Déontovigilance 4

Je tiens à adresser toutes mes félicitations au LEEM pour la naissance du Codeem.

Nous venons de rentrer d’une nouvelle ère d’éthique et de déontologie pour l’industrie pharmaceutique.

Je n’aurais jamais cru voir cela de mon vivant.

Tout va changer.

Au fait, je suis aussi retombé par pur hasard sur la Déclarations des aides versées en 2009 (pas trouvé de données plus récentes) aux associations par les industriels de santé, publiée par la HAS en 2010. Par curiosité, regardez les lignes correspondant à l’AFD (Association Française des Diabétiques) dont l’un des membres du « Collège des parties prenantes » est trésorier national depuis 2004.

Problème pratique de déontologie.

Si Sanofi passe devant le Codeem (c’est impossible, mais supposons), combien de ses membres vont devoir se lever et quitter la salle avant délibération? Même question pour Wyeth.

Vous avez 1 heure.

Bisous.

(Amitiés au très timide et modeste DG d’Astellas Pharma qui m’a fait l’honneur de publier récemment un commentaire sur Grange Blanche)

En tout bien tout honneur

Nous avons de nouveau pris en charge un de nos « vieux » patients, un insuffisant cardiaque totalement en bout de course. En fait, il n’est que dans sa soixantaine, mais nous le connaissons depuis des années

Il est en bas débit cardiaque quasi ambulatoire (je ne pensais pas que ce soit possible) et chute très régulièrement depuis quelques semaines. A la dernière, il s’est cassé des côtes. Sa famille est exténuée.

L’implantation d’un défibrillateur avec resynchronisation il y a une dizaine de mois a prolongé sa vie, mais à quel prix. A l’époque j’avais poussé à la roue. Une magnifique victoire à la Pyrrhus.

Il nous tutoie et nous appelle par nos prénoms. En fait, on se fait la bise quand il n’est pas trop en bas débit et qu’il nous reconnait.

Il est donc revenu, peut-être pour la dernière fois, mais nous nous le disons à chaque fois.

Mon ami de toujours (co-interne, co-assistant, collègue…) et moi ne pouvons que constater avec tristesse sa déchéance.

Hier il souffrait à cause de ses côtes.

Que lui mettre comme antalgique quand on a plus de cœur, plus beaucoup de rein, plus beaucoup de foie?

On n’a qu’à le morphiner, dis-je.

Mon ami me regarde vivement. Non, quand même!

Mais non, en tout bien tout honneur!

Sourires tristes.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

La loi Léonetti expliquée.


Naturopathie et découvertes

Mon IDE d’épouse n’a toujours consenti à se déplacer qu’avec une pharmacie très complète, « au cas où ». Pas de quoi intuber, quand même, mais bon, limite. Depuis quelques temps, sous l’influence d’une de ses sœurs, elle a pris un virage naturopathique assez net. Nos enfants sont donc régulièrement enduits, badigeonnés d’huile essentielle de lavande pour tout un tas de bobos. Le one-fits-all qui a tant réussi à Pfizer, en somme.

Une de ses copines (tabagique) tousse comme une perdue depuis des semaines, elle dégaine alors ses huiles essentielles (romarin, eucalyptus radiata, thym) et son miel pour la soulager. Comme elle est quand même restée un peu pragmatique, elle y rajoute Ventoline® et Becotide®.

La copine l’a appelée tout à l’heure pour la remercier, éperdue de reconnaissance (elle doit voir un pneumo la semaine prochaine).

La puissance de la naturopathie, quand même, je suis impressionné….

Mon épouse a appliqué le vieil adage médical: Quand on sait pas ce que c’est, on traite tout. Pour ma part j’ai souvent utilisé l’association Lasilix®+Ventoline®+Augmentin®.

😉