Marketing-based Medicine

L’excellent Daniel Carlat fait allusion dans une note à un article tout à fait passionnant publié dans Bioethical Inquiry.

En plus, l’article est accessible  à tous car hébergé sur cette page.

Ce papier dresse un panorama assez complet des pratiques commerciales des firmes pharmaceutiques afin « d’optimiser » leurs ventes:

  • Rétention d’information
  • Manipulation des résultats des essais cliniques
  • Mise en avant les « Leaders d’Opinion » (KOL)


Son intérêt réside surtout dans la multitude de documents internes aux firmes, documents rendus publics au cours de procès se déroulant aux États-Unis qui illustrent chacune de ses pratiques.

Un des documents les plus étonnant est ce message électronique émanant d’un cadre d’AstraZeneca:

Photobucket

L’auteur s’interroge sur la poursuite de la pratique usuelle, à l’époque (1999…), qui consistait à « enterrer » les études négatives et à supprimer des données défavorables.


Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

3 thoughts on “Marketing-based Medicine”

  1. L’industrie ne pense pas qu’au bien du malade, je suis choqué.
    Moi qui croyais que le but des industriels étaient le bien être de la société et des salariés.
    Moi qui croyais que le capitalisme et la loi du marché font le bien contre les méchants régulateurs et l’état qui dépense pour rien l’argent gagné par ces industriels qui ont des positions toujours éthiques et bienveillantes.
    On m’aurait menti. L’industrie pense avant tout au profit en se foutant du consommateur, du malade, de l’environnement, de l’avenir, une grande découverte qui va bouleverser ma façon de voir le monde.
    L’industrie pharmaceutique est une industrie comme l’industrie alimentaire (est ce qu’elle se préoccupe de l’obésité (gras sucré) et de l’HTA (sel)), comme l’industrie pétro chimique (voir le bisphenol A), comme l’industrie de l’information (traitement superficiel et cirage de pompes). Le but est de gagner du pognon. Le reste est digne de la danse des sept voiles.
    Nous sommes tous responsables. Nous voulons avoir le meilleur prix sur tout. Nous nous foutons du cout social, sanitaire et environnemental de notre désir consumériste. Pourquoi l’industrie pharmaceutique échapperait à cette tendance?
    Ethique et capitalisme? Je rigole en entendant ça.
    Il n’y aucun risque que les choses bougent, au contraire elles s’aggraveront. L’économie a pris un tel poids dans nos vies que rien n’arrêtera la stratégie d’accumulation des grands groupes. Il est tellement facile de faire pression. Vous ne me donnez pas le bon prix ou l’AMM pour ma Xé poudre de perlinpimpin à SMR -12, je délocalise, je ferme mes usines, mon centre de recherches, ailleurs vers des cieux moins cher et plus compréhensifs.
    J’aime bien les revues d’éthiques

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s