Le sketch de la douleur intercostale morte

[Dans un cabinet de médecine générale. Les gens se battent dans la salle d’attente pour un numéro de Gala de février 2008. Un homme, le stéthoscope autour du cou, en polo Lacoste vert pomme et jean noir traverse la salle d’attente à grands pas et rentre directement dans le cabinet du médecin en tirant le corps d’un homme obèse par le talon gauche. Le médecin est derrière son ordinateur, il vient juste d’envoyer une contribution à la discussion du lundi #hcsmeufr  » Comment le web 2.0 va très bientôt améliorer la relation médecin-malade ».]

MG: Quoi que, qui-donc? Vous pouvez pas attendre votre tour? Et qu’est-ce…. [en montrant l’homme mort].

Dr. S: Je suis le Dr. Stétho, et j’ai une réclamation au sujet de ce patient que vous m’avez adressé il y a 1/2 heure pour un avis cardiologique. #ppcs

MG: Enchanté de vous rencontrer ! Ah oui, le névralgique! [en jetant un œil sur le corps] Qu’est-ce qui lui arrive encore?

Dr.S: Et bien, vous pouvez le constater vous-même, ce qui ne va pas, ce patient est mort.

MG: Naaaan, il dort paisiblement.

Dr. [incrédule] Je sais reconnaître un homme mort quand j’en vois un, et celui-là en est un.

MG: Je vous dis qu’il dort. Cas clinique intéressant, cette névralgie intercostale d’effort, n’est-ce pas, cher confrère?

Dr. S: Je ne pense pas qu’il ait eu une simple névralgie, par contre, il est parfaitement mort.

MG: Je suis certain qu’il dort…

Dr. S: [en secouant la jambe du patient et en hurlant vers sa tête] Bonjour chez vous Monsieur Patient, j’ai trois cartouches de Marlboro fraîchement achetée à Noailles* pour vous! Marl-boro! Marl-boro!

MG: [il secoue, sans en avoir l’air, le bras du patient] Regardez, il a bougé, je vous avais dit qu’il dormait!

Dr. S: Vous l’avez touché!

MG: Non!

Dr. S: [Secouant un peu plus violemment la jambe du patient] Il est totalement mort, je l’ai traîné par le pied à travers la rue jusqu’à votre cabinet, et il n’a pas exprimé la moindre petite plainte!

MG: Il est assommé! Vous l’avez assommé!

Dr. S: Non! Il était déjà mort quand je l’ai vu pour la première fois, assis dans ma salle d’attente. Il ne tenait sur sa chaise que parce que quelqu’un, peut-être vous, avait punaisé ses vêtements au dossier en imitation osier.

MG: Bien entendu que je l’ai punaisé, sinon il aurait pris ses jambes à son cou et il aurait repris son consentement éclairé de patient!

Dr.S: Mais même si je l’avais défibrillé à 300 J, il n’aurait pas pu prendre ne serait-ce qu’un pied à son cou pour fuir quelque part! Et dire que je n’ai même pas eu le temps de récupérer sa carte vitale… Il est complètement, totalement mort, et sa mort est réelle et constante! C’est un feu patient.

MG: Vous avez un certificat de décès pour le prouver?

Dr.S: Euh, non..

MG: [triomphant] Vous voyez, il n’est pas mort! Bon, ça va, ça va, je vais vous en adresser un autre. J’ai un sportif de 24 ans qui se plaint de rien et qui voudrait faire tamponner une licence pour la pratique de la pétanque en club, ça vous convient?

Dr.S: Il est diabétique?

MG: [pause gênée] Euh non…

Dr.S: [très énervé] Ce n’est pas ce qu’on appelle un échange de valeur équivalente!

MG [regardant ses pieds] Euh non, mais je n’ai que ça en magasin en ce moment.

Dr.S: Bon, ça va, adressez-le moi….

*: Noailles, c’est un quartier de Marseille dont le sol est littéralement recouvert d’emballages de cartouches de cigarettes de contrebande, vendues à la sauvette.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Vous aurez tous reconnu une très maladroite référence au sketch mythique des Monty Python, « The Dead Parrot« .

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

6 thoughts on “Le sketch de la douleur intercostale morte”

  1. Cela me fait un peu penser à « HOPITAL NORD », de Jean-Pierre Andrevon et Philippe Cousin.
    Un recueil d’ histoires complètement déjantées qui ont pour cadre ce fameux établissement de soins.
    Un délice, je l’ ai lu, relu et re-relu..

  2. Je ne trouve pas que ce soit maladroitement écris, bien au contraire, c’était très réjouissant à lire et le tout dans une écriture très classique. Moi ça me faisait penser un peu à l’absurde de Ionesco au départ (je n’ai pas les Monthy Python dans mes références malheureusement)

  3. Si je puis me permettre une petite réflexion, un petit détail pour vous, la cardiologue ne quitte sa chemise Ralph Lauren pour son polo Lacoste que pour une astreinte de samedi matin, jour « relax » où il troque également ses Westons pour une paire de docksides…
    Alors si on porte des polos Lacoste dans la semaine, je pose la question, où allons nous! Et pourquoi pas un scanner pour remplacer la coronographie!?!

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s