Faire rentrer des humains dans des formes géométriques

Un jour, j’ai attrapé à la volée une conversation téléphonique alors que je quittais ma vacation hospitalière de doppler.

Il n’y a aucune indication de faire un doppler en urgence!

-…

Si le score de Wells est en faveur d’une phlébite, vous débutez l’anticoagulation, et on fera le doppler dans la suite, soit il n’est pas en faveur…

-…

J’ai été impressionné par le déballage très savant d’un score qui ne fait finalement que collecter les facteurs de risque classiques de la thrombose veineuse profonde, mais qui donne tellement l’illusion de maîtriser la pathologie.

Je l’ai été beaucoup moins  quand j’ai appris que cette démonstration d’un savoir livresque a été faite aux dépens d’un interne de gynécologie qui suspectait une phlébite chez une femme clouée dans son lit dans le service des grossesses à risque, à quelques jours d’une césarienne programmée. Le coeur du problème étant que ce service n’est pas dans le même hôpital que celui du service de vasculaire, et qu’il fallait donc traverser la rue pour s’y rendre.

Évidemment, dans ce cas, le score de Wells est une carte à jouer idéale pour le pédant qui ne veut pas se déplacer.

L’interne de gynéco devait probablement se ficher du score de Wells, mais être inquiet pour sa patiente. J’ai appris par la suite qu’ils avaient ainsi appelé trois fois sans succès.

Où est l’humain?

Petit détail qui ne fait que rajouter à l’imbécilité d’une telle attitude: 4 points sur les 9 du score sont basés sur l’existence d’un oedème ou d’une dilatation veineuse. Or, la circulation veineuse collatérale pelvienne est tellement développée chez la femme enceinte en fin de grossesse qu’une thrombose veineuse, surtout proximale, peut très bien rester parfaitement silencieuse jusqu’à la période qui suit l’accouchement. D’où la crainte atavique des sage-femmes du « premier lever » au cours duquel une femme apparemment parfaitement asymptomatique peut envoyer brutalement un gros thrombus fémoral dans les poumons, et tomber foudroyée.

(Merci à ma maman qui m’a raconté ses souvenirs de l’ancienne maternité de l’Hôtel-Dieu)

Heureusement, l’anticoagulation préventive a radicalement changé les choses, mais cette particularité physiologique persiste et rend caduque un score qui n’a pas été validé sur la femme enceinte.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

5 thoughts on “Faire rentrer des humains dans des formes géométriques”

  1. le progrès! quand la paresse sans conscience s’inspire de la légèreté scientifique
    je finissais à peine ma série de SCA expulsés par les urgentistes pour troponine négative que le passage à l’ultrasensible me fait commencer celle des coros blanches pour défaut de sensibilité aux diverses causes de souffrance myocardique modérée ou viscérale plus sévère…

  2. Ici, c’est un double problème indubitablement local :
    A) 1/les radiologues doivent circuler sans arrêt d’un hôpital à l’autre.
    2/ les prélèvements sanguins faits sur la garde traversent aussi la rue
    3/ ce sont les patients qui traversent la rue pour aller des urgence adultes en cs OPH ou ORL.
    B) je n’avais jamais vu cet état d’esprit ailleurs: le nec du Sud : la glande ! cette façon d’être à l’hôpital se retrouve à tous les niveaux, sans distonction « socio-économique » comme ils disent.
    C’est pour ça que je n’y travaille plus.
    C’est aussi pour ça que le privé marche bien ici.

  3. Je confirme! A Nice, il y a 1 seul service de CHU par spécialité, mais tous ces services sont répartis sur 3 hôpitaux… Donc les spécialistes doivent traverser la ville (et non plus la rue) pour donner leurs avis! Et il n’existe évidemment qu’un service d’urgence, donc les patients sont transférés via le service d’ambulance du CHU pour être admis dans le service où ils sont attendus.
    Encore plus fort, l’un des hôpitaux est sur une pente tellement raide que les transferts au scanner des patients alités se font avec le SMUR en transport secondaire…
    Heureusement, cet hôpital est en cours de transformation (depuis 5 ans, et c’est pas terminé).

  4. Pourtant la balance bénéfice-risque, entre débuter une anticoagulation curative à l’aveugle et promener une sonde d’écho sur une jambe….
    Mais la balance effort-glande, entre traverser la rue pour aller faire l’écho et engueuler l’interne au téléphone avec le score de Wells, là le choix me semble évident.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s