3 patients, 2 histoires

Je souhaite d’abord remercier de leur sollicitude les lecteurs qui se sont inquiétés de mon silence. Rien de notable, simplement rien de bien particulier à raconter et aussi pas mal de temps passé sur mon iPad notamment pour lire Le Nom de la Rose (p 371/599) et jouer avec les petits à Plants vs Zombies.

J’ai quand même croisé récemment deux histoires sans aucun rapport entre elles qui m’ont donné envie d’écrire une note.

La première, concerne un couple de septuagénaires d’origine espagnole, pauci-francophones malgré 40 ans passés de ce côté des Pyrénées. J’imagine une vie sociale très limitée, centrée sur le couple, et réduite au strict minimum pour ce qui est des relations à l’extérieur. Je dis j’imagine, car même sous la torture, vous ne me ferez pas parler espagnol. Ils avaient donc l’air gentil, mais parlaient un français tellement torturé que lui, il causait espagnol couramment.

Le courrier médical du généraliste était remarquable par son absence totale d’information, même médicale:
Cher confrère, merci d’assurer le suivi cardiologique de M. et Mme Xez. (griffonné à la dégoûtée)


Cette agraphie que ne renierait pas un chirurgien orthopédique confine au foutage de gueule quand elle émane d’un médecin.

J’ai compris avec pas mal de difficultés que le couple était hypertendu mais ma légitime fierté de linguiste très vaguement latiniste fut brève car ils ne se souvenaient ni l’un ni l’autre du traitement et bien entendu l’ordonnance était à la maison, quelle-idée-aussi-de-devoir-toujours-trimballer-ce-bout-de-papier-chez-le-médecin-ma-brave-Simone.

Je leur ai diplomatiquement expliqué que cette consultation m’a rempli d’une joie intense, mais qu’elle n’a servi à rien, et que non, je n’ai pas le temps d’appeler le généraliste agraphique car il n’est pas dit qu’il ne soit pas non plus aphone, amnésique et de surcroît anosognosique  et que non, je ne peux pas non plus attendre qu’ils reviennent avec l’ordonnance car ma vacation est pleine, mystère ineffable du CHU, amen.

Deuxième histoire.

Une femme enceinte de 2 mois, 25-30 ans, sans antécédent se plaint de l’aine gauche. On tourne un peu autour du diagnostic, ou plutôt l’inverse, les diagnostics tournent autour d’elle durant une semaine. Elle est finalement hospitalisée car la douleur augmente. Comme elle a eu un moment une jambe un peu grosse, une consœur demande un doppler sans y croire.

En fait, il y avait une thrombose veineuse extensive et parfaitement occlusive du réseau veineux profond remontant au moins sur l’iliaque. Je n’ai pas pu voir la tête du thrombus à cause de l’utérus gravide. Cliniquement rien, sauf une douleur à la flexion de la cuisse et une douleur à la palpation de l’aine. Une telle thrombose aurait eu une traduction extrêmement bruyante du fait de la stase chez quelqu’un en dehors d’une grossesse. Mais les modifications hormonales de cette dernière « ouvrent » une telle quantité de collatérales veineuses notamment pelviennes que le retour veineux s’effectue presque normalement, même si le réseau profond est totalement occlus.

J’avais déjà raconté une histoire similaire ici, mais cet exemple récent m’a encore frappé. Heureusement que la consœur, qui est brillante par ailleurs, y a pensé, même si elle n’y croyait pas. Il faut être paranoïaque chez la femme enceinte.

Station de métro Timone. 6 médecins célèbres enfantés par la citée phocéenne en 2500 ans d’histoire et le serment d’Hippocrate en VO à terre (Fallot, le second en partant de la droite est né à Sète, mais Sète, c’est Marseille)

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

11 thoughts on “3 patients, 2 histoires”

  1. Je vais encore passer pour un béotien mais je brandis ma belgitude comme circonstance atténuante : c’ est quoi, une vacation ?

  2. « il faut être paranoïaque chez la femme enceinte »: une phrase à graver dans les cerveaux de doppléristes!

    S’ils savaient à quelle point une femme enceinte est une thrombose ambulante…
    Si elles savaient, elles aussi…
    Mon chemin de croix? Obliger à enfiler les bas anti-thromboses- oui-oui-jusqu’en-haut-dix fois par jour minimum. Les faire cavaler à l’heure du Motus. Rien de moins.

    Et partir en quête d’un doppler de récalcitrante. Une croisade à part entière. Merci pour la compassion.

    1. Hum… il y a aussi quelques grossesses qui se passent bien quand même, hein. L’humanité a survécu malgré tout à quelques millions d’années sans doppléristes.

      1. J’en vois mourir une tous les 6 mois depuis 2 ans. Sans coup férir.
        C’est un drame personnel à chaque fois et l’humanité ne s’en plaint pas.
        Je me méfie depuis pour tous ceux qui croient au mythe.

  3. Vous êtes talentueux Jean-Marie,sur le plan professionnel,litteraire et je présume relationnel.

  4. Bonjour.
    Pour avoir longtemps travaillé près des Pyrénées, j’ai souvent rencontré ces couples d’espagnol d’un certain age(voire plutôt d’un age certain) arrivés avec la guerre d’Espagne et ayant toujours vécu entre eux.
    En fait ils ne parlent pas (ou plus)l’ espagnol, pas plus que le français.
    Étrangement, ils échangent dans un espèce de « néo pataouete » (http://www.librairie-pied-noir.com/content/9-pataouete) composé de néologismes inspirés de différentes langues : Espagnol, bien sûr, mais aussi Catalan, Français, et patois occitan local de la région où ils se sont implanté (gascon – toulousain – provençal…) .
    Leur sabir est donc truffé de mots qui n’appartiennent à aucune langue clairement identifiée. D’un point de vue linguistique, c’est très intéressant et quand je les avaient en consultation (et que j’avais le temps +++) je trouvais aussi cela assez ludique😉.
    Par ailleurs, quand j’envoie un patient, j’essaie de faire une lettre lisible et claire, surtout quand je sais que la communication avec le patient va être à ce point compliquée.
    Cordialement
    GdA

  5. la lettre concernant les premiers patients est effectivement du foutage de g…
    répondre poliment mais ironiquement est un plaisir et une petite vengeance.
    style « cher confrère , merci de m’avoir adressé mr et mme X . je leur laisse vous expliquer de vive voix les conclusions de mon examen et je serai probablement amené à les revoir plusieurs fois pour étayer le diagnostic, stabiliser le TT et surtout leur expliquer l’intérêt d’un suivi correct et régulier et d’un dossier médical bien partagé entre les correcpondants… »
    croyez moi ça défoule (sinon l’autre solution est d’avoir un punching ball dans son cabinet mais c’est mal vu :-))
    et puis c’est votre faute : un « sudiste » comme vous devrait maitriser la plupart des langues méditerrannéennes !

  6. Au risque de paraitre grossière permettez-moi la réflexion suivante :
    Certes, vous n’êtes pas tenu de porter sur vos épaules les dysfonctionnements de l’institution ou des confrères mais je considère que vous avez infligé une double peine à ce couple.
    Vous auriez dû contacter leur médecin ou leur proposer un autre rendez-vous.
    Ils ne maitrisent pas la langue, ils sont malades et vous les avez rejetés d’un hôpital public (même si vous étiez en consultation privée).
    Je préfère l’attitude de Zigmund.

    Fultrix.

    1. Vous n’êtes pas grossière du tout!
      Je me suis aussi posé la question de la double peine.
      J’ai donc fait tout ce j’ai pu faire sans info médicale ni contact avec le patient: examen clinique, Doppler carotides, écho cœur.
      Ils ont donc eu un « bilan », certes sans synthèse ni conclusion, mais un bilan assez complet quand même.
      Bien entendu, le MG a eu droit à ses 2 courriers ironiques…

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s