une forme de comprimé similaire ».

Malheureusement, le conseil de « conserver les médicaments dans leur blister de façon à pouvoir identifier les comprimés jusqu’au moment de l’administration » est difficilement applicable dans un établissement de soin car de nombreuses plaquettes n’ont pas d’identification en face de chaque comprimé.

Comme pour l’alerte concernant le lisinopril, ce risque de confusion touche malheureusement deux molécules appartenant à la sphère cardio-vasculaire, et ayant donc une probabilité non négligeable de se retrouver conjointement sur l’ordonnance d’un patient.

A notre niveau, nous avons décidé, en concertation avec le Pharmacien-Gérant de l’établissement, le Dr ***, de ne plus administrer ce générique du nébivolol afin de limiter le risque d’erreur.

Au niveau national, je pense que ce signalement va dans le sens et doit accélérer le processus annoncé par la dernière phrase de l’alerte sur le Lisinopril EG 20 mg émise il y a maintenant 14 mois: « L’Agence a engagé avec le laboratoire Procter & Gamble Pharmaceuticals une réflexion pour améliorer rapidement l’identification des comprimés de Previscan. »

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de ma considération distinguée.

Dr Jean-Marie Vailloud.

PS Je me suis permis d’ajouter en copie conforme de ce message le Dr ***, évaluatrice interne du GTIAM (Groupe de travail sur les Interactions Médicamenteuses) dont je fais partie en temps qu’expert-titulaire, et qui a eu la gentillesse de m’adresser vers vous.

Je vous tiendrai au courant de la réponse.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

La suite de l’histoire ici et ici.

La conjuration des imbéciles

Ne vous focalisez pas sur le titre qui n’a qu’un lointain rapport avec la note, mais j’aime beaucoup ce titre d’un roman que je n’ai pas encore lu.

Depuis l’affaire du Médiator, dans un louable effort de transparence, l’Afssaps a décidé de filmer les séances de la Commission d’AMM et de les diffuser en différé sur son site.

Par exemple, les vidéos de la séance du 28/04/11 sont visibles ici. Un verbatim de chaque commission, hors données confidentielles sera aussi publié, et c’est très bien.

Revenons sur les vidéos.

A quoi ça sert?

En terme de transparence, strictement à rien, mais ça satisfait les imbéciles, et de ce point de vue, l’objectif est rempli.

En effet, les vidéos présentées ne sont que des extraits, diffusés après montage, donc aucune valeur en terme de transparence.

Quand la FDA décide de montrer ses débats, elle les diffuse en direct. Par ailleurs, ceux qui tiennent la caméra ne font pas un long plan séquence avec en second plan le chariot des viennoiseries, jus d’orange bon marché et jus de chaussettes…

Mais bon, la démarche montre une volonté d’ouverture qu’il ne faudrait surtout pas tuer dans l’œuf.

Maintenant, d’un point de vue purement technique, pour le professionnel de santé intéressé par les médicaments, ces débats sont un régal et c’est dommage d’avoir attendu le scandale du Médiator pour les rendre publics. Chacun apporte sa pierre au débat en fonction de ses compétences. C’est bien entendu encore plus passionnant si vous avez participé à l’élaboration du dossier en amont.

Si vous avez regardé ces vidéos, vous vous êtes rendu compte que l’on parlait beaucoup de l’Europe, de l’EMA et du CHMP. Cette « mondialisation » miniature a suscité beaucoup de critiques. C’est vrai que devoir passer un dossier « devant l’Europe » prend du temps, retarde les décisions et oblige à faire des concessions. Mais ces débats avec des pays ayant des cultures pharmacologiques différentes apportent souvent un plus, obligent à être meilleurs et finalement représentent une espèce de sagesse des foules. J’ai vu aussi passer des critiques sur les « petits pays » qui auraient des compétences moindres, voire seraient suspects d’avoir une plus grande collusion avec l’industrie. Mais en pratique, les firmes qui choisissent les pays rapporteurs optent toujours pour les mêmes: France, Allemagne, Suède, j’ai aussi vu passer récemment les Pays-Bas. De fait, ce sont les meilleurs au niveau européen.

Bref, ces vidéos qui n’apportent rien en terme de transparence restent incontournables pour quiconque s’intéresse au médicament.

FAF-iPad

Le FAF-PM (Fond d’Assurance Formation de la Profession Médicale) est un organisme financé par une cotisation annuelle obligatoire (52€) que tous les médecins libéraux versent à l’URSSAF.

Cette assurance finance la formation médicale continue jusqu’à un plafond de 300€ par an.

Le FAF-PM propose des formations collectives clé en main, mais on peut aussi demander la prise en charge d’une formation particulière à condition de remplir un dossier assez complet, je présume pour éviter que le fond ne finance avec nos cotisations un peu tout et n’importe quoi.

Je viens juste de recevoir mon chèque de 300€ pour mon DU d’interprétation des essais thérapeutiques qui couvre partiellement les 809€ d’inscription. Mais quand on aime, on ne compte pas (surtout quand ça concerne des statistiques)

Mais le FAF-PM finance aussi quelques curiosités pédagogiques, par exemple celle-ci reçue ce matin:

ATELIER INFORMATIQUE F.A.F.

PALAIS DES CONGRES DU PHARO / MARSEILLE

20 et 21 MAI 2011

Chers Amis,

Vous serez présents au Congrès de Marseille les 20 et 21 mai 2011.

Une formation F.A.F. vous est proposée :

« VOTRE I PAD Prise en main – Productivité – Divertissement »

Atelier informatique F.A.F.

« I PAD / un outil innovant : Maîtriser votre I Pad »

20 mai 2011 : 10h-13h – 14h-18h

Salon Callelongue

Le programme :

  • Prise en main
  • Paramétrer le WIFI
  • Créer un compte iTunes
  • L’AppStore Apple
  • Synchronisation iTunes
  • iTunes – résumé
  • iTunes – App
  • Application Evernote
  • Bureau à distance
  • Productivité : Pages, Numbers, keynotes
  • Applications utiles
  • Rester connecté
  • Musiques, videos, photos
  • Jouer

Vous souhaitez y participer. Rendez-vous au stand du CNCF N°15.

Pour vous inscrire, merci de vous munir d’une feuille de soins barrée et d’une attestation de versement de cotisation FAF 2009 ou 2010.

A très bientôt.

L’équipe FAF du CNCF

Je suis content d’avoir « rentabilisé » cette année ma cotisation annuelle, car je crois que ça m’aurait quand même un peu agacé de savoir à quoi servent nos 52€, la partie divertissement étant clairement de trop.
Et pourtant, Dieu seul sait que je suis un cardiologue fan d’iPad…

Enfin, je serais curieux de savoir si le FAF-PM aurait financé en l’état un tel programme de formation continue si il avait été proposé à titre individuel, et non par le CNCF…

%d blogueurs aiment cette page :