La bataille pour le Lovenox

Cet article de Pharmalot décrit un des moyens utilisés par Sanofi pour tenter de retarder la mise sur le marché aux États-Unis du générique d’un de ses produits phare, le Lovenox®.

Sanofi a suscité l’envoi spontané et indépendant de courriers à la FDA par deux organisations professionnelles médicales et un KOL (Key Opinion Leader) afin d’influencer la décision des autorités de régulation.

Les documents issus du dossier sénatorial sont très intéressants car ils montrent sans fard le retour sur investissement que les laboratoires pharmaceutiques espèrent en échange de la manne financière désintéressée qu’ils déversent sur les sociétés savantes, organisations médicales professionnelles, individus…

Ils montrent aussi que Sanofi a eu peur de griller ses leviers d’influence sur la FDA en les mettant trop en avant et en en faisant un peu trop. 

Il n’existe pas de partenariat désintéressé, contrairement à ce que répètent sans cesse ceux qui donnent et surtout ceux qui reçoivent et s’en félicitent.

Cela n’empêche pas ces derniers d’avoir aussi quelques petits scrupules:

J’adore la citation (Aléatoire? Consciente? Inconsciente?) qui apporte un sens énorme à ce texte

Toute société savante qui reçoit des dons de l’industrie est potentiellement une boite de relations publiques qui va servir les intérêts des donateurs avant ceux de la science et des patients.

Même remarque que supra.

Et finalement, avons-nous entendu parler de problèmes de sécurité liés à l’utilisation des génériques du Lovenox® aux États-Unis ?

De mon côté, je n’ai rien vu passer…

Un dernier point important, parce que rien n’est tout noir ou tout blanc.

Dans cette histoire pas reluisante du tout, ni pour Sanofi, ni pour ceux qui ont essayé d’influencer la FDA, j’ai beaucoup apprécié ce passage d’un message électronique adressé par une cadre de Sanofi à un responsable d’une des deux sociétés savantes (p 93 du PDF):

C’est le patient qui prime (même sur un fructueux partenariat). Je ne vois aucun cynisme dans cet extrait, elle en est persuadée. Que sa vision sur les différences objectives entre génériques et princeps soit probablement biaisée par son environnement n’enlève rien à cela.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

10 thoughts on “La bataille pour le Lovenox”

  1. Bonjour,

    Excellent post, comme d’hab’.

    Lovenox est un produit majeur du portefeuille de Sanofi. Même si le cout de production a considérablement érodé sa rentabilité (son « PnL ») ces derniers temps, le CA généré est colossal. On parlait de plus de 4 milliards de $ sur le marché US (à l’époque de cette affaire), avec un budget marketing qui doit permettre de telles dépenses.

    Bonne continuation !

  2. Qui va donc faire son générique, une « filiale » ou une autre boite ? Toujours avec du porc chinois ou avec de la trippe mélangée ?

  3. pour compléter la question de la sécurité du produit… princeps et de sa place sur le marché français :
    http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/03/03/l-alerte-de-jacques-poirier-sur-les-dangers-des-heparines-d.html
    @Nicolas Prince : s’il n’y avait que du porc chinois encore… mais quand est-il de la source bovine ou ovine avec un autre risque infectieux pour le princeps lui-même ?
    La lecture des documents en lien rend très perplexe..

    1. C’est à cet article que je pensais, d’autant plus que je me suis un peu injecté du Lovenox dans le gras il y a deux ans.

  4. bonjour,
    1- je suis toujours surpris qu’il y ait encore des personnes « naives » pour croire en des « partenariats désintéressés »
    2- par contre, est ce que l’on sait (peut) faire des congrès, des formations sans le concours « amical et désintéressé » des laboratoires ?
    3- sanofi et les génériques, une longue histoire : https://grangeblanche.com/2010/05/20/les-generiques-du-plavix/
    4- le problème est probablement à prendre à la base, dès les études médicales : voir la dernière livraison de Plos Med : http://www.plosmedicine.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pmed.1001037

  5. A quand de véritables contre pouvoirs indépendants de l’industrie pharmaceutique ? Moi ce qui me scandalise, ce sont les prescriptions de statines ou d’anti-ostéoporotiques poussées à l’extrême par des chefs de service grassement payés par les labos et qui perdent toute objectivité. Les statines sont une escroquerie. L’aspirine et le régime crétois font 10 fois mieux. Je ne parle pas des anti-ostéoporotiques prescrits sur des Z scores normaux et des T score prétendument anormaux …

    1. n’est ce pas là le futur scandale type médiator, avec aussi les traitements alzheimer?
      Je suis toujours étonné du peu d’éducation de base alimentaire, est ce plus facile de donner un cacheton (qui peut faire bien mal aux muscles, essayer le!!!!) qu’éduquer!!!

  6. Alice,
    Il y a la complicité des hospitaliers qui ne veulent pas cracher dans la soupe et il y a la flemme des praticiens en général pour qui l’éducation du patient est trop fastidieuse. Il faut dire qu’à une vingtaine d’euros la consultation …

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s