Pas envie, pas envie, pas envie

Ma dernière semaine de vacances, je n’avais pas envie de reprendre le travail, mais pas envie du tout. Rien que de très banal… Puis la reprise effective a été un peu difficile dans le chaos estival qui règne dans les hôpitaux et les cliniques. La rigueur fond au soleil, mais il n’y en a pas tant que cela. Ce sont surtout les effectifs médicaux qui fondent. Tout ce qui devrait être systématique et naturel ne l’est plus, et les rouages de la machine se grippent encore un peu plus. Puis les premiers têtes à têtes avec des patients ont éclairé mon morne début de semaine. Pas que des patients agréables, en plus, mais de retrouver la sensation de l’interrogatoire qui est bien plus policier que dans n’importe quel commissariat, d’entendre à nouveau le toum-ta en tenant d’une main ferme mon stéthoscope, prendre tout bêtement la tension, mais aussi des décisions parfois cornéliennes (anticoagulant ou pas pour une fibrillation auriculaire à haut risque chez un patient ayant un cancer du poumon bien saignant?) m’ont fait un bien fou et m’ont fait revivre. Les vacances, ça fait du bien, c’est nécessaire pour recharger les batteries, mais elle ne me procureront jamais autant de plaisir que de soigner. Si seulement il n’y avait pas tous les impedimenta, la vie serait vraiment merveilleuse.

Détail de l’archivolte (merci Wikipedia) de la Cathédrale Sainte-Marie d’Oloron.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

4 thoughts on “Pas envie, pas envie, pas envie”

  1. Quand je me suis installée en libéral, c’était le début du mois de juillet. Comme je m’en suis mordue les doigts! Impossible d’hospitaliser ou d’avoir recours à un spécialiste entre le 13/7 et le 16/8. Depuis, je fais comme eux, je prends mes congés à ce moment-là …
    NB : c’est aussi la période où le patient devient rare,c’est donc la période propice😉

  2. Lorsqu’on a eu le plaisir du repos, on retrouve sans toujours du déplaisir , le stress de la vie auquel on est habitué ! Enfin, c’est aussi mon cas…

  3. Courage (et il en faut!) ;
    pour moi, patiente, vous les spécialistes (cardio en l’ occurence) , vous êtes un peu des magiciens. Vive les vacances! Mais la passion du métier vous tient aux tripes.
    Je suis consciente des difficultés rencontrées dans les cliniques, les hôpitaux, maisons de retraite… à commencer par le manque de personnel. Et tout le reste, pressions incluses…
    Je suis en admiration devant le travail accompli par les médecins (horaires!!!…), et je le leur dis à l’occasion.
    Vous travaillez sur la vie, pour la vie au sens charnel du mot; et c’est merveilleux. Même pour ceux qui osent sortir de la droite ligne tracée par l’ Ordre et autres organismes….
    Vous êtes des êtres magnifiques. Merci.

  4. Ouf, je suis rassuré.

    Les premières lignes de l’ article m’ ont fait peur mais je vous ai reconnu dans les dernières.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s