Vacances…

Rhaaaaaa, enfin les vacances après deux semaines éprouvantes.

Je ne pouvais plus voir un patient en peinture, c’est dire que j’avais dépassé les bornes des limites de la fatigue.

Programme actuel: Dodo, petit-déjeuner, vélo, déjeuner, Plants vs Zombies ou Osmos HD, sieste, piscine, dîner, dodo.

Dans quelques jours je vais me remettre à la lecture.

Comme je sature aussi pas mal d’internet, ce blog devrait rester muet pendant les prochaines semaines.

A propos d’internet, c’est quand même assez drôle de regarder le JT, ce que je ne fais pas d’habitude, et d’y entendre la traduction française littérale des articles du NYT lus la veille, sur l’affaire DSK…

Mercredi, réunion à l’Agence, je n’ose même plus la nommer étant donné qu’elle devrait prochainement changer de nom. Je pense que mes collègues et amis de la pharmacovigilance vont commenter les derniers développements de l’affaire Médiator.

A propos, savez-vous combien de rapports officiels ont été publiés sur le Médiator et le système français du contrôle du médicament ?

J’en ai compté pas moins de 6, comptant au total 1049 pages!

Le moins que l’on puisse dire est que cette histoire aura fait couler beaucoup d’encre. Cette profusion délirante me fait penser à la fable La montagne qui accouche:

Une Montagne en mal d’enfant

Jetait une clameur si haute,

Que chacun au bruit accourant

Crut qu’elle accoucherait, sans faute,

D’une Cité plus grosse que Paris :

Elle accoucha d’une Souris.

Quand je songe à cette Fable

Dont le récit est menteur

Et le sens est véritable,

Je me figure un Auteur

Qui dit : Je chanterai la guerre

Que firent les Titans au Maître du tonnerre.

C’est promettre beaucoup : mais qu’en sort-il souvent ?

Du vent.  

On prend les paris?

Des tas de rapports à lire sur la plage, donc…

Mais ce ne sera pas pour moi, car là-dessus, je sature aussi pas mal.

Je ne peux plus non plus voir un médicament en peinture.

Je me vautre donc avec volupté dans mes vacances, et je vous souhaite d’en profiter autant que moi.

Bonnes vacances à tous!