Médiator 150 mg

Photobucket

Bon, je vais essayer de faire la critique du livre de Irène Frachon que j’ai terminé hier au soir.

Ce n’est pas très simple, car des tas d’interférences viennent un peu troubler ce que je peux en penser.

Hors postface et glossaire, il fait 129 pages que j’ai dévorées en deux courtes soirées.

Le texte est bien écrit et les phrases courtes font l’économie de circonvolutions qui pourraient nuire à la compréhension d’une histoire pas simple à appréhender, avec de multiples intervenants et rebondissements.

Au début, j’ai eu un peu de mal à m’adapter à ce récit d’une quête scientifique pointue écrit avec les tripes. Surtout que les personnes et les lieux dont l’auteur parle sont réels. Puis après quelques pages, on se laisse happer.

Globalement, ce récit est quand même plus écrit pour des professionnels de santé que pour le grand public. Et parmi les professionnels, ceux qui connaissent les lieux et les personnes vont bien évidemment accéder encore à une dimension supplémentaire.

J’ai adoré le non-dit accusateur contre un cardiologue d’Amiens bien connu.

J’ai aimé la référence à Dominique, et plus largement la façon dont elle a utilisé la toile pour avancer:

Au milieu des ces échanges, bruissant de rumeurs, fausses certitudes et mauvais tuyaux, je note l’intervention d’un médecin, administrateur de l’excellent site Atoute.org : « Le Mediator contient du benfluorex, écrit le docteur Dominique Dupagne dès 2004. C’est un médicament assez étrange, essentiellement coupe-faim par action proche des amphétamines. Il a échappé à la charrette du marché concernant ses cousines. Son positionnement est subtil, uniquement dans le cadre du diabète et de l’excès de triglycérides. En fait, il est largement utilisé comme coupe-faim en dehors de ses indications officielles. Comme les amphétamines, il est excitant et peut provoquer un excès de nervosité.Tout accident survenant dans cette situation non prévue par la loi engage donc la responsabilité du prescripteur ». Et Dupagne de conclure « Je ne serais pas surpris en effet qu’il soit retiré du marché à court ou moyen terme ». Seul et dernier rescapé du nettoyage après l’interdiction de toutes les amphétamines, on se l’arrache.

Bon bouquin, donc.

A lire pendant que l’affaire du Médiator® est encore chaude, pour se faire sa propre opinion.

Joyeux anniversaire NephroHug!

NephroHug a fêté hier son premier anniversaire.

A ma connaissance, il s’agit très temporairement du seul blog écrit par un néphrologue francophone (ceci est un message subliminal), Vincent Bourquin.

Sa qualité principale, comme celle du blog qui a très temporairement disparu (autre message subliminal) est de rendre limpide la néphrologie qui est quand même une spécialité un peu difficile à appréhender.

Cerise sur le gâteau, contrairement aux orthopédistes (cassé/pas cassé) et aux cardiologues (bouchaga/pas bouchaga mais stent actif quand même), l’auteur est pourvu d’un raisonnement qui lui permet d’aller au delà du binaire (tout comme qui vous savez, et qui a très…).

Dans sa note anniversaire, Vincent s’interroge sur ses lecteurs: qui sont-ils?

Il s’agit du problème fondamental de chaque auteur de blog.

Comment écrire une note pour qu’elle fasse entrer en résonance le lecteur afin d’amorcer une discussion si on ne le connait pas?

D’où le petit sondage que vous trouverez en haut de la colonne de droite jusqu’à samedi matin. Bien entendu, je vous donnerai les résultats.