Consultation de cardiologie douce

– Docteur, je suis contre les médicaments, et je me soigne avec de la médecine douce! Que pouvez-vous m’arrêter comme cachets qui me font plein d’effets secondaires?

– Aom, voyons, mais vous êtes soignés presque exclusivement par des plantes!

– ??

– L’aspirine, acide acétylsalicylique, de salix, le saule en latin, c’est de l’extrait d’écorce de saule blanc.

La digoxine a été extraite initialement de la digitale pourprée et de la digitale laineuse.

Votre endoprothèse active est enduite de sirolimus, appelé aussi rapamycine. Pourquoi ce nom? Parce qu’il est fabriqué par Streptomyces hygroscopicus, trouvé dans un échantillon de terre de l’Ile de Pâques, dont le nom indigène est Rapa Nui. Une poignée de terre d’autant plus chargée de symbole qu’il s’agit peut-être de la première parcelle de Terre rendue inhabitable par ses habitants…

Chaque fois qu’un coronarographiste implante une endoprothèse au sirolimus, sans le savoir, il fait avancer la médecine douce et milite pour un développement durable et harmonieux en brandissant à la face de l’humanité un terrible avertissement.

Votre ordonnance commence donc par:

  • extrait d’écorce de saule 160 mg par jour
  • extrait de digitale 0.25 mg par jour

La lovastatine serait commercialisée en France, on aurait pu rajouter:

  • extrait de levure rouge de riz  20 mg par jour

Vous auriez pu être sous quinidine, dérivé de la quinine, elle-même extraite de l’écorce du Cinchona:

  • extrait d’écorce de cinchona 300 mg par jour

Votre score CHADS2 serait plus élevé, j’aurais peut-être opté pour un anticoagulant comme la warfarine qui est un dérivé du dicoumarol, dérivé de la coumarine, elle même extraite de fèves tonka (fève nommée aussi coumarou, d’où le nom coumarine). L’histoire de la découverte des propriétés anticoagulantes du dicoumarol est d’ailleurs  on ne peut plus naturelle. Lorsque des bovins ingéraient du fourrage contenant du mélilot moisi, ils mourraient d’accidents hémorragiques cataclysmiques ou avortaient. En fait, certains champignons transformaient l’inoffensive coumarine contenue dans le mélilot en un anticoagulant, le dicoumarol dont sont dérivés ceux que nous utilisons.

  • extrait de fèves tonka: 2 mg par jour

Ensemble, nous pourrions ainsi continuer longtemps à écrire dans le grand livre de la cardiologie douce…

– Vous pouvez pas me marquer un peu plus d’écorce de saule?

– Point trop n’en faut. Puisqu’on est dans le vert, donnez-moi donc votre carte Vitale.

Mouhahahahaha!

Au suivant!


THUNDER!

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

9 thoughts on “Consultation de cardiologie douce”

  1. Joli🙂
    La notion de « chimique versus naturel » est une mine pour qui aime rigoler en observant les us et coutumes.
    « C’est bon ça ça vient des plantes. » MOUHAHAHAH.

    Prenez H2 et O2, mettez une blouse et des lunettes de protection, faites peter en s’arrangeant quand même pour récupérer un peu du liquide produit. Rajoutez un peu de chlorure et un peu de sodium. Demander au public de boire le résultat. Peu d’écolo le feront. Par contre, aller boire de l’eau de pluie captée dans des conditions douteuses ou je ne sais quoi ça oui.

    La chimie n’a pas de chance : C’est la seule science qui a le même mon que l’industrie qu’elle fonde. La chimie se doit donc de puer et d’exploser, du moins le pense t on😦
    Autre malheureux de cette science (qui n’a vraiment pas de chance): En chimie on peut en théorie tout calculer et tout prévoir avec une précision redoutable. Il suffit d’appliquer le règles de la chimie quantique. Drame…en pratique on arrive à calculer des choses précises sur l’hydrogène mais après ça devient vite beaucoup trop compliqué…hors de portée.
    On a donc un science qui a une réputation de « cuisine » : Si je mets ça avec ça ça donne ça, je ne sais pas exactement pourquoi ça ne donne pas ça ou plus d’autre chose MAIS en théorie je peux tout calculer…faut qu’en pratique non…je ne peux presque rien calculer en chimie orga.

  2. lu il y a longtemps sur un bouquin de diététique naturelle et bio et tout et tout cette phrase :
    le sucre : C6 H12 O6 : c’est un corps chimique il est donc à bannir !

  3. le sucre : C6 H12 O6 : c’est un corps chimique il est donc à bannir !
    Mouououwhahahahahaha🙂
    On peut espérer que ce soit un gag mais je pense que non😦😦

    C6 H12 O6 : On peut peut être imaginer un truc bien toxique ayant cette formule brute? Un chimiste dans la salle?

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s